Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Sur le point d'être en grève: Flair Airlines

flair
flair
Avatar

Le Syndicat canadien de la fonction publique a déposé un préavis de grève de 72 heures pour la section locale 4060, représentant 139 agents de bord qui travaillent pour le transporteur à très bas prix Flair Airlines.

Le Syndicat canadien de la fonction publique a déposé un préavis de grève de 72 heures pour la section locale 4060, représentant 139 agents de bord qui travaillent pour le transporteur à très bas prix Flair Airlines.

Flair Airlines est une compagnie aérienne basée à Kelowna, Colombie-Britannique, Canada. Elle exploite des services passagers réguliers au Canada, ainsi que des services passagers et fret nolisés au Canada, aux États-Unis, dans la région des Caraïbes et vers des destinations du monde entier à partir de sa base principale à l'aéroport international d'Edmonton.

Le syndicat a émis le préavis de grève à la suite d'un Décembre 5 séance de médiation avec l'employeur au cours de laquelle les deux parties n'ont pas réussi à s'entendre sur les points en suspens, y compris les salaires et les pensions, ainsi que les crédits de temps / les questions d'horaire.

«Au cours des dernières semaines, cet employeur a catégoriquement refusé de renoncer à sa position de salaires et d'avantages sociaux à deux vitesses, ce qui est fondamentalement injuste», a déclaré le représentant national du SCFP. Gary Yee, qui représente le SCFP 4060 à la table de négociation.

«Flair s'engage de manière transparente dans une stratégie de division pour conquérir visant à creuser un fossé entre les travailleurs afin de rivaliser avec d'autres transporteurs à très bas prix. Il est totalement injuste de payer un groupe d'agents de bord 30% de moins pour faire le même travail que les autres agents de bord. »

Flair se base dans Canada sont situés dans Toronto, Calgary, Edmonton, Kelownaet Abbotsford.

Depuis son organisation Novembre 2017, La section locale 4060 négocie avec la compagnie aérienne depuis près d'un an.

Le préavis de grève de 72 heures expire à minuit le Décembre 10, mettant la section locale dans une position légale de grève.

Les 4060 agents de bord du SCFP 139 travaillent à partir de bases d'Abbotsford, de Kelowna, de Calgary, d'Edmonton et de Toronto. Depuis l'été 2018, lorsque Flair a déplacé son modèle d'affaires d'un service nolisé à un service de «transporteur à très bas prix» (ULCC), la compagnie a offert des vols réguliers vers huit villes canadiennes et six villes américaines. Depuis que le SCFP a organisé des agents de bord Flair en novembre 2017, la section locale 4060 négocie avec la compagnie aérienne depuis près d'un an.

• En établissant son nouveau modèle d'affaires de la CHLC, Flair a initialement demandé que le salaire de départ des membres actuels de 33 $ / heure soit réduit de 10 $ / heure.

Cette stratégie faisait certes partie d'un plan d'entreprise visant à concurrencer d'autres compagnies aériennes à bas prix afin d'atteindre ses résultats financiers. Les plans pour d'autres mesures de réduction des coûts impliquent le passage imminent de Flair aux nouveaux avions 737-800, qui fonctionneront au ratio 1:50 - une réduction du nombre d'agents de bord par passager.

• Selon la structure salariale initiale, les agents de bord actuels gagnent beaucoup moins que les 33.20 $ de l'heure qu'ils reçoivent, en fonction des heures réelles travaillées. Compensés 80 heures par mois, ils ne sont payés que pour le temps de vol réel et non pour la préparation (y compris l'embarquement des passagers) ou les tâches après le vol. Ce travail représente jusqu'à 166 heures d'heures de service moyennes par mois. • Le SCFP avait déjà déposé une proposition raisonnable - y compris deux ans de gel des salaires - mais Flair a refusé de l'examiner. L'entreprise a donné l'impression que nous demandions plus, ce qui n'a jamais été le cas. La structure salariale existante est en place depuis le 1er septembre 2016.

Lorsque les membres du SCFP 4060 ont répondu à la tentative de baisse des salaires de l'entreprise par un vote de grève à 98%, la prochaine décision de Flair a été d'essayer de dresser les travailleurs les uns contre les autres en offrant une structure de salaire et de retraite à deux niveaux - moins de salaire et pas de pension pour les futurs employés effectuant le même travail que les employés actuels. Les nouveaux employés gagneraient seulement 23 $ de l'heure, ce qui équivaut à un peu plus de 10 $ de l'heure lorsque toutes les heures de service hors vol sont comptées - moins que le salaire minimum en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario.

• Le SCFP a tout mis en œuvre pour retourner à la table des négociations, mais Flair a refusé de reconsidérer sa proposition salariale à deux vitesses, qui paie des salaires inférieurs aux nouveaux employés. La stratégie à deux niveaux est une stratégie classique de division pour la conquête des employeurs visant à diriger tout le monde vers le même taux (inférieur) à terme.

• Le SCFP a fait tous les efforts possibles pour résoudre ce différend sans recourir à des mesures de protection de la part du travail. Cependant, l'entreprise a rejeté la proposition du syndicat de régler le différend équitablement via l'arbitrage des différends.