Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Brunei Travel: Prêt à être lapidé à mort? Comment le WTTC et l'OMT réagiront-ils?

BruneiGay
BruneiGay

Le Brunei devient un endroit mortel à visiter à partir du 3 avril, surtout si vous êtes membre de la communauté LGBT.

La semaine prochaine, le Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC) tiendra son sommet annuel à Séville, en Espagne. Les dirigeants du tourisme du monde entier se réuniront et écouteront le conférencier principal, le président américain Obama. Le président Obama, le secrétaire général de l'OMT Zurab Pololikashvili ou la PDG du WTTC Gloria Guevara vont-ils parler de ce qui se passe au Brunei?

Aucun pays au monde n'a émis à ce jour d'avertissement de voyage contre le Brunei. Les autorités américaines ont un avis de voyage de niveau 2 contre l'Allemagne ou les Bahamas, mais jugent les voyages pour les Américains parfaitement sûrs lorsqu'une nouvelle loi menace les citoyens et les visiteurs, y compris les enfants d'être sujets à mort par lapidation pour des actes sexuels entre personnes de même sexe et l'amputation pour vol. Une telle loi entrera en vigueur au Brunéi Darussalam le 3 avril.

Le Brunei est une petite nation sur l'île de Bornéo, en 2 sections distinctes entourées par la Malaisie et la mer de Chine méridionale. Elle est connue pour ses plages et sa forêt tropicale riche en biodiversité, dont une grande partie est protégée dans des réserves. La capitale, Bandar Seri Begawan, abrite l'opulente mosquée Jame'Asr Hassanil Bolkiah et ses 29 coupoles dorées. L'immense palais Istana Nurul Iman de la capitale est la résidence du sultan au pouvoir de Brunei

«Les dispositions en suspens du Code pénal du Brunei autoriseraient la lapidation et l'amputation comme punitions - y compris pour les enfants, pour ne citer que leurs aspects les plus odieux», a déclaré Rachel Chhoa-Howard, chercheuse sur le Brunei à Amnesty International.

«Le Brunei doit immédiatement mettre un terme à ses plans de mise en œuvre de ces punitions cruelles et réviser son code pénal conformément à ses obligations en matière de droits de l'homme. La communauté internationale doit condamner d'urgence la décision du Brunei de mettre en pratique ces sanctions cruelles.

Ces sanctions sont prévues dans les sections nouvellement mises en œuvre du Code pénal du Brunéi Darussalam Syariah qui doivent entrer en vigueur le 3 avril 2019, selon un discret avis sur le site Web du procureur général.

«Légaliser des peines aussi cruelles et inhumaines est épouvantable en soi. Certaines des «infractions» potentielles ne devraient même pas être considérées comme des crimes du tout, y compris les relations sexuelles consensuelles entre adultes du même sexe », a déclaré Rachel Chhoa-Howard. «Ces dispositions abusives ont été largement condamnées lors de la première discussion des plans il y a cinq ans.»

Amnistie exprimée préoccupations graves sur le code pénal lorsque la première phase du code a été mise en œuvre en avril 2014.

«Le Code pénal du Brunei est une loi profondément imparfaite contenant une série de dispositions qui violent les droits de l'homme», a déclaré Rachel Chhoa-Howard. «En plus d'imposer des châtiments cruels, inhumains et dégradants, il restreint de manière flagrante les droits à la liberté d'expression, de religion et de conviction, et codifie la discrimination à l'égard des femmes et des filles.»

La lapidation et la chasse aux membres de la communauté LGBT ne sont pas un problème isolé au Brunei seulement. Le Brunei rejoint des pays comme l'Irak, l'Iran, l'Arabie saoudite ou la Tanzanie.

Contexte

Le Brunéi Darussalam a signé mais pas encore ratifié la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, et a rejeté toutes les recommandations à cet effet dans son examen des droits de l'homme à l'ONU en 2014.

En vertu du droit international des droits de l'homme, les châtiments corporels sous toutes leurs formes, telles que la lapidation, l'amputation ou le fouet, constituent une torture ou d'autres châtiments cruels, inhumains ou dégradants, qui sont interdits en toutes circonstances.

Les actes de torture et autres mauvais traitements sont absolument proscrits dans les principaux instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme, que le Brunei n'a pour la plupart ni signés ni ratifiés. En outre, cette interdiction est également reconnue comme une règle impérative du droit international coutumier, ce qui signifie que chaque État est lié par celle-ci même s'il n'est pas partie à un traité des droits de l'homme pertinent. Tous les actes de torture constituent des crimes au regard du droit international.

Si le Brunei maintient la peine de mort en droit, il est abolitionniste dans la pratique. Une nouvelle condamnation à mort a été prononcée en 2017 pour une infraction liée à la drogue.

Il y a quelques années à peine, le sultan de Brunei a déclaré au Secrétaire général de l'OMT et PDG du WTTC: «Nous ferons de notre mieux pour soutenir le tourisme. Le tourisme revêt une importance stratégique pour le Brunei et repose sur deux ressources principales: la forêt tropicale vierge du pays au cœur de Bornéo et son patrimoine spirituel et culturel. La protection et la conservation de l’environnement doivent donc être au cœur de tout développement touristique, a souligné le Sultan.