Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

ONU: La crise alimentaire n'est pas finie

fc
fc
Avatar
Écrit par éditeur

Un haut fonctionnaire des Nations Unies a déclaré que malgré la chute des prix des denrées alimentaires dans le monde entier, la crise alimentaire mondiale n'a pas pris fin, le haut responsable des droits de l'homme des Nations Unies a mis en garde aujourd'hui, soulignant le n

Un haut responsable des Nations Unies a déclaré qu'en dépit de la baisse des prix des denrées alimentaires dans le monde, la crise alimentaire mondiale n'était pas terminée, a averti aujourd'hui le haut responsable des droits de l'homme des Nations Unies, soulignant la nécessité de considérer la question à travers le droit très fondamental à une alimentation adéquate.

La Haut-commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, a déclaré au Conseil des droits de l'homme basé à Genève qu'il devait cibler son travail vers l'aide aux segments les plus marginalisés de la société.

Selon l'ONU, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde est passé l'année dernière de 854 millions à 967 millions en raison de la forte hausse des prix des aliments de base. Malgré la baisse des prix, ils restent plus élevés qu'ils ne l'étaient en 2002, laissant les pauvres toujours incapables d'acheter de la nourriture, a-t-elle noté.

En outre, la baisse des coûts alimentaires décourage en fait les investissements agricoles, a déclaré Mme Pillay, entravant les efforts pour intensifier la production alimentaire, en particulier la capacité des petits exploitants agricoles à maintenir leurs moyens de subsistance.

Le commissaire a déclaré aux 47 membres du conseil que les mesures visant à réduire la faim et à promouvoir le droit à l'alimentation n'ont pas encore été traduites en actions concrètes pour aider les personnes les plus touchées par la crise.

Elle s'est déclarée particulièrement préoccupée par la situation des pauvres des zones rurales et urbaines, des paysans sans terre ou à petite échelle et des ménages dirigés par des femmes.

Mme Pillay a soutenu que toute stratégie réussie pour vaincre la faim devrait impliquer des institutions plus fortes avec une meilleure responsabilité, des investissements durables dans la production et la recherche agricoles et un soutien ciblé aux petits agriculteurs et aux pauvres.

La semaine dernière, le Secrétaire général Ban Ki-moon a souligné la nécessité d'intensifier les efforts pour lutter contre la faim et réaliser le droit à l'alimentation, étant donné que le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde augmente en raison de la crise financière mondiale actuelle et des effets du climat. changement.

«La nourriture n'est pas seulement une marchandise, et l'agriculture n'est pas seulement une entreprise. Les deux sont essentiels à la survie. La réalisation du droit de chaque personne à l'alimentation est un impératif moral et humanitaire », a déclaré M. Ban aux étudiants de l'École internationale des Nations Unies lors d'une conférence sur la crise alimentaire mondiale.