Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Rideau de fer 2.0 : la Biélorussie interdit aux citoyens de quitter le pays

Iron Curtain 2.0: Belarus Bars Citizens From Leaving Country
Rideau de fer 2.0 : la Biélorussie interdit aux citoyens de quitter le pays
Écrit par Harry Johnson

Les citoyens biélorusses n'ont aucune raison de quitter le pays, selon des responsables de l'État.

  • La Biélorussie empêche ses citoyens de voyager à l'étranger
  • La Biélorussie affirme que l'interdiction de sortie est nécessaire pour arrêter la propagation de la pandémie de COVID-19
  • Les efforts nationaux de la Biélorussie pour contrôler la propagation du virus sont pratiquement inexistants

Les autorités frontalières biélorusses ont intensifié leurs efforts pour empêcher les citoyens biélorusses d'essayer de sortir du pays.

Seuls les citoyens biélorusses autorisés à quitter la Biélorussie sont ceux qui ont une preuve de résidence permanente dans un pays étranger.

Le Comité d'État biélorusse des frontières a publié cette semaine une déclaration disant qu'il avait «récemment reçu de nombreux appels» de la part de personnes souhaitant quitter le pays. « Nous clarifions officiellement que depuis le 21 décembre 2020, la sortie est temporairement suspendue pour les citoyens de Biélorussie. »

Des exceptions, disent les responsables, ne seront faites que pour ceux qui ont une preuve de résidence permanente dans un pays étranger. Les titulaires de visas ou de permis de séjour temporaire « n'ont pas de motifs pour quitter le pays ».

Les mesures strictes à la frontière, affirment les responsables, sont nécessaires pour arrêter la propagation de la pandémie de COVID-19. Cependant, ils se heurtent aux efforts nationaux pratiquement inexistants de la Biélorussie pour contrôler la propagation du virus. Les citoyens revenant de l'étranger ne sont pas tenus de passer un test de coronavirus, et le pays a toujours refusé d'introduire des blocages nationaux.

Au début de la pandémie, le dictateur biélorusse Loukachenko a annoncé que boire de la vodka et visiter le sauna seraient le meilleur moyen de conjurer le COVID-19. Il a également déclaré que pratiquer un sport organisé était un remède efficace et qu'« il vaut mieux mourir debout que de vivre à genoux ».

Le dictateur biélorusse et sa police secrète ont suscité une tempête de condamnations mondiales la semaine dernière après une Ryanair Le vol de Grèce vers la Lituanie a été détourné et contraint d'atterrir à Minsk le 23 mai. Une fois sur le tarmac, les agents de la sécurité de l'État ont immédiatement arrêté le rédacteur en chef d'une chaîne Telegram interdite, Roman Protasevich, et sa petite amie, la ressortissante russe Sofia Sapega, qui figuraient parmi les passagers du vol.

L'Union européenne, qui a qualifié le détournement d'avion de Ryanair de « piraterie d'État », prépare actuellement un train de sanctions contre la compagnie aérienne nationale biélorusse, ainsi qu'une douzaine de responsables de l'aviation. Belavia, la compagnie aérienne nationale du pays, a été effectivement bannie des espaces aériens des États membres de l'UE la semaine dernière, et de nombreuses compagnies aériennes occidentales boycottent les routes qui passent au-dessus de la Biélorussie.

Selon un diplomate de l'UE anonyme, "tous les États de l'UE sont d'accord avec cette approche". Un deuxième émissaire a ajouté que les nouvelles sanctions seraient "un signal clair pour Loukachenko que ses actions étaient dangereuses et inacceptables".