Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Pas d'entrée en Australie pour les femmes saoudiennes voyageant sans tuteur masculin?

UA saoudiennes
UA saoudiennes
Avatar

Les agents des forces frontalières australiennes ciblent-ils les femmes saoudiennes dont ils soupçonnent qu'elles demanderont l'asile? L'Australie empêche-t-elle les femmes saoudiennes en quête d'asile d'entrer dans ce pays?

Four Corners est l'un des principaux spécialistes mondiaux de la migration qui a aidé des particuliers, des petites entreprises et des multinationales depuis 1996 à immigrer en Australie.
Selon Four Corners, les femmes saoudiennes sont sur la liste des cibles de l'Australie pour refuser l'entrée.

Four Corners a des preuves d'au moins deux jeunes Saoudiennes qui sont arrivées à l'aéroport de Sydney au cours des deux dernières années mais qui ont été refoulées après avoir clairement fait connaître leur demande d'asile aux autorités australiennes. Four Corners a également appris que les Saoudiennes qui arrivent seules dans les aéroports australiens sont interrogées sur les raisons pour lesquelles elles voyagent sans tuteur masculin.

Au moins 80 Saoudiennes ont demandé l'asile en Australie ces dernières années, beaucoup d'entre elles fuyant les lois oppressives de tutelle masculine d'Arabie saoudite, qui permettent à leurs maris, pères, frères, oncles et même fils de contrôler strictement leur vie.

Four Corners s'est entretenu avec plusieurs Saoudiennes qui ont réussi à s'échapper du royaume du Moyen-Orient et à se rendre en Australie. Tous restent sur des visas relais en attendant que leur demande d'asile soit traitée.

Le Dr Taleb Al Abdulmohsen, un activiste politique saoudien vivant en Allemagne, était en contact étroit avec Amal, une Saoudienne qui a atteint l'aéroport de Sydney en novembre 2017 et lui a décrit ce qui lui était arrivé.

«Ils soupçonnaient qu'elle allait demander l'asile. Lorsqu'ils ont dit qu'elle ne serait pas autorisée à entrer et qu'elle serait renvoyée en Arabie saoudite, elle a alors demandé l'asile. Mais ils ne l'ont pas laissée faire cette affirmation », a-t-il déclaré.

Amal a envoyé un message au Dr Abdulmohsen et lui a dit que les Australiens l'avaient placée dans un centre de détention et qu'on ne lui avait pas proposé d'avocat.

Au bout de trois jours, ils l'ont forcée à être expulsée. Elle a été renvoyée en Corée du Sud, où elle était en transit pour se rendre à Sydney. La militante a entendu brièvement Amal une fois arrivée à Séoul. Elle lui a dit qu'elle était paniquée d'être arrêtée par des responsables saoudiens et qu'elle ne savait pas où elle allait ensuite. Le Dr Abdulmohsen dit qu'il a ensuite perdu le contact avec Amal.

Four Corners peut également révéler le cas de deux sœurs saoudiennes qui ont été empêchées d'embarquer sur un vol à destination de Sydney au départ de Hong Kong.

Le 6 septembre de l'année dernière, les sœurs ont été confrontées au consul général saoudien alors qu'elles transitaient par l'aéroport de Hong Kong et empêchées d'embarquer sur leur vol prévu.

Les sœurs avaient des visas australiens valides et elles ont réservé des sièges sur le prochain vol Qantas, mais Four Corners peut confirmer qu'un responsable des forces frontalières australiennes travaillant à l'aéroport de Hong Kong les a empêchées d'embarquer sur ce vol après avoir soupçonné qu'elles allaient demander l'asile.

Le ministère de l'Intérieur a annulé les visas des femmes et a refusé de commenter l'affaire. Les jeunes femmes ont maintenant passé les quatre derniers mois à vivre cachées à Hong Kong, se déplaçant plusieurs fois pour éviter que leur famille ou les autorités saoudiennes ne les traquent.

Début janvier, l'adolescente saoudienne Rahaf Mohammed a fait la une des journaux du monde entier lorsqu'elle s'est enfermée dans un hôtel de l'aéroport de Bangkok après avoir été arrêtée par des agents d'immigration thaïlandais alors qu'elle tentait de rejoindre l'Australie.

Rahaf, qui a obtenu l'asile au Canada après l'intervention du HCR, a déclaré à Four Corners qu'elle avait été avertie des questions que les responsables des forces frontalières australiennes lui poseraient à son arrivée.

Un responsable de la frontière australienne demande régulièrement à une saoudienne voyageant seule si son tuteur lui a permis de voyager. Ils demandent son numéro de téléphone pour l'appeler. Ils lui demandent également de leur donner son téléphone portable et de lire ses SMS, WhatsApp et autres messages de chat et e-mails, à la recherche de signes d'intention d'asile, et ils fouillent méticuleusement les bagages pour trouver des signes d'intention d'asile tels que les certificats scolaires.

Ceux qui franchissent les frontières des forces frontalières disent qu'ils ne se sentent toujours pas en sécurité en Australie. Ils disent être harcelés et intimidés par des hommes saoudiens vivant en Australie qui tentent de les contraindre à rentrer chez eux.

Four Corners a établi que l'un de ces hommes travaille pour le ministère saoudien de l'intérieur.