Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Le site Ramsar sur la rivière Katonga est gravement menacé par les investisseurs chinois

Le site Ramsar sur la rivière Katonga est gravement menacé par les investisseurs chinois

Un site Ramsar sur le Rivière Katonga en Ouganda est sérieusement menacée par les investisseurs qui récupèrent cette étendue de zone humide pour la construction d'une usine devant être construite par une entreprise chinoise.

A Site Ramsar est un site de zone humide désigné comme étant d'importance internationale en vertu de la Convention de Ramsar. La Convention sur les zones humides, connue sous le nom de Convention de Ramsar, est un traité intergouvernemental sur l'environnement établi en 1971 par l'UNESCO dans la ville de Ramsar située en Iran.

Située dans le bassin versant du lac Victoria, cette zone humide est répertoriée dans le système d'information fluviale (RIS) à partir de 2006 sous le numéro de site 1640. Elle a une longue étendue étroite de marécage de la périphérie de Masaka, Nabajjuzi Wetland System, au grand Système fluvial de Katonga.

Il fournit une frayère pour les mudfish et les lungfish, ainsi que des espèces d'oiseaux menacées à l'échelle mondiale et des Sitatunga en voie de disparition. Ce site Ramsar se trouve dans le comté traditionnel de Buddu du royaume de Buganda, et une partie de la flore et de la faune est étroitement associée aux normes et traditions culturelles, en particulier les totems.

La découverte troublante de la construction d'une usine a été portée à l'attention du public à la suite d'une tirade sur les réseaux sociaux par Jude Mbabali qui est le président du district de Masaka où le système de zones humides est partiellement situé.

Le président a déclaré: «J'ai été choqué ce matin en conduisant à Kampala (le long de Masaka Road) de voir une section de cette rivière près du pont de Kayabwe se remplir de terre pour récupérer des terres pour la construction d'une usine. Ce n'est pas dans mon district et, par conséquent, je n'ai pas de compétence, mais je me suis senti concerné, arrêté, j'ai marché pour voir exactement ce qui se passait.

«Lorsqu'on leur a demandé, les policiers affectés à la garde du site ont dit que la propriété appartenait à une entreprise chinoise et qu'ils avaient simplement été déployés pour la garder.»

Un président clairement sidéré a déploré: «Le Parlement vient d'adopter la loi nationale sur l'environnement de 2019 afin de prévoir spécifiquement, en vertu de l'article 52 (a), les problèmes environnementaux émergents, y compris la protection des berges et des rives des lacs contre les activités humaines susceptibles de nuire aux rivières, aux lacs et aux vivants. organismes qui s'y trouvent. La loi a également créé des peines plus sévères pour les infractions liées au vice. Mais les autorités concernées ne veulent toujours pas faire leur travail malgré cette bonne loi qui offre même des sanctions sévères.

Depuis lors, l'Autorité nationale de gestion de l'environnement (NEMA) - le gouvernement para-étatique mandaté pour protéger et gérer l'environnement - a publié une déclaration le 29 septembre en réponse au message faisant le tour des médias sociaux.

Ils reconnaissent qu'une société chinoise a acquis 40 acres de terrain à Kayabwe, dans le district de Mpigi, auprès d'un Mwebasa et a demandé à utiliser le terrain pour développer des unités d'entreposage. Une équipe d'inspecteurs de la NEMA a visité le site et a découvert que seuls 6 acres de terrain étaient secs tandis que le reste ne l'était pas. NEMA a délivré un permis d'utilisation et une approbation à l'entreprise limitant ses activités aux 6 acres de terre ferme.

À la suite d'une alerte du dénonciateur (le président), la NEMA a inspecté les lieux et a découvert que le promoteur entreprenait des activités au-delà des 6 acres de terre ferme approuvés. La NEMA a ensuite émis un avis d'amélioration au promoteur, lui a demandé officiellement d'enlever le sol déversé et d'arrêter toutes les activités se déroulant en dehors de la zone approuvée.

Une équipe de NEMA a depuis visité le site et a découvert que l'avis d'avertissement et d'amélioration avait été ignoré. L'entreprise a continué à exploiter plus de 40 acres de terre en empiétant sur la zone humide.

«Compte tenu de la mise en garde précédente…», la déclaration se lit en partie: «… nous avons maintenant lancé un processus visant à engager des actions punitives contre l'entreprise, y compris l'annulation du permis d'utilisation, l'arrestation des propriétaires, des poursuites devant les tribunaux et la restauration de la zone dégradée à leurs dépens.

Le public reste sceptique et se demande pourquoi il faut toujours un dénonciateur avant d'agir. Le marais de Lweera, par exemple, a été récupéré pour la riziculture par un autre investisseur chinois sous le nez de NEMA et de plusieurs autres marais à Nsangi, Kyengeera et Lubigi, tous situés dans la même zone de chalandise qui a été envahie.

Le président Mbabali a été salué pour son action à la fois par la NEMA, les écologistes et le public en général pour ses actions.