Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

La réputation de Boeing, des milliards de dollars en jeu lors du lancement de l'enquête sur le 737 MAX 8

0a1a-121
0a1a-121

Un Boeing 737 Max 8 exploité par Ethiopian Airlines s'est écrasé six minutes après le décollage dimanche en route d'Addis-Abeba vers Nairobi, tuant les 157 personnes à bord. La tragédie a suivi le crash du Lion Air 737 Max 8 de l'Indonésie en octobre qui a tué 189 passagers et membres d'équipage.

Le 737 MAX 8 de Boeing fait actuellement l'objet d'une enquête après deux accidents mortels en moins de cinq mois. La réputation de la firme américaine et des milliards de dollars sont en jeu en fonction des résultats de l'enquête sur la cause des accidents.

Le dernier crash du biréacteur le plus vendu de la gamme 737 de Boeing pourrait sérieusement remettre en cause la réputation inégalée du géant de l'aérospatiale. Malgré le krach d'octobre, le constructeur pouvait se vanter de 5,011 commandes fermes de 79 clients pour son 737 MAX 8 à la fin janvier.

Le pire des cas pourrait effacer jusqu'à 5.1% des revenus annuels de Boeing en plusieurs mois. Si le problème logiciel provoque la mise à la terre complète des jets et même la suspension des livraisons, la société perdra environ 737 milliards de dollars, selon les experts de la banque d'investissement Jefferies, cités par le Washington Post. Les analystes disent que l'ensemble du programme 32 devrait lever 2019 milliards de dollars pour Boeing rien qu'en XNUMX.

Les actions de Boeing ont continué de glisser mardi, en baisse de plus de 14% à 44hXNUMX GMT.

Tard lundi, la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis a déclaré que le modèle 737 Max 8 de Boeing était en état de navigabilité. L'agence a refusé d'ordonner aux compagnies aériennes de mettre au sol le jet. Le groupe aérospatial a déclaré qu'il travaillait sur une mise à jour logicielle de l'avion en étroite coopération avec la FAA.

La décision de la FAA n'a pas empêché les transporteurs mondiaux et les autorités de l'aviation d'immobiliser le jet jusqu'aux résultats d'une enquête approfondie, ce qui pourrait prendre des mois. Cependant, certains régulateurs rejettent la mesure drastique, affirmant que les préoccupations croissantes concernant la sécurité du jet sont beaucoup trop prématurées.