Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

La nécropole de Louxor donne un tombeau, des momies et des figurines de la 18e dynastie

egyt
egyt
Écrit par éditeur

Une mission archéologique égyptienne dirigée par le Dr.

Une mission archéologique égyptienne dirigée par le Dr Zahi Hawass, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités (SCA), a découvert une tombe de la 18e dynastie (1570-1315 avant JC) dans la nécropole de Dra Abu el-Naga, sur la rive ouest de Louxor. Hawass a déclaré que la tombe nouvellement découverte appartenait au superviseur des chasseurs Amon-em-Opet, et que la tombe date de peu de temps avant le règne du roi Akhénaton (1372-1355 avant JC).

Hawass a ajouté que les entrées de deux autres tombes non décorées ont également été trouvées au nord-ouest du cimetière. Sept sceaux funéraires portant le nom d'Amenhotep-Ben-Nefer, le berger du bétail d'Amon, ont été trouvés dans la cour premier tombeau ; tandis que des sceaux portant le nom d'Eke, le messager royal et surveillant/gardien du palais ont été retrouvés dans la cour du second. En outre, des restes fragmentés de momies non identifiées ont également été trouvés, ainsi qu'une collection de figures Oushabti en argile brûlée et en faïence.

On a découvert que la zone autour de Dra Abu el-Naga avait conservé des instruments utilisés lors des funérailles du chef des travaux de la reine Hatchepsout à Thèbes, nommé Djehuty. Des outils ont été trouvés près de la tombe de Djehouty à Dra-Abul Naga sur la rive ouest de Louxor. Ces instruments utilisés par les prêtres et les membres de la famille de Djehouty lors de ses funérailles ont été accidentellement déterrés lors d'un nettoyage de routine de la cour du tombeau. Dra Abu el-Naga a également révélé quelque 42 pots en argile et 42 bouquets jetés dans la tombe du défunt à la fin des rites funéraires qui ont été documentés sur un ancien mur de la chambre funéraire de Djehouty, montrant la famille décédée ainsi que des prêtres tenant des pots en argile. et des fleurs.

Lors du nettoyage de la zone devant la tombe, les archéologues sont tombés sur les restes d'un mur de six mètres de long qui formait autrefois la façade de la tombe.

Plus tard, un sarcophage en bois modéré a été trouvé à l'intérieur d'une petite fosse. Il comprend les ossements d'une femme non identifiée datant de l'ère du Nouvel Empire. Des études antérieures sur les restes révèlent qu'il pourrait même remonter à 500 ans avant la construction de la tombe de Djehouty.

Gallan a souligné qu'à proximité du sarcophage, ils ont découvert deux sépultures remplies d'un certain nombre de pots en argile de la 18e dynastie.

Djehouty a servi sous le règne d'Hatchepsout dont le temple de Deir el Bahairy reçoit des hordes de touristes, malgré un événement terroriste qui a eu lieu en novembre 1997 (lorsque 66 touristes ont été abattus par des hommes armés locaux). Aujourd'hui, cependant, les gens se rendent toujours au temple funéraire de la reine Hatchepsout - la première femme à revendiquer le titre de pharaon.

Hatchepsout a chargé ses hommes de construire ce monument en l'honneur de son père Thot-Mosis I. La magnificence de cette formation rocheuse de 3 étages de couleur ocre éclipse les monuments autour de la vieille ville de Louxor ou de Thèbes. Pas étonnant que l'épithète "le plus splendide de tous" décrit le mieux le temple que l'infaillible Hatchepsout a érigé en mémoire de son père roi. Les colonnes soutenant la structure étaient moulées avec des sanctuaires de la déesse ressemblant à une vache portant un disque solaire entre ses cornes, Hathor (déesse de la maison d'Horus) ressemblant à Hatchepsout elle-même.