Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Des craintes pour la vie marine alors que le paquebot jette l'ancre

000Ggg_128
000ggg_128
Écrit par éditeur

L'un des paquebots de croisière les plus grands et les plus luxueux du monde a jeté l'ancre dans la baie de Batemans, emmenant avec lui de nombreux passagers fortunés.

L'un des paquebots de croisière les plus grands et les plus luxueux du monde a jeté l'ancre dans la baie de Batemans, emmenant avec lui de nombreux passagers fortunés.

Mais certains écologistes locaux craignent que le navire, The World, puisse endommager l'écosystème fragile du parc marin de Batemans.

The World bénéficie d'un «accès privilégié au meilleur du voyage» et facture en conséquence. Le coût de l'un de ses 165 appartements varie de 1300 $ à 4750 $ par nuit. Le navire de 200 mètres, immatriculé aux Bahamas, est arrivé dimanche à Eden avant de se diriger vers Batemans Bay lundi. Elle est due demain à Jervis Bay, qui est aussi un parc marin délicat.

Le ministère de l'Environnement et du Changement climatique de NSW a approuvé la visite.

"Cette visite est planifiée depuis plus d'un an et respecte la réglementation du parc marin", a déclaré une porte-parole du département. «Le navire est conforme aux normes environnementales des meilleures pratiques au monde et nous pensons que les risques environnementaux sont minimes.»

Mais les écologistes craignent que les ravageurs marins puissent se fixer aux coques des navires et s'infiltrer dans les eaux sensibles.

Mark Fleming, vice-président de la Coastwatchers Association et représentant de la conservation de la Batemans Marine Park Authority, s'est dit inquiet de l'impact sur les aires de reproduction des huîtres.

«Nous avons ici une importante industrie de l'aquaculture», a déclaré M. Fleming. «Nous devons nous préoccuper de la translocation des ravageurs marins, car ils peuvent avoir un impact majeur.»

L'un de ces ravageurs, l'étoile de mer du Pacifique Nord, avait migré vers la Tasmanie, puis Port Phillip Bay et se déplaçait le long de la côte victorienne en direction de NSW, a-t-il déclaré.

M. Fleming était même préoccupé par le retour des yachts sur la côte sud de Tasmanie après avoir participé à la course de yachts Sydney-Hobart.

«Ils m'inquiètent encore plus que ce navire [Le Monde] et nous devons sensibiliser à ce problème», a-t-il déclaré.

Julia Mayo-Ramsay, avocate environnementale de la côte sud et experte en droit maritime, a déclaré que les navires à coque profonde constituaient une menace pour les herbes marines de Batemans Bay et Jervis Bay. «Lorsque vous devez ancrer un navire de cette taille, il y a toujours un risque», a déclaré Mme Mayo-Ramsay.

L'autorité du tourisme d'Eurobodalla Shire a salué l'arrivée de The World et a organisé un vaste programme pour ses passagers, comprenant des excursions vers les attractions locales telles que Mogo Village, l'Original Gold Rush Company et le zoo de Mogo, ainsi qu'une croisière sur la rivière Clyde, où se concentre une grande partie de l'industrie ostréicole.