Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

L'Organisation mondiale du tourisme de l'ONU sollicite le soutien de l'OACI

CCS-Cover
CCS-Cover
Avatar
Écrit par éditeur

Avant le sommet sur le climat de Copenhague plus tard dans l'année, l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) a approché l'Organisation de l'aviation civile internationale pour obtenir un soutien en faveur d'une coordina

Avant le sommet sur le climat de Copenhague plus tard dans l'année, l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT) a approché l'Organisation de l'aviation civile internationale pour obtenir un soutien en vue d'une réponse coordonnée face aux redevances et prélèvements écologiques, ou dans certains cas. ces charges étant introduites sous le simple prétexte de lutter contre le réchauffement climatique pour remplir les coffres vides du gouvernement. Cette réunion des esprits a lieu avant la propre réunion de l'OACI sur le changement climatique au début d'octobre, où le corps mondial des régulateurs de l'aviation civile élaborera sa stratégie pour Copenhague.

Un certain nombre de pays envisageraient d'introduire divers prélèvements, tandis que d'autres ont déjà opté pour de nouvelles redevances, mais seuls quelques-uns d'entre eux financent effectivement les mesures d'atténuation. L'OMT est particulièrement préoccupée non seulement par une duplication, mais par une multiplication et une prolifération des redevances qui, lorsqu'elles sont combinées, peuvent avoir un effet dissuasif sur le coût des vacances et des vols, nuisant à l'industrie du tourisme sur le long-courrier, sans pour autant faire grand-chose pour sa objectif annoncé publiquement.

L'OACI fait également pression sur les gouvernements pour qu'ils soient conscients de l'impact des redevances irréfléchies, soulignant les efforts des avionneurs, des compagnies aériennes et des sociétés de carburant pour réduire les émissions de la prochaine génération d'avions actuellement en développement. L'OMT et l'OACI sont considérées comme des alliés potentiels non seulement dans le lobbying, mais principalement dans le développement de mesures d'atténuation et d'un système unificateur de redevances abordables par les secteurs de l'aviation et du tourisme sans détourner l'attention de l'environnement et de sa protection.

La Conférence mondiale de Copenhague sur le changement climatique doit débuter dans un peu plus de 3 mois et est considérée, après la Conférence de Kyoto en grande partie ratée, comme l'une des dernières chances de l'humanité de s'attaquer à l'impact du changement climatique et de l'atténuer maintenant ou d'avoir les enfants de nos enfants. affrontez la musique de catastrophes naturelles d'une ampleur inimaginable.