Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Ryanair dit aux passagers de prendre le bus après avoir atterri au mauvais aéroport à 480 km

0a1-6
0a1-6

Les voyageurs qui tentaient de fuir la Grande-Bretagne pour un peu de soleil d'hiver ont été laissés bloqués dans un aéroport roumain pendant environ un jour après que leur vol ait été «détourné». Les passagers espérant un vol rapide vers la Grèce se sont retrouvés avec 24 heures de retard et trois pays loin.

Le vol Ryanair à destination de Thessalonique en Grèce a quitté l'aéroport de Stansted à Londres vendredi soir pour ce qui était censé être un vol de trois heures. Cependant, les mauvaises conditions météorologiques en Grèce ont amené le personnel de cabine à détourner le vol et à ruiner les espoirs de ceux à bord qui cherchaient à prendre un verre ou un repas tard dans la nuit dans la ville du nord de la Grèce.

Plutôt que de détourner les 200 passagers du vol vers Athènes ou les aéroports voisins de l'Albanie et de la Macédoine, l'avion a plutôt volé vers le nord, traversant la Bulgarie vers la ville roumaine de Timisoara.

Déjà considérablement retardés, les passagers étaient furieux lorsque la compagnie aérienne leur a proposé de les transporter par bus à Thessalonique - un voyage de plus de 770 km qui prendrait plus de huit heures.

Au moins 89 personnes ont refusé l'offre et ont dû attendre la nuit à l'aéroport. Ils ont ensuite embarqué sur un vol Aegean Airlines organisé par le gouvernement grec, pour finalement arriver à Thessalonique un peu après 5 heures samedi, près de 24 heures après le départ.

L'incident a provoqué une vague d'indignation sur les médias sociaux, beaucoup spéculant que la décision de Ryanair de se détourner jusqu'à Timisoara était une mesure d'économie de coûts, car la compagnie aérienne à bas prix utilise l'aéroport comme base d'opérations.

S'excusant pour le détournement qui était "hors de" leur contrôle, Ryanair a déclaré que les clients se voyaient proposer un autocar vers leur destination ou pouvaient attendre qu'un autre vol soit organisé après avoir "atterri normalement à Timisoara".

L'incident survient moins d'une semaine après que la compagnie aérienne irlandaise a été élue le pire opérateur court-courrier desservant les aéroports britanniques, avec un taux d'approbation de seulement 40% sur plus de 7,900 personnes interrogées. C'est la sixième année consécutive que la compagnie aérienne remporte cet honneur douteux.