Dernières nouvelles internationales Culture Nouvelles du gouvernement Industrie hôtelière Actualités Tourisme Mise à jour de la destination de voyage EN VEDETTE Ouganda Dernières nouvelles Diverses Nouvelles

L'Ouganda réglemente le commerce des espèces sauvages par voie électronique, préservant le tourisme

L'Ouganda réglemente le commerce des espèces sauvages

Le ministère ougandais du Tourisme, de la Faune et des Antiquités a lancé aujourd'hui, le 29 juillet 2021, le premier système d'autorisation électronique pour réglementer le commerce des espèces sauvages ainsi que des produits de la faune dans le pays.

Print Friendly, PDF & Email
  1. Sous le thème « Renforcer la réglementation sur le commerce durable des espèces sauvages », le système d'autorisation électronique vise à contrôler le commerce légal d'espèces sauvages et à empêcher le commerce illégal de spécimens.
  2. Ceci est accompli au moyen de permis et de licences électroniques pour le commerce (importation, exportation et réexportation) de spécimens.
  3. Ces spécimens sont inscrits dans la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

L'Ouganda devient désormais le premier pays d'Afrique de l'Est et le 8e du continent africain à développer un système de permis CITES électronique.

Le développement du système de permis électronique a été financé par le peuple américain dans le cadre du programme de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID)/Ouganda Combattre la criminalité liée aux espèces sauvages (CWC) par le biais de la Wildlife Conservation Society (WCS) en collaboration avec le ministère du Tourisme, Faune et Antiquités.

Le lancement a été modéré par le Dr Barirega Akankwasah, PhD, commissaire à la conservation de la faune et directeur par intérim du ministère du Tourisme, de la faune et des antiquités (MTWA), dans un format hybride en ligne et physique. Étaient présents le ministre du Tourisme, de la Faune et des Antiquités, l'Honorable Tom Butime, qui a présidé le lancement ; sa secrétaire permanente, Doreen Katusiime ; l'ambassadrice des États-Unis en Ouganda, l'ambassadrice Natalie E. Brown; et chef de la délégation européenne en Ouganda, Ambassadeur Attilio Pacifici. Haruko Okusu, chef du projet, a pu représenter virtuellement le Secrétariat CITES.

S'exprimant lors de l'événement, l'ambassadeur Brown a souligné les projets soutenus par l'USAID pour lutter contre le commerce illégal d'espèces sauvages, notamment l'unité canine de la réserve faunique de Karuma, où les chiens sont entraînés et équipés pour intercepter les produits de la faune dans la région. 

L'ambassadeur Pacifici a dénoncé la destruction de forêts, y compris Bugoma, à la culture commerciale du sucre par Hoima Sugar Limited et Zoka Forest aux bûcherons que la délégation de l'UE avait visités en novembre 2020 et a documenté la destruction à l'aide d'images satellite. La forêt de Bugoma est un habitat pour le Mangabey ougandais endémique, et la forêt Zoka est un habitat endémique pour l'écureuil volant. Les deux forêts ont été au centre d'une campagne soutenue contre les cartels d'accapareurs de terres et les éléments corrompus dans les hautes fonctions.

Haruko Okusu, Secrétariat CITES, a noté que « … Les permis sont l'un des principaux outils de suivi du commerce des espèces CITES et sont essentiels pour comprendre l'ampleur du commerce CITES. Le système ougandais cherche à sécuriser chaque étape de la chaîne de contrôle.

Le Dr Barirega a donné un aperçu de la CITES et de la signature ultérieure de l'Ouganda, y compris une interprétation des annexes I, II et III de la Convention sur la liste des espèces offrant différents niveaux ou types de protection contre la surexploitation.

Il a déclaré qu'en tant qu'organe de gestion CITES, le ministère ougandais du Tourisme, de la Faune et des Antiquités est mandaté pour garantir que le commerce des espèces inscrites à la CITES et d'autres espèces sauvages est durable et légal. Cela se fait entre autres par la délivrance de permis CITES sur recommandation de l'Uganda Wildlife Authority pour les animaux sauvages ; le Ministère de l'agriculture, de l'industrie animale et de la pêche pour les poissons d'ornement ; et le Ministère de l'Eau et de l'Environnement pour les plantes d'origine sauvage. Il est de la responsabilité des autorités scientifiques CITES de s'assurer que le commerce, en particulier d'espèces animales ou végétales, ne nuit pas à la survie de l'espèce dans la nature.

Jusqu'à présent, l'Ouganda, comme de nombreux autres pays, utilisait un système de certification et de délivrance de permis sur papier, qui peut être sujet à des falsifications, prend plus de temps à traiter et à vérifier, et avec l'avènement de COVID-19, le mouvement des documents peut être un risque de transmission de maladies. Grâce au système électronique, divers points focaux CITES et organismes chargés de l'application des lois peuvent vérifier instantanément un permis et partager des informations en temps réel sur le commerce des espèces sauvages. Cela empêchera le commerce illégal d'espèces sauvages qui menace les populations de certaines des espèces sauvages les plus emblématiques comme les éléphants, compromettant ainsi les revenus du tourisme et la sécurité nationale de l'Ouganda.

Joward Baluku, responsable de la faune au ministère du Tourisme, de la Faune et des Antiquités, a présenté le système en ligne en montrant comment il suffit de connecter leurs informations d'identification via un lien sur le site Web du ministère du Tourisme, de la Faune et des Antiquités qui amène le demandeur à travers un processus d'enregistrement avant qu'il ne soit validé et certifié.

L'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID)/Ouganda Combattre la criminalité liée aux espèces sauvages (CWC) est une activité de 5 ans (13 mai 2020 – 12 mai 2025) mise en œuvre par la Wildlife Conservation Society (WCS) en collaboration avec un consortium de partenaires. y compris l'African Wildlife Foundation (AWF), le Natural Resource Conservation Network (NRCN) et le Royal United Services Institute (RUSI). L'objectif de l'activité est de réduire la criminalité liée aux espèces sauvages en Ouganda en renforçant la capacité des parties prenantes de la CWC à détecter, dissuader et poursuivre la criminalité liée aux espèces sauvages grâce à des collaborations étroites avec les agences de sécurité et d'application de la loi, les partenaires de mise en œuvre de l'USAID, les entreprises du secteur privé et les communautés vivant à proximité. aux aires protégées.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a été signée le 3 mars 1973 et est entrée en vigueur le 1er juillet 1975. La convention soumet le commerce international de spécimens d'espèces sélectionnées à une autorisation par le biais d'un système de licences. . L'Ouganda, partie à la convention depuis le 16 octobre 1991, a désigné le ministère du Tourisme, de la Faune et des Antiquités comme organe de gestion CITES pour administrer le système d'autorisation et coordonner la mise en œuvre de la CITES en Ouganda. L'Ouganda a également désigné l'Uganda Wildlife Authority; Ministère de l'Eau et de l'Environnement ; et le Ministère de l'agriculture, de l'industrie animale et de la pêche seront respectivement les autorités scientifiques CITES pour les animaux sauvages, les plantes sauvages et les poissons d'ornement, afin d'offrir des conseils scientifiques sur les effets du commerce sur la conservation des espèces dans la nature. 

Print Friendly, PDF & Email

A propos de l'auteur

Tony Ofungi - eTN Ouganda

Laisser un commentaire