éTV 24/7 BreakingNewsShow : Cliquez sur le bouton de volume (en bas à gauche de l'écran vidéo)
Australie Breaking News Dernières nouvelles européennes Dernières nouvelles internationales Briser Nouvelles Voyage Voyage d'affaires France Dernières Nouvelles Nouvelles du gouvernement Actualités People Responsable Sécurité Tourisme Transport Nouvelles de Travel Wire EN VEDETTE Dernières nouvelles au Royaume-Uni États-Unis Dernières nouvelles

Comportement inacceptable : la France rappelle ses émissaires aux États-Unis et en Australie

Comportement inacceptable : la France rappelle ses émissaires aux États-Unis et en Australie
Comportement inacceptable : la France rappelle ses émissaires aux États-Unis et en Australie
Écrit par Harry Johnson

L'abandon du projet de sous-marin sur lequel Canberra et Paris s'étaient mis d'accord en 2016 constitue « un comportement inacceptable entre alliés et partenaires, dont les conséquences affectent la conception même que nous avons de nos alliances, de nos partenariats et de l'importance de l'Indo-Pacifique pour l'Europe. ', a déclaré le ministre français des Affaires étrangères.

Print Friendly, PDF & Email
  • Le gouvernement français retire ses ambassadeurs des États-Unis et d'Australie.
  • La France qualifie son exclusion de la nouvelle alliance AUKUS et la perte d'un important contrat de sous-marins de coup de poignard dans le dos.
  • Le président français a annulé un gala à l'ambassade de France à Washington, DC prévu pour le 240e anniversaire d'une bataille navale historique.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé aujourd'hui que la France avait rappelé ses ambassadeurs des États-Unis et d'Australie en raison du "comportement inacceptable" de Washington, Londres et Canberra dans la conclusion d'un accord sur les sous-marins nucléaires qui a conduit à l'annulation d'un important contrat français conventionnel. contrat de sous-marin avec l'Australie.

Selon Le Drian, la décision de rappeler les envoyés était tout à fait justifiée par la "gravité exceptionnelle" de l'annonce du 15 septembre faite par l'Australie, le USA et le Royaume-Uni.

« A la demande du président de la République, j'ai décidé de rappeler immédiatement à Paris pour des consultations nos deux ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie », a déclaré Le Drian.

L'abandon du projet de sous-marin sur lequel Canberra et Paris s'étaient mis d'accord en 2016 constitue « un comportement inacceptable entre alliés et partenaires, dont les conséquences affectent la conception même que nous avons de nos alliances, de nos partenariats et de l'importance de l'Indo-Pacifique pour l'Europe. ', a déclaré le ministre français des Affaires étrangères.

Le président américain Joe Biden, le Premier ministre australien Scott Morrison et son homologue britannique Boris Johnson ont annoncé mercredi après-midi l'initiative " AUKUS " lors d'un événement virtuel à trois. La pièce maîtresse de cette nouvelle alliance des « démocraties maritimes » est le projet de 18 mois visant à doter Canberra de sous-marins à propulsion nucléaire mais à armement conventionnel. Cela ferait de l'Australie le septième pays au monde à exploiter de tels navires – et le seul sans arsenal nucléaire.

Le gouvernement de la France aurait découvert l'accord par les médias, plutôt que par Washington ou Canberra directement, bien que les responsables australiens insistent sur le fait qu'ils ont dit « très clairement » à leur partenaire que l'accord franco-australien pourrait être annulé.

Le Drian et la ministre des Forces armées Florence Parly ont publié une déclaration furieuse en réponse au dévoilement d'AUKUS, et le ministre des Affaires étrangères l'a ensuite qualifié de "coup de poignard dans le dos".

Le président français Emmanuel Macron a annulé un gala à l'ambassade de France à Washington, prévu pour le 240e anniversaire de la bataille navale qui a permis de gagner la guerre d'indépendance des États-Unis.

La France a non seulement été exclue de la nouvelle alliance, mais a perdu le contrat de fourniture de sous-marins à propulsion conventionnelle à l'Australie. Le gouvernement français détient une participation majoritaire dans Naval Group, qui a travaillé sur le contrat, évalué à 66 milliards de dollars.

Print Friendly, PDF & Email

A propos de l'auteur

Harry Johnson

Harry Johnson a été le rédacteur en chef de eTurboNews depuis près de 20 ans. Il vit à Honolulu, Hawaï, et est originaire d'Europe. Il aime écrire et couvrir l'actualité.

Laisser un commentaire