Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Le Premier ministre jamaïcain appelle à une plus grande collaboration pour une résilience durable dans le secteur du tourisme

Jamaïque-4
Jamaïque-4
Avatar
Écrit par éditeur

Premier ministre de la Jamaïque, le très hon. Andrew Holness dit qu'il faut déployer davantage d'efforts pour renforcer les liens avec les industries clés afin de créer une industrie du tourisme plus résiliente et durable.

«La gestion des crises nécessite une coordination et une approche conjointe du point de vue du gouvernement et des parties prenantes. Il est donc important que toutes les parties prenantes participent. Je suis très satisfait des performances de l'industrie du tourisme, mais le tourisme n'existe pas en lui-même en vase clos.

Il doit se coordonner avec toutes les agences et donc une partie de la capacité d'être plus résilient, et de s'adapter est la façon dont nous nous connectons et créons des liens. La résilience dépend du ministère de la Santé, du ministère de la Sécurité nationale, du ministère de la Science et de la Technologie et du ministère de l'Éducation. Il faut faire plus d'efforts pour garantir cela, si nous voulons être efficaces dans la gestion des crises », a déclaré le Premier ministre.

Le Premier ministre a tenu ces propos lors du lancement du Global Resilience and Crisis Management Center au Montego Bay Convention Center le 30 janvier 2019.

«La stratégie de la Jamaïque n'est pas seulement de garantir la sécurité de la Jamaïque, mais de collaborer avec tous les autres pays… les visiteurs de l'île peuvent être assurés de se trouver dans un environnement sûr, sécurisé et sain», a déclaré le Premier ministre Holness.

Le centre se concentrera sur: l'évaluation, la cartographie et la planification des risques; Politique du cyberespace et lutte contre le terrorisme; Collaborations de recherche liées à la résilience; Développement de systèmes d'innovation; Coordination des politiques de résilience avec le gouvernement, mobilisation des ressources, renforcement des capacités et partage transfrontalier des renseignements.

S'exprimant lors du lancement, le ministre du Tourisme, l'hon. Edmund Bartlett a déclaré: «Le Centre se concentre actuellement sur quatre produits livrables clés. La première est la création d'une revue académique, qui sera un recueil de publications savantes, sur divers éléments des 5 segments de disruptions. Le comité de rédaction a déjà été créé, dirigé par le professeur Lee Miles de l'Université de Bournemouth, avec l'aide de l'Université George Washington. Dans les quatre prochains mois, ce journal sera prêt », a déclaré le ministre.

Les autres livrables comprennent: un recueil des meilleures pratiques / un plan pour la résilience; un baromètre de la résilience pour mesurer la résilience dans les pays et fournir des repères pour guider les pays; et de créer une chaire universitaire à l'Université des Antilles pour l'innovation et la résilience.

«Je suis heureux d'annoncer que nous avons deux propositions devant nous pour le financement de cette chaire. L'un vient d'Espagne et l'autre de la Jamaïque. Nous cherchons toujours parce qu'une partie de ce que nous devons avoir, ce sont les ressources pour gérer les installations au fil du temps », a déclaré le ministre.

Le Centre, qui est hébergé à l'Université des Antilles, sera composé d'experts et de professionnels locaux, régionaux et internationalement reconnus dans les domaines de la gestion du climat, de la gestion de projets, de la gestion du tourisme, de la gestion des risques touristiques, de la gestion des crises touristiques, de la gestion de la communication, marketing et image de marque du tourisme ainsi que suivi et évaluation.

«Nous attendons avec impatience le travail qui va être accompli et nous voulons travailler en étroite collaboration avec l’Université des Antilles, car nous pensons qu’il nous sera utile de comprendre comment le reste du gouvernement peut bénéficier des leçons que vous peut nous apprendre, pour nous assurer que nous sommes résilients et que nous pouvons gérer les crises », a déclaré le Premier ministre.

Le Centre offrira également des possibilités de bourses de recherche aux personnes qui cherchent à élargir leurs connaissances ou à acquérir de l'expérience dans la résilience du tourisme et la gestion de crise, grâce à la recherche postdoctorale, et des stages pour les étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs dans des domaines d'études liés à la résilience du tourisme et à la gestion des crises.