Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

La taxe sur le `` tourisme médical '' sous examen en Nouvelle-Zélande

000ss_15
000ss_15
Avatar
Écrit par éditeur

Les hôpitaux privés pourraient bientôt devoir payer une redevance pour couvrir les risques associés à l'industrie croissante du «tourisme médical» en Nouvelle-Zélande.

Les hôpitaux privés pourraient bientôt devoir payer une redevance pour couvrir les risques associés à l'industrie croissante du «tourisme médical» en Nouvelle-Zélande.

Le ministre de l'ACC, Nick Smith, a déclaré au Sunday Star-Times que la question était d'équité. Ce n'était pas juste, a-t-il dit, que les contribuables néo-zélandais payaient des prélèvements sur l'ACC qui fournissaient une assurance contre les mésaventures médicales aux riches Américains qui choisissent de subir une chirurgie élective en Nouvelle-Zélande.

Cette décision intervient alors que le gouvernement s'attaque à une éruption de 4.8 milliards de dollars dans l'ACC. Les salariés perdront des centaines de dollars par an de leurs paquets de paie à mesure que la taxe ACC augmente, et des hausses des immatriculations de voitures et de motos sont introduites pour contrer le coût croissant de la fourniture de l'ACC.

D'autres plans comprennent la réduction des droits des travailleurs occasionnels et à temps partiel, la réduction des paiements de physiothérapie et l'annulation des droits des criminels.

Environ 1000 visiteurs étrangers par an choisissent de suivre des traitements médicaux en Nouvelle-Zélande, car c'est moins cher que leur propre pays. C'est particulièrement le cas pour les résidents des États-Unis, où une arthroplastie de la hanche coûte environ 50,000 15,000 $ US, contre 125,000 25,000 $ US en Nouvelle-Zélande. Le pontage cardiaque coûte XNUMX XNUMX $ US aux États-Unis contre XNUMX XNUMX $ US en Nouvelle-Zélande.

Smith a déclaré qu'il avait été informé que le nombre de patients étrangers choisissant de subir une intervention chirurgicale en Nouvelle-Zélande devrait atteindre 20,000 d'ici 2020, alors que l'industrie vaudrait 1 milliard de dollars par an.

«Il y a une réelle inquiétude autour du tourisme médical et des risques pour la Nouvelle-Zélande autour du programme ACC. Il n'est pas juste que les payeurs de redevances subventionnent [l'assurance accident] pour les opérations des hôpitaux privés en Nouvelle-Zélande.

«J'ai demandé à l'ACC d'examiner la conception d'un prélèvement spécifique sur les hôpitaux privés afin que les coûts des risques liés aux traitements médicaux en Nouvelle-Zélande soient pris en charge par l'industrie et non par les autres Néo-Zélandais.

«Si la Nouvelle-Zélande peut réellement gagner des devises grâce à des services de santé efficaces, c'est une bonne chose, mais elle ne devrait pas être subventionnée par les contribuables néo-zélandais.

«Le problème ici est d'équité et aussi des risques à long terme si cette industrie se développe, comme certains spéculent.»

Cependant, Smith ne pensait pas qu'il était nécessaire de prélever également les touristes qui visitent la Nouvelle-Zélande et qui sont blessés dans des sports d'aventure tels que l'alpinisme ou dans des accidents de la route.

La plupart des blessés des visiteurs étrangers sont dus à des accidents de la route, mais les visiteurs ont contribué à leurs frais médicaux par le biais des taxes d’immatriculation des véhicules et de l’essence de l’ACC. Ils n'ont pas non plus reçu de compensation de revenu.

«Si nous refusions l'accès aux visiteurs, vous auriez besoin d'un droit de common law, pour leur restituer leur droit de poursuivre. Je suis très réticent à s'engager dans cette voie, car tous les Néo-Zélandais craindront que s'ils ont un accident de voiture et que cela implique un touriste international, ils s'exposent au risque de poursuites judiciaires.

Mais les hôpitaux privés affirment que l'argument du ministre est incohérent et distingue injustement un groupe de visiteurs. L'Association des hôpitaux privés de chirurgie de la Nouvelle-Zélande, qui représente les 37 hôpitaux privés du pays, insiste sur le fait que toute nouvelle taxe ne devrait être imposée qu'aux hôpitaux dans le secteur du tourisme médical.

Le président de l'association, Terry Moore, a déclaré que l'ACC devrait couvrir tous les visiteurs étrangers ou aucun. Il serait très surpris si pas moins de 1000 XNUMX patients étrangers venaient en Nouvelle-Zélande chaque année pour une chirurgie, mais il ne faisait aucun doute que certains hôpitaux voulaient entrer sur le marché.

«C'est une bonne chose pour l'économie. Mais personne ne sait à quel point ce marché peut être grand, car ce n'est pas une mince affaire de voler depuis les États-Unis pour bénéficier de ce traitement.

«Si l'ACC choisit d'appliquer un prélèvement, je pense qu'il est très important que le prélèvement ne soit prélevé que sur les hôpitaux qui accueillent réellement des patients à l'étranger.»

La semaine dernière, le Parti de l'Acte a accepté de soutenir les réformes du gouvernement en échange de l'ouverture du compte de travail à la concurrence. Le compte de travail couvre toutes les lésions professionnelles et est financé par des prélèvements payés par les entreprises et les entreprises indépendantes.

Le premier ministre John Key a laissé la porte ouverte à une concurrence accrue. Le gouvernement attendra les conclusions d'un bilan de l'ACC - dirigé par un ancien ministre des Finances du Travail, David Caygill - avant de décider dans quelle mesure il exposera l'ACC à la concurrence. Caygill fera rapport au gouvernement en juin prochain.