Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Le ministre du Tourisme de Maurice sur le China Challenge

alain-anil-gayan
alain-anil-gayan
Écrit par Alain Saint-Ange

Mercredi, Anil Gayan, ministre du Tourisme, a prononcé ce discours sur ce qu'il a appelé le «défi chinois». C'était lors d'une session de brainstorming qui s'est tenue le mois dernier au Hennessy Park Hotel, Ebene:

Tous les cadres supérieurs d'Air Mauritius,

Tous les représentants des Hôtels,

Les acteurs du commerce touristique chinois,

Mesdames et Messieurs,

Un très bon après-midi à tous!

Permettez-moi tout d'abord de dire, Mesdames et Messieurs, que je regrette de ne pas avoir pu être avec vous lors de cette très importante séance de travail sur ce que j'appellerai le «China Challenge».

Je suis également convaincu que vous avez abordé tous les problèmes qui ont nui aux arrivées de touristes en provenance de Chine.

Mesdames et Messieurs,

L'histoire de notre expérience du tourisme en Chine est malheureusement décevante. Je ne souhaite pas me lancer dans un exercice de blâme et de honte car ce sera inutile. Mais ma présence ici cet après-midi vise à explorer les questions suivantes:

Le modèle actuel de notre promotion en Chine est-il le bon? Sinon, pourquoi avons-nous commencé sur le mauvais modèle? Que devons-nous faire maintenant pour réparer tous les dommages qui ont déjà été causés?

J'ai dit au début de ma déclaration que je suis déçu par les performances de la Chine car vous savez qu'il n'y a pas très longtemps, près de 100 000 touristes chinois venaient à Maurice. Aujourd'hui, nous sommes moins de 50 000. Alors que s'est-il passé?

Commercialisons-nous correctement notre produit touristique? Sommes-nous toujours à l'aise de commercialiser Maurice en Chine comme une destination verte? Ou les touristes chinois cherchent-ils autre chose?

Est-il possible de remédier à la situation? Air Mauritius et moi sommes-nous heureux de voir tous les gros plans d'Air Mauritius présents cet après-midi? Air Mauritius, seul transporteur vers la Chine, est-il engagé dans le développement de ce marché?

J'entends sans cesse que les frais de vol d'Air Mauritius vers la Chine sont très élevés. Et ils doivent s'attaquer à ce problème. Les coûts des vols vers la Chine sont-ils réalistes? Pouvons-nous avoir une évaluation honnête et une ventilation des coûts pour vérifier si ce que nous dit Air Mauritius se compare aux coûts d'autres compagnies aériennes desservant la Chine?

Je soulève ces questions parce que je suis sûr que vous avez dû les résoudre au cours de la journée. Je répète à tous les acteurs du tourisme que la sensibilité aux prix est une préoccupation pour tous et qu'il ne faut jamais oublier que les voyageurs ont des choix. Nous devons être humbles dans ce que nous proposons et ce que nous proposons doit être raisonnable et abordable.

Mais avant tout, permettez-moi de vous donner mon opinion personnelle à ce sujet. Je suis un ami de la Chine, je suis allé en Chine à plusieurs reprises et je pense que la Chine est une amie très proche de Maurice. Et entre amis, nous devons être capables de travailler ensemble pour voir comment nous pouvons améliorer notre amitié et voir comment faire en sorte que plus d'amis nous rendent visite et que plus de Mauriciens se rendent également en Chine. Voilà donc la base sur laquelle je travaille aujourd'hui.

Alors, tout d'abord, Mesdames et Messieurs, je crois que la Chine est un partenaire important de notre industrie touristique. Mais la question à laquelle nous devons répondre: sommes-nous prêts pour les Chinois?

Faisons-nous systématiquement sentir aux Chinois chez eux sur nos vols, sur les vols Air Mauritius et aussi dans les hôtels? Comme vous le savez, la Chine compte le plus grand nombre de touristes à l'étranger et ce nombre continuera d'augmenter. Pouvons-nous nous permettre d'ignorer la Chine et, si nous ignorons la Chine, sera-t-il dans notre intérêt national de le faire?

On m'informe que seuls 10% des Chinois sont titulaires d'un passeport et que c'est déjà 130 millions de Chinois. Si ce nombre est doublé au cours des prochaines années, vous pouvez imaginer le potentiel.

Nous avons une présence chinoise à Maurice depuis des décennies et, en vertu de cette histoire et aussi par la détermination du gouvernement mauricien à préserver la culture, les valeurs, les traditions et la langue chinoises, Maurice ne devrait pas avoir de difficulté à attirer les touristes chinois. Nous avons un Chinatown que les Seychelles n'ont pas, pas les Maldives. Nous avons donc un problème si nous ne parvenons pas à attirer les touristes chinois.

Nous sommes une destination très sûre, sans maladie et sans épidémie. La sécurité n'est pas un problème. Nous avons d'excellents services de communication et informatiques. Maurice célèbre le nouvel an chinois comme jour férié. Nous avons des pagodes depuis l'arrivée du premier immigrant chinois à Maurice. Nous avons des membres de la communauté chinoise qui participent à toutes les sphères de la vie publique et privée à Maurice.

Nous avons l'air pur, le soleil, de beaux paysages, nous prenons du thé et ce sont tous les meilleurs arguments de vente. Maurice a un billet de banque avec l'image d'une figure sino-mauricienne et la cuisine chinoise se trouve partout. Nous avons une ambassade de Chine depuis des décennies et Maurice a également son ambassade à Pékin.

Nous avons régulièrement organisé des roadshows dans plusieurs villes de Chine. Nous avons eu des campagnes sur les réseaux sociaux, des célébrités sont venues après avoir été invitées. Alors quel est le problème?

S'agit-il d'un problème de visibilité / sensibilisation? Ne faisons-nous pas la bonne chose de mal ou faisons-nous la mauvaise chose lorsque nous faisons la promotion de Maurice en Chine? Manquons-nous de publicité?

Quel modèle économique faut-il avoir pour attirer les Chinois? C'est pourquoi je suis heureux que mon ami l'ambassadeur de Chine soit ici car nous avons besoin avec les autorités chinoises d'essayer de trouver des réponses à ces questions. Et je suis sûr que si nous le faisons correctement, les autorités chinoises seront à nos côtés pour obtenir même de faire voyager leur personnel dans les pays africains pour utiliser les transporteurs mauriciens. Nous pouvons capturer une partie de ces entreprises, mais nous devons parler aux autorités. Nous ne pouvons plus travailler en silos, nous devons être ouverts à de nouvelles possibilités, nous devons être ouverts aux suggestions, personne n'a toujours raison. Et c'est pourquoi je pense que nous devons avoir un aperçu complet de la façon dont nous avons fait les choses.

Permettez-moi de revenir sur ces questions.

Devons-nous revoir notre politique d'accès aérien à cette fin?

Les tarifs aériens sont-ils trop élevés? Parce que j'entends sans cesse que les tarifs aériens sont problématiques.

Qu'en est-il de la connectivité aérienne? Avons-nous un nombre suffisant de vols fiables et réguliers? Sommes-nous satisfaits de l'intégrité des horaires de notre opérateur?

Sur quelles villes devons-nous nous concentrer?

Quel type d'hébergement recherchent les touristes chinois? Avons-nous un hébergement qui répond à tous les besoins du touriste chinois?

Est-ce un fait que les Chinois ne voyagent qu'à certaines périodes spécifiques de leurs vacances? Nous devons le découvrir car nous voulons commercialiser Maurice comme une destination toute l'année. Pouvons-nous les attirer avec un produit toute l'année?

Devrions-nous cibler des groupes d'intérêts spéciaux en Chine? Avons-nous fait les mauvaises choses ou avons-nous mal fait les choses?

Pouvons-nous cibler les retraités? Soldats? Des parents avec des enfants? Les jeunes mariés? Les sportifs? Le golf? Chasse? Pêche? Les casinos?

Permettez-moi également de dire quelque chose en présence des capitaines de l'hôtellerie. Je vais aux foires partout dans le monde et j'entends des choses et je considère qu'il est de mon devoir en tant que ministre du Tourisme de partager ce que j'entends avec toutes les parties prenantes. Les touristes chinois adorent se rendre dans les hôtels de marque. Faisons-nous les bonnes choses en termes de branding de nos hôtels? Je signale ce problème aux capitaines de l'industrie. S'ils veulent vraiment se rendre en Chine, ce problème doit être réglé.

Devrions-nous avoir plus de magasins et acheter des produits de marque?

Pouvons-nous organiser un festival de shopping pour les chinois comme le fait Singapour?

Je ne dis pas que nous y sommes encore mais pouvons-nous avoir une feuille de route pour 5 ans? 10 années? Nous pouvons attirer différents types d'entreprises à Maurice.

Pouvons-nous organiser des camps de vacances pour que les enfants apprennent ou soient exposés à d'autres langues? Et je suis sûr que les parents seront heureux de laisser leurs enfants à un enseignant et de profiter de leurs vacances. Mais ce sont des choses que nous devons faire.

Doit-on aussi, Mesdames et Messieurs, penser à jumeler Maurice et La Réunion comme un forfait vacances? Cela peut-il être fait au sein de l'organisation des îles Vanille sous le concept de complémentarité?

Avons-nous également besoin d'attirer d'autres transporteurs? De Chine? Ou peut-être pas exclusivement de Chine?

Pouvons-nous amener l'un des Gulf Carriers à entreprendre d'amener des touristes chinois à Maurice?

Mesdames et Messieurs,

Mon intérêt n'est pas de me désintéresser de la Chine. Il peut encore y avoir des difficultés mais nous ne pouvons pas renoncer ou oublier tous les investissements déjà réalisés depuis plusieurs années, en termes de capital humain et autres ressources, et nous devons développer une stratégie pour être présents et travailler avec toutes les parties prenantes pour nous assurer de ne pas perdre plus de parts de marché.

À cette fin, Air Mauritius doit s'engager avec tout le monde et ne peut pas continuer à faire les choses de son propre chef sans consulter toutes les parties prenantes concernées, en particulier le ministère du Tourisme et la MTPA.

Je vous remercie de votre aimable attention.