Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

La marche tamoule pour la justice commence à l'est et se terminera dans le nord

rallye Pothuvil
rallye Pothuvil

Des centaines de personnes se joignent malgré les barrages routiers, les harcèlements et les intimidations de la Force opérationnelle spéciale brutale (STF) lourdement armée

L’une des demandes est d’exhorter l’ONU à renvoyer le Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide commis contre le peuple tamoul par l’État sri-lankais »

Malgré la répression brutale et brutale de la Force opérationnelle spéciale (STF), la Marche des Tamouls pour la justice a commencé dans la ville orientale de Pothuvil et s'est terminée dans la ville septentrionale de Polihandi. Des centaines de personnes se joignent malgré les barrages routiers, les menaces, le harcèlement et l'intimidation.

Hier, dans une tournure dramatique des événements, un évêque catholique de Trincomalee, l'évêque Christian Noel Emanuel, a reçu l'ordre de suspension par la police de participer à la Marche pour la justice pour les Tamouls. Plusieurs membres actuels et anciens du Parlement, des journalistes tamouls et des dirigeants de la société civile ont également reçu des ordres de suspension pour les empêcher de couvrir ou de participer à cette marche.

Cette marche pour la justice a été organisée par des organisations de la société civile du Nord et de l'Est pour protester contre les abus contre les Tamouls et pour souligner l'appel conjoint des Tamouls au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme et aux États membres du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies. Cet appel comprenait une demande de renvoi du Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI) pour les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et le génocide commis contre le peuple tamoul par l'État sri-lankais.

Cette marche a commencé aujourd'hui à Pothuvil dans la province de l'Est et se terminera à Polihandy dans la province du Nord.

La Marche vise à mettre en évidence les problèmes suivants:

1) Poursuite de l'accaparement des terres dans les zones tamoules et conversion des lieux traditionnels et historiques tamouls en zones cingalaises en établissant des temples bouddhistes après avoir détruit les temples hindous. À partir de maintenant, environ 200 temples hindous ont été réalisés.

2) Les musulmans décédés à cause du COVID sont incinérés contre la volonté des familles et contre les enseignements islamiques.

3) Les Tamouls de l'arrière-pays ont demandé une augmentation de salaire de 1,000 XNUMX roupies, mais le gouvernement ne répond pas à leurs demandes.

4) Depuis la fin de la guerre il y a dix ans, la militarisation des zones tamoules se poursuit et l'identité historique tamoule est détruite dans le but de changer la démographie en faveur des cingalais, en utilisant différents départements gouvernementaux, en particulier le département archéologique. En outre, les colonies cinghalaises parrainées par le gouvernement se poursuivent.

5) Les propriétaires de bovins tamouls sont confrontés à de nombreux problèmes, où leurs zones de grâces sont occupées par des Cingalais et leurs vaches tuées.

6) La PTA a été utilisée pour emprisonner des jeunes Tamouls sans inculpation ni procès pendant plus de 40 ans et est maintenant utilisée contre des musulmans.

7) Les prisonniers politiques tamouls ont été emprisonnés pendant des années sans procès. Le Gouvernement a gracié régulièrement les Cingalais, mais aucun des prisonniers politiques tamouls n’a été gracié.

8) Les familles des disparus forcés ont protesté pour retrouver leurs proches, mais le gouvernement refuse de leur donner une réponse.

9) Les Tamouls se sont vus refuser le droit de se souvenir de leurs morts à la guerre, comme le prouve le refus des événements commémoratifs, la destruction des cimetières des morts et la démolition des mémoriaux.

10) Le gouvernement cible les journalistes tamouls qui couvrent ces abus et les militants de la société civile tamoule qui protestent contre ces abus.

11) Mettre en œuvre l'appel conjoint du Tamil au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme et aux États membres du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, qui comprend une demande de renvoi du Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide commis contre le peuple tamoul par l’État sri-lankais.