Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

La Tanzanie emprisonne un ressortissant chinois pour trafic d'ivoire

0a1a-189
0a1a-189

Le magistrat résident tanzanien a condamné aujourd'hui un ressortissant chinois à 15 ans de prison pour trafic de défenses d'éléphant, que les procureurs ont prétendu avoir été coupées sur environ 400 éléphants d'Afrique.

Le magistrat résident de Kisutu de la ville commerciale de Dar es Salaam avait condamné l'éminente femme d'affaires chinoise Yang Feng Glan dans sa décision après que les procureurs eurent déclaré au tribunal que l'accusée chinoise, également connue sous le nom de «reine d'ivoire», avait été inculpée en octobre 2015 et accusé de contrebande d'environ 860 pièces (d'une valeur de 5.6 millions de dollars) d'ivoire entre 2000 et 2004.

L'accusé a nié les accusations.

La police a déclaré que Yang, 69 ans, vivait en Tanzanie depuis les années 1970 et était secrétaire général du China-Africa Business Council of Tanzania. Elle possède également un restaurant chinois populaire à Dar es Salaam, la capitale tanzanienne.

La femme chinoise et deux hommes tanzaniens connus sous le nom de Salivius Matembo et Manase Philemon ont été reconnus coupables par le tribunal de Dar es Salaam d'avoir dirigé un gang criminel organisé et de crime contre la faune.

Le magistrat du tribunal de Kisutu a prononcé des peines de 15 ans de prison contre le trio. Le magistrat a également ordonné aux trois hommes de payer deux fois la valeur marchande des défenses d'éléphant ou de faire face à deux ans de prison supplémentaires.

Dans des documents judiciaires, les procureurs ont déclaré que Yang cherchait à «organiser, gérer et financer un racket criminel en collectant, transportant ou exportant et vendant des trophées du gouvernement» pesant un peu plus de deux tonnes.

La demande d'ivoire des pays asiatiques tels que la Chine et le Vietnam a conduit à une augmentation du braconnage à travers l'Afrique.

Selon un recensement de 2015, la population d'éléphants de Tanzanie est tombée à un peu plus de 43,000 2014 en 110,000 contre 2009 XNUMX en XNUMX. Les groupes de conservation ont accusé le braconnage «à l'échelle industrielle».

Mme Yang n'est pas la première personne chinoise à être condamnée pour contrebande d'ivoire en Tanzanie ces dernières années. En mars 2016, deux Chinois ont été condamnés chacun à 35 ans de prison; en décembre 2015, un autre tribunal a condamné quatre Chinois à 20 ans chacun pour contrebande de cornes de rhinocéros.

L'unité nationale et transnationale d'enquête sur les crimes graves de Tanzanie l'avait suivie pendant plus d'un an.

La Tanzanie reste la zone la plus touchée par le braconnage de l'ivoire en Afrique. Le pays aurait perdu les deux tiers de sa population totale d'éléphants au cours de la dernière décennie.

Ces dernières années, les autorités chinoises ont fait de gros efforts pour collaborer avec la communauté internationale dans la répression du commerce de l'ivoire. En mars, la Chine a interdit les importations d'ivoire et d'articles en ivoire sculpté acquis avant le 1er juillet 1975, date à laquelle la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction est entrée en vigueur.