Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Stimuler la connectivité et la coopération intra-africaines grâce à l'Alliance et au partenariat

fichier-6
fichier-6

Les Office africain du tourisme travaille actuellement dur pour établir des partenariats au sein de l'industrie aéronautique. «Voir l'Afrique comme une seule destination est parfait pour toutes les compagnies aériennes qui souhaitent s'associer avec nous», a déclaré Juergen Steinmetz, président par intérim d'ATB.

S'adressant à eTN, M. Vijay Poonoosamy a fait écho à l'importance de l'industrie aérienne pour le continent africain et a déclaré: «Je suis très impressionné par ce que le Office africain du tourisme a réalisé en très peu de temps! Je suis ravi de le soutenir. » M. Vijay Poonoosamy est originaire de Maurice et travaille actuellement en tant que directeur pour le groupe Singapore QI et ancien vice-président d'Etihad Airways.

Lors de la 8e Convention annuelle des parties prenantes de l'aviation récemment conclue de l'Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA), Vijay Poonoosamy a déclaré lors de la modération de la session à Maurice:

L'Afrique avec une population de 1.3 milliard d'habitants, soit 16.6% de la population mondiale, représente moins de 4% des passagers du transport aérien dans le monde.

Le transport aérien africain ne soutient ainsi qu'environ 6.9 millions d'emplois et 80 milliards de dollars d'activité économique, tandis que le transport aérien mondial soutient 65.5 millions d'emplois et 2.7 billions de dollars d'activité économique.

Les nombreux obstacles à la croissance du transport aérien en Afrique comprennent la faiblesse des infrastructures, le faible niveau de vie, les prix élevés des billets, la mauvaise connectivité, les coûts élevés, la faible compétitivité, les restrictions de visa pour les Africains et les non-Africains et le manque de compréhension nationale du multiplicateur significatif. effet du transport aérien.

Lors de l'AFRAA AGA en novembre dernier, le DG et PDG de l'IATA, Alexandre de Juniac, a déclaré que:

fichier2 1«Le bénéfice moyen mondial par passager est de 7.80 $. Mais les compagnies aériennes africaines perdent en moyenne 1.55 $ pour chaque passager transporté. »

Il a également souligné que:

«Les tarifs en Afrique sont relativement élevés, mais les tarifs entre l'Afrique et le reste du monde sont relativement bas, comparés à d'autres marchés d'une longueur de secteur similaire. Le problème n'est pas tant les tarifs élevés par rapport aux normes internationales, mais le niveau de vie si bas en moyenne, donc l'achat d'un billet aller-retour typique d'Afrique coûtera près de 7 semaines de revenu national par personne. Cela coûte moins d'une semaine de revenu national par personne en Europe ou en Amérique du Nord. »

De plus, les Africains ont besoin d'un visa pour en moyenne 55% des pays de notre continent et seuls 14 des 54 pays africains offrent actuellement des visas à l'arrivée aux ressortissants africains.

Cependant, l'Afrique est à l'aube de sa renaissance, mais la question de savoir si le transport aérien africain fera partie de cette renaissance ou non dépend des compagnies aériennes africaines et de leurs parties prenantes.

D'ici 2050, la population africaine devrait être de 2.5 milliards d'habitants, soit 26.6% de la population mondiale.

Selon l'IATA, le nombre de passagers en Afrique devrait doubler d'ici 2035 et tripler dans les 20 prochaines années avec une croissance de 5.4% par an alors que la moyenne mondiale devrait être inférieure à 5% par an sur ces périodes.

La question de savoir si ces formidables opportunités internationales seront principalement saisies par des compagnies aériennes non africaines et si ces formidables opportunités intra-africaines seront en grande partie manquées dépendra de la volonté et de la capacité des compagnies aériennes africaines à travailler et à gagner avec l'aide de leurs Les parties prenantes.

Pour nous aider à explorer comment améliorer la connectivité intra-africaine et la coopération entre African Airlines, nous sommes ravis d'avoir comme panélistes

  • Raja Indradev Buton, directeur des opérations - Air Mauritius
  • Aaron Munetsi, directeur des affaires juridiques et industrielles du gouvernement - AFRAA
  • Dominique Dumas, vice-président des ventes EMEA-ATR
  • M. Jean-Paul Boutibou, Vice-président Ventes, Moyen-Orient, Afrique et Océan Indien - Bombardier
  • M. Hussein Dabbas, directeur général des projets spéciaux Moyen-Orient et Afrique - Embraer

Un panel qui reflète le défi de l'aviation africaine avec l'équilibre hommes-femmes!

La coopération gagnant-gagnant entre African Airlines permettra de réduire considérablement les coûts grâce à l'élimination des redondances inutiles et à la mise à profit d'économies d'échelle et contribuera à générer des revenus grâce à des synergies stratégiques.

Les domaines concernés sont infinis et incluent les achats, le kérosène, la gestion de flotte, les pièces de rechange et la maintenance, les moteurs, l'informatique, la restauration, la formation, les IFE, les salons, les programmes de fidélisation, l'assistance en escale et la gestion de la trésorerie.

Le décollage de l'Afrique est lié au décollage du transport aérien africain, y compris les compagnies aériennes africaines et la connectivité intra-africaine, qui sont tous, à leur tour, liés à la volonté et à la capacité des compagnies aériennes africaines et de leurs parties prenantes à se réunir et à livrer des solutions gagnant-gagnant grâce à une coopération intelligente ou à une concurrence coopérative le plus tôt possible.