éTV 24/7 BreakingNewsShow :
Cliquez sur le bouton de volume (en bas à gauche de l'écran vidéo)
Actualités

Organisation mondiale de la santé: la dernière épidémie d'Ebola est terminée au Libéria

0a1_1162
0a1_1162
Écrit par éditeur

GENEVA, Switzerland – Today the World Health Organization (WHO) declares the end of the most recent outbreak of Ebola virus disease in Liberia and says all known chains of transmission have been stopp

Print Friendly, PDF & Email

GENÈVE, Suisse - Aujourd'hui, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare la fin de la plus récente épidémie de maladie à virus Ebola au Libéria et affirme que toutes les chaînes de transmission connues ont été arrêtées en Afrique de l'Ouest. Mais l’Organisation affirme que le travail n’est pas terminé, que d’autres flambées sont attendues et que de solides systèmes de surveillance et d’intervention seront essentiels dans les mois à venir.

Le Libéria a été déclaré indemne de transmission d'Ebola pour la première fois en mai 2015, mais le virus a été réintroduit deux fois depuis lors, avec la dernière poussée en novembre. L'annonce d'aujourd'hui intervient 42 jours (deux cycles d'incubation du virus de 21 jours) après que le dernier patient confirmé au Libéria a été testé négatif pour la maladie à deux reprises.

«L'OMS félicite le gouvernement et le peuple du Libéria pour leur réponse efficace à cette récente réémergence d'Ebola», a déclaré le Dr Alex Gasasira, Représentant de l'OMS au Libéria. «L'arrêt rapide de la poussée est une démonstration concrète de la capacité renforcée du gouvernement à gérer les flambées de maladies. L'OMS continuera à soutenir le Libéria dans ses efforts pour prévenir, détecter et répondre aux cas suspects. »

Cette date marque la première fois depuis le début de l'épidémie il y a deux ans que les trois pays les plus durement touchés - la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone - n'ont signalé aucun cas depuis au moins 42 jours. La Sierra Leone a été déclarée indemne de transmission d'Ebola le 7 novembre 2015 et la Guinée le 29 décembre.

«Détecter et briser toutes les chaînes de transmission a été une réalisation monumentale», déclare le Dr Margaret Chan, Directeur général de l'OMS. «Tant de choses étaient nécessaires et tant de choses ont été accomplies par les autorités nationales, les héroïques agents de santé, la société civile, les organisations locales et internationales et les généreux partenaires. Mais notre travail n'est pas terminé et la vigilance est nécessaire pour éviter de nouvelles flambées. »

L'Organisation mondiale de la santé prévient que les trois pays restent à haut risque de nouvelles petites flambées d'Ebola, comme la plus récente au Libéria. À ce jour, 10 de ces poussées ont été identifiées qui ne faisaient pas partie de l'épidémie d'origine et sont probablement le résultat de la persistance du virus chez les survivants même après la guérison. Les preuves montrent que le virus disparaît relativement rapidement des survivants, mais peut rester dans le sperme d'un petit nombre de survivants masculins pendant aussi longtemps qu'un an et, dans de rares cas, être transmis à des partenaires intimes.

«Nous sommes maintenant à une période critique de l'épidémie d'Ebola alors que nous passons de la gestion des cas et des patients à la gestion du risque résiduel de nouvelles infections», déclare le Dr Bruce Aylward, Représentant spécial de l'OMS pour la riposte à Ebola. «Le risque de réintroduction de l'infection diminue à mesure que le virus disparaît progressivement de la population de survivants, mais nous prévoyons toujours davantage de poussées et devons nous y préparer. Un effort massif est en cours pour garantir une solide capacité de prévention, de surveillance et de réponse dans les trois pays d'ici la fin mars. »

L'OMS et ses partenaires collaborent avec les Gouvernements guinéen, libérien et sierra-léonais pour faire en sorte que les survivants aient accès à des soins médicaux et psychosociaux et au dépistage du virus persistant, ainsi qu'à des conseils et à l'éducation pour les aider à réintégrer la vie familiale et communautaire stigmatisation et minimiser le risque de transmission du virus Ebola.

L'épidémie d'Ebola a coûté la vie à plus de 11,300 28,500 personnes et en a infecté plus de XNUMX XNUMX. La maladie a dévasté les familles, les communautés et les systèmes sanitaires et économiques des trois pays.

Print Friendly, PDF & Email

A propos de l'auteur

éditeur

La rédactrice en chef est Linda Hohnholz.