Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Le Ghana accueille de nouveau des personnes d'origine africaine cette année

Président-ghanéen-Nana-Akufo-Addo
Président-ghanéen-Nana-Akufo-Addo

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a désigné l'année 2019.

Dans le but d'attirer les personnes d'origine africaine à visiter leur continent d'origine, le président ghanéen Nana Akufo-Addo a désigné l'année 2019 comme «l'Année du retour» pour commémorer la résilience des Africains contraints à l'esclavage et encourager leurs descendants à rentrer chez eux .

«Nous connaissons les réalisations et les contributions extraordinaires que les Africains de la diaspora ont apportées à la vie des Américains, et il est important que cette année symbolique, 400 ans plus tard, nous commémorions leur existence et leurs sacrifices», a déclaré le président Nana plus tôt en septembre dernier. an.

Son timing était basé sur le premier débarquement enregistré d'un navire transportant des Africains en Virginie, aux États-Unis, en août 1619 selon les historiens.

Le président ghanéen a proclamé 2019 «Année du retour» pour tous les descendants d'Africains de la diaspora qui ont été capturés et transportés dans les Amériques comme esclaves aux 17e et 18e siècles.

Intitulée «Année du retour, Ghana 2019», la proclamation a été lue en septembre de l'année dernière lors d'une cérémonie organisée au United States National Press Club à Washington DC pour lancer officiellement un programme d'activités marquant le 400e anniversaire de l'arrivée du premier asservit les Africains à l'Amérique du Nord anglaise en 1619.

L'Année du retour cherche à faire du Ghana le centre d'intérêt de millions de descendants africains qui réagissent à leur marginalisation en traçant leur ascendance et leur identité. Par cela, le Ghana devient le phare pour les Africains vivant sur le continent et la diaspora.

La Proclamation reconnaît la position unique du Ghana en tant qu'emplacement de 75% des donjons d'esclaves construits sur la côte ouest de l'Afrique et la politique actuelle du président en fait une priorité nationale de tendre la main aux Africains de la diaspora.

En plus de prendre note du fait que «le Ghana a plus d'Afro-Américains vivant dans le pays que tout autre pays africain», il s'est également félicité de la loi sur le droit de résidence du Ghana sur l'immigration qui accorde la liberté aux personnes ayant ce droit «de vivre et de entrer et sortir du pays sans laisser ni entrave.

Un autre facteur influençant la proclamation est la résolution du 115e Congrès américain (HR 1242) établissant la Commission d'histoire afro-américaine des 400 ans pour commémorer cet anniversaire.

Avec le lancement universel à Washington, le Ghana est ainsi habilité à poursuivre son intention d'entreprendre des activités tout au long de l'année 2019 pour commémorer l'événement.

S'exprimant lors du lancement, le président Akufo-Addo a rappelé le premier rôle de leadership panafricain du Ghana et a promis que «sous ma direction, le Ghana continuera à veiller à ce que notre réputation panafricaine durement acquise ne soit pas perdue».

«Faire du Ghana le centre des activités pour commémorer le débarquement des premiers Africains réduits en esclavage dans les colonies anglaises d'Amérique du Nord est, par conséquent, une énorme opportunité de renforcer le leadership du Ghana», a déclaré le président Akufo-Addo.

Le directeur général de la Ghana Tourism Authority (GTA), M. Akwasi Agyemang, a situé le «droit au retour» dans le contexte de la Bible chrétienne dans laquelle le peuple d'Israël biblique s'est vu promettre un retour sur sa terre légitime après 400 ans en exilé.

«En 2019, nous ouvrons encore plus nos bras pour accueillir chez eux nos frères et sœurs dans ce qui deviendra un voyage de droit d'aînesse pour la famille africaine mondiale», a-t-il déclaré.

Des célébrités telles que le mannequin Naomi Campbell et les acteurs Idris Elba et Rosario Dawson ont lancé le programme d'un an en assistant au festival Full Circle à Accra à la fin du mois de décembre.

Le Ghana est toujours parsemé de donjons et de châteaux établis pendant la traite des esclaves, qui servent de rappel puissant du passé pour éduquer les citoyens et les visiteurs étrangers sur l'esclavage.

L'ancien président américain Barack Obama et sa famille ont visité le château de Cape Coast en 2009 et l'ont décrit comme un lieu de «profonde tristesse».

"Cela nous rappelle que, aussi mauvaise que puisse être l'histoire, il est également possible de la surmonter", a déclaré Obama aux journalistes lors de la visite du monument, avec sa tristement célèbre "porte de non-retour" dans le donjon.

En 2000, le Ghana a adopté une législation visant à faciliter la vie et le travail des personnes de la diaspora africaine dans ce pays africain. Le président Akufo-Addo s'est engagé à simplifier le processus de visa.

La ministre du Tourisme, Catherine Abelema Afeku, organise des festivals de musique et de culture, y compris les célébrations de l'indépendance du Ghana en mars de cette année, y compris Panafest, un festival de théâtre visant à rassembler les Africains du continent et ceux de la diaspora pour célébrer puis discuter des problèmes de l'esclavage.