Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Pilotes Ryanair: Nouvel an, mêmes menaces

0a1a-105
0a1a-105

2018 a été une année charnière pour Ryanair, ses pilotes et son personnel de cabine, s'engageant dans le territoire jusqu'alors inconnu du dialogue social. Alors que les négociations sur les conventions collectives de travail (CLA) se poursuivent à des vitesses variables à travers l'Europe, Ryanair persiste à utiliser les menaces comme outil de négociation. Au cours des trois premiers jours de 2019, lors de négociations avec les syndicats du personnel de cabine en Espagne, Ryanair a menacé de fermer deux bases aux îles Canaries si le personnel de cabine ne signait pas de CLA avant le 18 janvier 2019. Des menaces et ultimatums similaires avaient été adressés au pilote. les syndicats l'an dernier et minent gravement la confiance des pilotes dans la bonne foi de Ryanair. Les syndicats de pilotes de plusieurs pays ont suspendu les négociations en raison de telles menaces suspendues dans l'air.

«Nous voyons les fermetures de bases et la réduction des effectifs utilisés par Ryanair comme le« Bogeyman »pour pousser les employés à se soumettre - pas de grève, pas de différends, pas de négociations difficiles, acceptez simplement notre« accord »», déclare Jon Horne, président de la CEA. «Ryanair a une histoire de ce comportement, avec pour résultat l'aliénation de ses employés. Peut-être que la direction a déjà oublié que ce «nouveau Ryanair» est censé être une meilleure version de lui-même? Quelle qu'en soit la raison, un tel comportement n'est pas acceptable et montre un mépris total pour toute forme de relations professionnelles normales, contredisant ses propres affirmations d'établir des relations positives avec les syndicats de pilotes (et d'équipage de cabine). »

Les menaces de fermeture et de réduction des effectifs des bases ont déjà été utilisées à plusieurs reprises. S'agit-il d'une tactique de peur ou d'une punition pour les employés qui exercent leur droit fondamental à la négociation collective et à la grève?

En 2018, immédiatement après la grève des pilotes de Ryanair en Allemagne et aux Pays-Bas, Ryanair a fermé la base d'Eindhoven aux Pays-Bas, fermé la base de Brême et réduit la taille d'une autre base en Allemagne. Le syndicat néerlandais des pilotes VNV a amené Ryanair devant le tribunal pour contester ce transfert forcé d'équipage à la suite de la fermeture de la base. Dans sa décision, le tribunal de district néerlandais de Hertogenbosch a conclu que Ryanair n'avait pas expliqué pourquoi le déplacement de l'équipage était nécessaire et a déclaré que la décision de fermer la base semblait être une mesure de représailles pour les grèves (source: Reuters)

De même, à la mi-2018, Ryanair a émis un avis de protection à environ 300 pilotes et membres d'équipage de cabine à Dublin, avec la menace de les transférer en Pologne ou de mettre fin à leur contrat. Auparavant, Ryanair fermait des bases à Marseille (France) et à Billund et Copenhague (Danemark), dans le but de contourner les syndicats et d'éviter les contraintes des réglementations locales du travail ou de la sécurité sociale. En décembre 2017, à la suite de sa crise d'annulation, Ryanair aurait menacé d'imposer des sanctions aux pilotes basés à Dublin s'ils sollicitaient une représentation syndicale.

«Ryanair affirme qu'il y a une sorte de raison commerciale à ces fermetures de bases et aux menaces de réduction des effectifs.» dit Jon Horne. «Mais à ce jour - comme l'ont montré les verdicts des tribunaux néerlandais - il n'a pas fourni de preuves convaincantes pour étayer cette affirmation. Au lieu de cela, plusieurs menaces de fermeture de bases ont disparu dans les airs lorsque les problèmes de main-d'œuvre ont été résolus.

«L'incapacité de Ryanair à apprendre à s'engager dans des pratiques normales de relations industrielles pourrait être une force déstabilisatrice importante en 2019», a déclaré le secrétaire général de la CEA, Philip von Schöppenthau. «Ryanair se rend-il compte de l'impact sur la vie des équipages et des familles dans ces bases? Il est temps pour Ryanair - et ses actionnaires - de se demander comment une telle «militarisation» des fermetures de bases est compatible avec les déclarations d'établissement de relations syndicales positives et avec leur stratégie de dialogue social et de fidélisation des équipages. À notre avis, c'est tout simplement contre-productif et insoutenable. »