Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Un film sur les requins effraie les chefs du tourisme

000ss_82
000ss_82
Avatar
Écrit par éditeur

Les opérateurs touristiques se préparent à la sortie d'un film qui dépeint la Grande Barrière de Corail comme un terrain de chasse pour les grands requins blancs mangeurs d'hommes.

Les opérateurs touristiques se préparent à la sortie d'un film qui dépeint la Grande Barrière de Corail comme un terrain de chasse pour les grands requins blancs mangeurs d'hommes.

The Reef, un film de 3.5 millions de dollars qui a été tourné à Bowen et Hervey Bay, doit sortir en Australie l'année prochaine.

Il fait suite à une année mouvementée pour les voyagistes de Reef, qui ont eu du mal à se maintenir à flot pendant un ralentissement du tourisme.

Le film, basé sur une histoire vraie, raconte l'histoire de quatre amis qui sont forcés de nager vers une île voisine après que leur yacht ait chaviré sur la Grande Barrière de Corail.

Le groupe est traqué par un grand requin blanc tueur.

Le film est soutenu par le gouvernement de l'État.

Le PDG de l'Association of Marine Park Operators, le colonel McKenzie, a décrit le film comme de la pure fantaisie, car les grands blancs ne sont pas connus pour s'aventurer plus au nord que Hervey Bay.

M. McKenzie a déclaré que des films précédents, tels que Open Water, qui décrivaient l'histoire d'un couple échoué sur le récif terrorisé par des requins après avoir été laissé derrière par leur bateau de plongée, avaient nui à l'industrie.

"Nous savons de l'industrie, de tout type d'attaque de requin, de tout type qu'ils diffusent dans les films Jaws et des choses comme ça, il y a une baisse des demandes de renseignements au sein de l'industrie du tourisme maritime", a-t-il déclaré.

Le directeur général de Tourism Tropical North Queensland, Rob Giason, craignait que le film, qui était présenté comme «basé sur une histoire vraie», puisse donner une fausse impression sur ce qu'était vraiment l'expérience de la Grande Barrière de Corail.

«Le problème qui me préoccupe est que cette licence de création particulière déforme en fait la réalité», a déclaré M. Giason.

La ministre du Changement climatique et de la durabilité, Kate Jones, a déclaré que le tournage se terminerait bientôt autour de l'île Fraser, classée au patrimoine mondial.

«Le gouvernement Bligh est fier de soutenir une industrie cinématographique qui utilise les plages et les eaux immaculées du Queensland comme toile de fond pour les films internationaux», a déclaré Mme Jones.

Le directeur général de Quicksilver, Tony Baker, espérait que le public serait en mesure de tirer parti de la fiction en regardant le film.