Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Recherche: les écotouristes provoquent une pollution «horrible» en Antarctique

000ggg_108
000ggg_108
Avatar
Écrit par éditeur

Les écotouristes qui se rendent en Antarctique contribuent au réchauffement climatique qui fait fondre les calottes glaciaires polaires, selon de nouvelles recherches.

Les écotouristes qui se rendent en Antarctique contribuent au réchauffement climatique qui fait fondre les calottes glaciaires polaires, selon de nouvelles recherches.

Le pôle Sud est récemment devenu une destination touristique populaire avec plus de 40,000 7,000 touristes, dont XNUMX XNUMX de Grande-Bretagne, arrivant dans la région chaque année. La plupart voyagent en bateau de croisière pour voir les calottes glaciaires et la faune comme les manchots.

Mais il est à craindre que l'afflux «d'écotouristes» ne provoque une pollution «horrible» due au carburant et aux déchets des navires, ainsi que de déranger la faune dans l'un des derniers paysages vierges laissés sur Terre.

Le chercheur néerlandais Machiel Lamers, qui a été chargé par l'Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique d'étudier les impacts environnementaux de l'augmentation du tourisme dans la région polaire, a déclaré que cela pourrait même aggraver le réchauffement climatique.

«Les visiteurs de la masse continentale enneigée mettent en danger non seulement la région antarctique par leurs actions, mais aussi le reste du monde», a-t-il déclaré.

«Les 40,000 XNUMX« écotouristes »qui visitent le pôle Sud chaque année provoquent d'énormes émissions de gaz à effet de serre.

«Le tourisme est une industrie en plein essor en Antarctique. Là où, il y a à peine 20 ans, quelques centaines de touristes se dirigeaient vers le pôle Sud, plus de 40,000 XNUMX âmes curieuses se sont rendues au point le plus méridional de la Terre l'hiver dernier.

Une croisière de deux semaines en Antarctique coûte actuellement environ 3,500 £.

M. Lamers a déclaré que les avantages du tourisme antarctique doivent être mis en balance avec les impacts environnementaux.

«Alors que le tourisme a de nombreux avantages à offrir au pôle Sud, l'afflux croissant provoque une pollution horrible», a-t-il déclaré.

«L'environnement local est sous pression, de plus en plus de gros navires s'y rendent, les touristes sont constamment à la recherche de« plus dur, plus rapide, plus »et il n'y a en fait personne pour garder tout cela sur la bonne voie.

«Le pôle Sud est géré par un consortium international de pays, mais personne n'est vraiment responsable sur le terrain. Aucune politique ne fixe de limites au tourisme. »

L'Association internationale des voyagistes de l'Antarctique a imposé des protocoles de biosécurité rigoureux pour empêcher les graines et les insectes d'entrer et a promis de respecter l'environnement.

Cependant, M. Lamers a déclaré qu'il fallait un traité international contraignant qui limiterait le nombre de touristes et de débarquements autorisés en Antarctique.

Bien que le Traité sur l'Antarctique ait appelé à des limites, cela ne concerne que 28 pays et doit être renforcé.

«Il est dans l'intérêt [des opérateurs touristiques] de ne pas avoir trop de touristes en même temps, personne ne se rend en Antarctique pour y trouver six autres cargaisons de touristes», a-t-il déclaré.

«Il est temps d'adopter des règles claires; des accords vagues ne suffisent plus. »