Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Le chuchoteur de tortues sri-lankaises a-t-il reçu un message quelques jours avant le tsunami?

tortue-1
tortue-1
Écrit par éditeur

«J'ai vu la mer se précipiter, balayer les maisons, les animaux et les gens et causer des destructions», a déclaré le chuchoteur de tortue sur le tsunami.

C'était le Boxing Day 2004.

Santha Fernando, un Sri-lankais de 27 ans exploitant une écloserie de tortues à Kosgoda, au sud de Colombo, a entendu l'eau de mer se précipiter à travers les buissons avant de la sentir tourbillonner et mousser autour de ses pieds et se déplacer jusqu'à ses genoux avant de reculer.

Habituellement, Santha était sur la plage à environ 300 mètres de l'écloserie et ramassait de la mousse pour nourrir ses tortues. Ce matin-là, un afflux soudain de visiteurs au couvoir l'avait retardé.

La mer s'est retirée comme elle venait, au-delà des cocotiers, des buissons, des clôtures et des maisons adjacentes à la plage.

«Étrange», il pensa à ce phénomène inhabituel. Cela ne s'était jamais produit auparavant.

Puis il a éclaté de sueurs froides. Il se souvint d'un rêve d'environ quatre jours auparavant.

Criant à ceux qui l'entouraient de se diriger vers les hauteurs, il a averti d'une grosse vague plus puissante qui reviendrait. Plaçant deux tortues albinos rares dans un seau, il les a conduites en toute sécurité dans un bâtiment à deux étages à environ un kilomètre de là.

Se précipitant en arrière pour attraper ses deux enfants, il les a emmenés en lieu sûr dans un temple sur un terrain élevé, criant tout le chemin aux personnes qu'il a rencontrées de se mettre en sécurité sur un terrain élevé.

Ce qui s'est passé lorsque la deuxième vague a frappé la côte avec un effet dévastateur est de l'histoire; on se souvient encore de ses victimes aux mémoriaux érigés le long de la côte sud-ouest de l'île. Non loin du couvoir, une structure en bordure de route à Peraliya se dresse silencieusement la sentinelle en témoignage de la plus grande catastrophe ferroviaire au monde lorsqu'un train plein de passagers a été emporté des voies avec 1,270 passagers par les eaux de mer déchaînées ce jour-là.

turtle 2 The memorial for the victims at Peraliya. One of several on the islands west coast.

Le mémorial des victimes de Peraliya. L'un des nombreux sites de la côte ouest de l'île.

Les victimes sont rappelées chaque année le lendemain de Noël. Un train s'arrêtera à Peraliya au moment de la catastrophe. Le conducteur et les occupants du train et les villageois participeront à une cérémonie simple avant que le train ne reprenne son voyage.

Santha, comme le plus touché par le tsunami, a évolué, mais est réfléchi lorsqu'il mentionne sa sœur et ses grands-parents qu'il a perdus dans la mer ce jour-là.

turtle 3 A mural detailing the tragedy.

Une peinture murale détaillant la tragédie.

L'écloserie a été reconstruite et est populaire parmi les visiteurs, et il invite les amateurs de tortues-écologistes qui lui rendent visite de l'étranger à travailler comme volontaires et à en apprendre davantage sur ces créatures de la mer qui vivent longtemps. Le Sri Lanka est visité par cinq des sept types de tortues, Santha, explique et souligne les monticules de sable où il a marqué les œufs de différentes races avec leurs œufs allant des balles de ping-pong aux balles de tennis.

Son amour pour tous les êtres sensibles est affiché quand il utilise un bâton pour déplacer doucement un scorpion noir sur son chemin pour éviter d'être piétiné ou de piquer les visiteurs.

Dans plusieurs réservoirs d'eau de mer, des tortues d'âges et de tailles différentes, des nouveau-nés à la taille d'une roue de charrette, nagent. «Joséphine» handicapée à cause de la cécité et une maman de 50 ans qui a une entaille profonde sur une nageoire causée par un filet de pêche lui faisant passer les 10 dernières années dans le couvoir, «Natalia» et «Sabrina» répondent à L'appel de Santha à se rapprocher des visiteurs. Il semble vraiment être un chuchoteur de tortues.

Aujourd'hui âgé de 41 ans, ce n'est pas sa connaissance des tortues luth, des tortues vertes, des Hawks Bills, des caouannes ou des oliviers qui ont poussé l'auteur à se lever les oreilles. C'était sa mention d'avoir une connaissance préalable du tsunami.

Comment?

Il a pris connaissance d'un tel événement quatre jours auparavant, a-t-il expliqué.

«Je l'ai vu dans un rêve», dit-il.

«J'ai vu la mer se précipiter, balayer les maisons, les animaux et les gens et provoquer des destructions», a-t-il déclaré. Il a rejeté cela simplement comme un rêve, parce qu'il n'était absolument pas au courant qu'une telle chose se produisait, a déclaré Santha.

Cependant, lorsque l'eau de mer a tourbillonné autour de ses genoux et s'est retirée ce matin-là, il s'est souvenu du rêve. Il sentit que cela se réalisait et qu'une seconde vague plus destructrice suivrait. D'où ses avertissements criés aux autres.

C'est le pur instinct qui a conduit à retirer les tortues avant ses enfants, a expliqué Santha. Engagé dans le sauvetage et le soin des tortues dès l'âge de neuf ans, c'était plutôt une action réflexe, «ayant passé tant de temps avec elles», a-t-il dit.

De nombreux mythes antiques abondent dans le monde sur les tortues et les tortues immortalisées à travers le temps dans les sculptures, les peintures rupestres et les totems. Dans la mythologie grecque, le messager des dieux, Hermès qui aimait les créatures aurait fabriqué sa lyre à partir d'une carapace de tortue.

Alors, le rêve était-il un avertissement des profondeurs ou un message intercepté inconsciemment par lui en raison de son amour et de son association de longue date avec les tortues? Santha ne prétend pas savoir.

Son amour pour les tortues a été hérité de son père, Amarasena Fernando, 68 ans, qui pourrait être considéré comme le premier guerrier «tortue» sri-lankais à s'engager dans le sauvetage des tortues et à récupérer leurs œufs après avoir été dévorés par les humains.

Les paroles d'un vieil étranger sur la plage de Negombo à un jeune Amarasena l'avaient depuis longtemps lancé dans la croisade il y a des années. Amarasena avait suivi son conseil selon lequel les tortues, certaines avec une durée de vie d'environ 300 ans, devraient être respectées et protégées au lieu d'être tuées pour la consommation dans la folle croyance d'atteindre la longévité.

Amarasena avait commencé par acheter des œufs de tortue à un prix élevé à des gens qui les déterraient de la plage pour les vendre au marché. Ils ont été enterrés dans le sable de son jardin jusqu'à ce que les œufs éclosent. Les petits nouveau-nés au moment opportun seraient ensuite libérés dans la mer la nuit. Il a raconté avec joie comment il a sauvé environ cinq grosses tortues en perforant les roues d'un camion qui avait été coincé dans le sable lors du transport des tortues pour l'abattage.

Lorsque le conducteur du camion immobilisé est allé chercher de l'aide, le jeune Amarasena avait relâché les tortues.

Amarasena avait déménagé à Kosgoda et était le pionnier de l'écloserie de tortues en 1960. Avec peu d'espace de jardin, les œufs de tortues étaient enterrés dans le sable dans sa cuisine jusqu'à ce que les nouveau-nés émergent. Parfois, Santha et ses frères et sœurs qui dormaient par terre étaient réveillés par de minuscules bébés tortues rampant sur leurs nattes la nuit.

Santha continue le travail de son père en achetant des œufs de tortues à un prix élevé, en les protégeant jusqu'à l'éclosion et en relâchant les bébés dans la mer.

Aujourd'hui, Santha a environ 400 tortues dans son écloserie à différents stades de croissance. Il garde environ 20 grandes tortues adultes dans des bassins. Parmi eux, cinq sont handicapés, certains étant aveugles et certains handicapés en raison de blessures. Le reste serait gardé pendant environ cinq ans avant d'être relâché afin de s'assurer qu'ils ne deviendraient pas les victimes des prédateurs qui s'en prennent à la plupart des bébés tortues qui se retrouvent chaque année dans la mer. On estime que seulement un nouveau-né sur 1,000 survit jusqu'à l'âge adulte.

L'amour pour les tortues a arrêté la scolarité de Santha à un âge précoce, mais pas son éducation. Il donne des informations sur les différents types de tortues, leur durée de vie moyenne, leur nourriture et leurs prédateurs, et les dangers auxquels toutes les tortues sont confrontées, des filets de pêche aux sacs en plastique.

Partant d'un enclos contenant des monticules d'œufs recouverts de sable tabulés, les visiteurs sont emmenés autour de plusieurs réservoirs d'eau de mer qui abritent des tortues à différents stades de croissance. Santha semble les connaître individuellement pendant qu'il les explique.

«Je vérifie les nouveau-nés individuellement avant de les relâcher dans la mer. Il y en a qui sont aveugles et handicapés. Je les garde dans un réservoir séparé pour les soigner », explique-t-il.

Santha s'arrête et crie des noms à chaque réservoir, et les tortues répondent et nagent vers lui. La plupart portent le nom de visiteurs européens qui ont donné de l'argent pour l'entretien du couvoir. Il y a Kara King et Jane d'Angleterre. Il y a «Julia», une albinos qui a figuré dans un «turtlenapping» par un homme sans scrupules attiré par une grosse somme d'argent d'un étranger.

Santha n'encourage pas à toucher les tortues. Les visiteurs peuvent être porteurs de virus nuisibles à ses charges, ainsi que des produits pour la peau utilisés tous les jours qui peuvent également nuire aux tortues délicates, explique-t-il. Cependant, il existe une exception. "Vous pouvez essayer de toucher celui-ci."

«Ça mord», prévient-il. Il insère sa main dans l'eau et la retire rapidement alors que la tortue se précipite et se brise. «Il a du tempérament et se bat avec les autres», dit-il.

D'autres réservoirs abritent un grand aveugle et un autre qui a eu une nageoire blessée par un filet de pêche.

Les blessés et les aveugles sont soignés et ne seront pas relâchés dans la mer car Santha craint qu'ils ne deviennent des victimes de prédateurs.

Santha espère construire un jour un hôpital pour tortues dans un bloc de terre adjacent. Mais pour le moment, cela semble être un rêve à réaliser, car le terrain coûterait à lui seul 30 millions de roupies.

Pendant ce temps, Amarasena, qui avait travaillé sous la direction du célèbre scientifique sri-lankais, feu Cyril Ponnamperuma, a sa propre théorie sur le tsunami. C'était un cas d'alignement de la lune et de plusieurs étoiles dans le système solaire qui a provoqué une attraction gravitationnelle massive sur la Terre qui y a conduit, affirme-t-il. Déclarant que les avertissements d'une catastrophe majeure (pas spécifiquement un tsunami) fournis aux médias par lui environ trois mois avant l'événement n'ont pas été pris en compte.

Il prédit une autre catastrophe majeure en 2030.

Toutes les photos © Panduka Senanayake