Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Vols annulés, trains arrêtés, services de bus interrompus - la grève du chaos paralyse la Belgique

0a1a-128
0a1a-128

La grève générale des syndicats sur les salaires et les conditions de travail a mis la Belgique à l'arrêt brutal, provoquant un chaos complet dans les aéroports, sur les routes et dans le ciel.

Bien que Brussels Airlines ait averti à l'avance de la grève générale la semaine dernière, des milliers de voyageurs incapables de modifier leurs plans se sont retrouvés bloqués dans les aéroports du pays qui héberge la capitale européenne. Les plans de voyage de 60,000 XNUMX personnes ont été affectés, seuls les vols d'urgence et militaires étant autorisés à partir ou à arriver dans tout le pays.

Les contrôleurs aériens étant en congé, même les vols prévus pour traverser l'espace aérien belge ont dû rediriger et contourner complètement le pays.

La frappe coïncide avec la visite des ministres de la défense de l'OTAN, arrivés à Bruxelles pour une réunion prévue. Même ces responsables de l'OTAN n'étaient pas exempts du chaos et ont été contraints d'atterrir dans les pays voisins et de conduire le reste du chemin.

Se déplacer en Belgique n'a pas été plus facile. La grève de mercredi inclut les travailleurs des transports publics bruxellois et l'autorité nationale des chemins de fer, entraînant d'importants retards de train et de bus.

Plusieurs usines ont été bloquées par des grévistes, tandis que de nombreux piquets et manifestations ont obstrué les routes. Deux travailleurs à Gand ont été hospitalisés lorsqu'un conducteur en colère contre la ligne de piquetage bloquant la circulation s'est écrasé avec son véhicule. Le chauffeur a été immédiatement arrêté.

Outre les employés de l'industrie du transport, la grève a également touché un grand nombre de fonctionnaires. Cela signifie que les écoles et les crèches ont également été fermées pour la journée et que la police a dû remplacer temporairement le personnel des prisons belges.

Ceux qui participent à l'arrêt de travail de 24 heures sont membres des trois plus grands syndicats de Belgique, qui comptent ensemble près de 4 millions de membres sur une population totale de 11 millions d'habitants. On s'attend à ce que leurs efforts combinés causent des dizaines de millions d'euros de dommages économiques.

«Ce que nous voulons, c'est dire aux employeurs, quels qu'ils soient, que nous en avons assez qu'ils mettent toute la pâte que nous créons dans leurs poches. Il est temps d'en rendre une partie aux travailleurs », a déclaré à la radio publique Robert Verteneuil, président de la Fédération générale socialiste du travail belge, le jour de la grève.

Les responsables ont répondu à la grève en disant qu'elle ne résoudra rien et en appelant au dialogue, tout en insistant sur le fait que leurs propositions d'augmentation de salaire étaient raisonnables.