Briser Nouvelles Voyage Culture News Responsable Tourisme Nouvelles de Travel Wire EN VEDETTE

La paix grâce au tourisme maintenant – mais pas seulement

Paix par le tourisme
Écrit par Max Haberstroh

La paix est plus que l'absence de guerre - pas de paix, pas de tourisme. Il est vrai que la guerre a ses héros célèbres, tandis que la paix a ses « héros silencieux ». En période de COVID, ce sont les infirmières, les médecins, les personnes de première ligne et de service. C'est la PME propriétaire de l'hôtel, du restaurant et du pub, et les membres du personnel qui fournissent des services de cure et de bien-être au mieux avec masques et distanciation – et sachant qu'un autre verrouillage mettrait fin à l'activité.

Print Friendly, PDF & Email
  1. Lorsque les inondations sont arrivées, détruisant des champs, des maisons, des infrastructures publiques et des moyens de subsistance humains, des bénévoles de près et de loin se sont précipités pour aider par égard pour la charité.
  2. Les gens ont donné de tout cœur.
  3. Dans les zones ravagées par les incendies de forêt, de braves pompiers, souvent désespérément inférieurs à la puissance des tempêtes de feu, se sont battus désespérément jour et nuit, jusqu'à leur épuisement complet.

Tout d'un coup, l'égoïsme, l'hédonisme et le zonage de confort, autrement déplorés comme des signes d'inconduite, se sont sentis expulsés, laissant place à rien de moins que le désir d'aimer son prochain. Les cataclysmes créent leurs propres lois. Le temps de paix a eu ses héros, et dans les moments de danger et de catastrophe, les gens peuvent montrer leur autre côté - c'est peut-être le meilleur.

La tâche est ardue, les revers sont réels, l'optimisme est pourtant vital. Une urgence immédiate est susceptible de déclencher d'abord et rapidement une aide, tandis que les développements qui deviennent progressivement fatals font perdre la pleine conscience des gens pour déclencher une action rapide. Les atouts, acquis pas à pas, mettront leur temps à porter leurs fruits, tandis que les opportunités individuelles de « briller » pour les champions sont dans l'attente.

Généralement, l'héroïsme en temps de paix et moins d'urgence peut être moins spectaculaire, mais non moins précieux (« un pacifisme héroïque est sans aucun doute imaginable », dit Albert Einstein). La paix n'est pas auto-acteur ; la paix est le résultat de nos actes. Inutile de dire que cela constitue un véritable défi pour les cadres du voyage et du tourisme en tant qu'experts en communication d'agir !

En tant que voyageurs, nous payons de l'argent pour nos vacances. Cela signifie que nous apprécions de profiter de nos vacances plus que l'argent que nous avons payé pour cela. Nous devrions connaître le privilège d'être les invités de nos hôtes. Le comportement social est la clé de la coexistence. D'un autre côté, si nous - en tant qu'hôtes - pensons que l'hospitalité que nous offrons à nos visiteurs menace de se transformer en une sorte de prise de contrôle hostile par des étrangers, alors notre confiance en soi sociale est gravement violée. Créer des violations et des discordes est une autre façon de provoquer une pollution de l'environnement.

Notre « œil » pour la conscience environnementale et l'empathie humaine doit être aiguisé, afin de savoir ce qui est bon pour nos « environnements » physiques (externes) et psychiques (internes). Il n'y a de paix que si elle est profondément enracinée en nous-mêmes en tant qu'individus qui partagent le sens de la dignité les uns avec les autres. Travel & Tourism fournit la scène mondiale pour les bonnes ou les mauvaises pratiques. Quelqu'un a dit un jour, c'est comme l'œil qui ne peut pas se voir. Il peut apprendre à sensibiliser son regard à son environnement, à la manière des talents évolutifs d'un photographe.

En regardant la prétention de haut vol du tourisme à promouvoir la compréhension internationale, nous pouvons découvrir : au pire c'est un faux (par exemple un voyage tout compris !), au mieux c'est un vœu pieux. Il alimente le mythe partagé par les parties prenantes selon lequel les préjugés disparaîtraient et attise l'espoir silencieux partagé par nous-mêmes, les voyageurs, que cela n'arriverait pas exactement et que nous pourrions nous permettre de nous en tenir à nos opinions standardisées. Plutôt que des locaux, nous rencontrons des compatriotes. L'effet de bas en haut visé vers la compréhension internationale est minime : malgré la participation à des visites touristiques, l'appréciation de l'art culinaire de l'hôte ou la navigation dans des galeries marchandes colorées, la plupart des contacts de vacances sont sporadiques et occasionnels. Ils s'estompent avec le temps, comme le font parfois les stéréotypes du voyage.

L'apparence extérieure de « Tourism Unlimited » a émergé du fait que les marques sociales autrefois assez distinctives sont devenues floues ou entièrement effacées. Des destinations de vacances autrefois considérées comme exclusives sont désormais proposées dans n'importe quel catalogue ou site Web.

Certains endroits ont subi une transformation particulièrement frappante, par exemple Baden-Baden : autrefois réputée comme « la capitale d'été de l'Europe », où les riches et les beaux organisaient leur propre « Vanity Fair », la ville thermale est aujourd'hui un site de convalescence et bien-être même pour les clients de l'aide sociale. – Ou choisissez Madère, où, dans des sanatoriums distingués au climat doux, les classes supérieures du monde se sont autrefois rétablies : aujourd'hui, l'île-État est une destination de croisière et de voyages à forfait.

Plus crucial encore, le cas de Venise : Distingué en tant que patrimoine mondial de l'ONU, Venise a été envahie jusqu'à récemment par des touristes à court terme provenant de puissants navires de croisière menaçant l'essence structurelle de la ville lagunaire et la sérénité décontractée de la population locale. Les habitants ont considéré ce genre d'invasion comme une attaque – contre leur ville et leur vie sociale.

La situation ailleurs est similaire : Angkor, autrefois la glorieuse ville-temple hindou-bouddhiste des rois khmers, a commencé à se dégrader à partir du XVe siècle et est tombée dans l'oubli. On pense que le changement climatique (!) et l'orgueil humain ont provoqué la chute d'Angkor.

Ce n'est qu'au 19ème siècle que les explorateurs français ont découvert les ruines et ont mis Angkor à la lumière du jour. À la suite de la guerre du Vietnam, les Khmers rouges communistes les ont conquis. Aujourd'hui, les Khmers rouges ont disparu, et des « hordes de singes et de touristes » (Christopher Clark, historien australien) ont reconquis les impressionnantes ruines des temples d'Angkor Vat et d'Angkor Thom.

Dans 'Expansion du tourisme', Mme Anita Pleumaon de la Tourism Investigation & Monitoring Team (tim-team) résume : « Les valeurs modernes, imposées aux sociétés asiatiques en rapide développement, semblent avoir provoqué des effets particulièrement dévastateurs et un sentiment de aliénation, bouleversement et incertitude. Le processus de commercialisation et d'homogénéisation et la circulation massive de nouvelles idées, images et informations ont laissé peu de place aux traditions, à l'expression culturelle, aux valeurs familiales et communautaires. Notre approche de la destination est-elle une arme à double tranchant puisque sa logique et sa méthodologie suivent des modèles de style occidental ? Existe-t-il des points communs entre nos efforts convaincants de « construction de la destination » et le concept de « construction de la nation » d'après-guerre froide ?

La preuve la plus brutale de l'incongruité de la démocratie à l'occidentale et de l'édification d'une nation a pu être observée en Afghanistan. L'Afghanistan, dans les années 1960 et 70 une destination de voyage passionnante et un paradis pour les décrocheurs d'Europe, avait préparé avec succès le terrain pour les défaites de deux puissances mondiales : l'armée soviétique en 1989 et les troupes de l'OTAN dirigées par les États-Unis en août 2021. Pour le Soviétiques, l'Afghanistan n'était qu'un jeu de pouvoir, pour les États-Unis et l'OTAN, c'était le centre identifié du terrorisme international et la cachette d'Oussama Ben Laden, le principal terroriste du 9 septembre.

Le but de l'intervention militaire des États-Unis et de l'OTAN était de renverser le gouvernement taliban de l'époque et d'attraper Ben Laden. Les deux missions ont été accomplies, mais un défi plus glorieux a incité l'alliance occidentale à « rester un moment », afin de consolider l'Afghanistan en tant que démocratie à l'occidentale. Cet objectif a échoué honteusement, la milice des paysans talibans est revenue et a forcé les États-Unis et l'OTAN à quitter l'Afghanistan harum scarum – avec de nombreux morts, blessés ou traumatisés, des milliards de dollars dépensés et de sérieux doutes. Ils culminent dans la question éternelle mais toujours sans réponse : pour quoi faire ?

De sombres rappels de la guerre du Vietnam sont réapparus. Des images de l'évasion spectaculaire en hélicoptère des toits de Saigon en 1975 ont été juxtaposées en 2021, à des photos des ascenseurs aériens de l'aéroport de Kaboul, surpeuplées de personnes désespérées, dont certaines s'accrochaient au train d'atterrissage de l'avion et tombaient…

Qui est coupable ? Qui assume la responsabilité ? Et les leçons apprises ?

Les responsables sont tous ceux qui n'ont pas pu comprendre ou ont refusé d'accepter les leçons qu'ils auraient déjà dû apprendre plus tôt : premièrement, les modèles sociétaux et les modes de vie sociaux ne peuvent pas être transférés par la force – nulle part et pas du tout en Afghanistan ; deuxièmement, le travail de l'armée est de faire la guerre, et non de construire des écoles, des hôpitaux et de creuser des puits ; troisièmement, les projets militaires et civils ont besoin d'une vision ou d'un objectif fixe rigoureux et opportun qui devrait être la cause de tous - et pas seulement des procédures bien intentionnées avec une extrémité ouverte et beaucoup d'illusions nobles ; Ensuite, les relations imbriquées entre les élites locales et les partenaires étrangers ont une forte tendance à favoriser le népotisme et la corruption. Ce genre de « liaisons dangereuses » conduira inévitablement au conflit voire à la guerre et provoquera enfin un chaos nu.

Trop souvent, après un engagement militaire timide mais de longue durée, le meilleur choix des partenaires étrangers semble sortir du scénario - avec l'expérience répétée d'un vol honteux, plutôt qu'un départ ordonné, mais maintenant, espérons-le, avec la principale leçon apprise : garder des problèmes internes des autres pays, en particulier lorsque les différences socioculturelles sont trop difficiles à ignorer. L'auteur anglo-néerlandais Ian Buruma fait référence au « piège colonial » dans lequel les grandes puissances sont susceptibles de tomber, hier et aujourd'hui.

Est-il trop tiré par les cheveux d'appliquer également la thèse du « piège colonial » aux ONG d'aide au développement ? Les objections auxquelles l'aide au développement est confrontée visent largement le caractère pérenne de nombreux projets techniques, avec des intentions de haut vol mais peu de résultats tangibles seulement. Il est vrai que les experts étrangers peuvent agir avantageusement non seulement en tant que soutien et formateurs pratiques, mais aussi en tant que médiateurs dignes de confiance entre des groupes d'intérêt locaux rivaux. Le développement du tourisme dans ses contenus et paramètres variés est tout sauf exempt. Hélas, la tentation est réelle que l'on s'implique trop dans les affaires intérieures d'un pays hôte, et le départ d'un expert ne peut que visualiser le fait qu'il est devenu une partie du problème, plutôt que sa solution.

Habituellement, il est très apprécié de prononcer les mots clairement, mais étant donné la perception ironique de la communauté étymologique de « tourisme » et de « terrorisme », les insultes peuvent être fatales : le tourisme aime la liberté, le terrorisme a besoin de haine. Le tourisme, dans son expression la plus négative, peut tuer doucement la culture locale, alors que le terrorisme tue immédiatement, à la fois ciblé et au hasard, sans pitié, mais avec le tourisme comme l'une de ses premières victimes.

Le tourisme ne peut pas fleurir, là où le terrorisme fait rage, le tourisme a besoin de paix. Comment peut-on dire que les voyages et le tourisme contribuent efficacement à créer et à maintenir la paix ? Quelqu'un a-t-il déjà entendu parler du rôle substantiel qu'une organisation touristique, conjointement avec d'autres, a joué, dans un effort pour maintenir, par exemple, l'Afghanistan un pays et une destination touristique pacifiques et même tolérants, comme c'était le cas dans les années XNUMX ?

Quelque deux décennies après la guerre, le Vietnam est devenu une destination de voyage attrayante, même avec un régime communiste dans un cadre capitaliste (!), et des relations amicales avec les États-Unis et le monde. Les négociations politiques, le réseautage des entreprises et la visite historique du président Clinton en 2000 ont fait de la normalisation des relations entre le gouvernement et le secteur des affaires leur mantra. Travel & Tourism a emboîté le pas, mais les étapes précédentes qui auraient pu montrer l'engagement de l'OMT ou du WTTC sont difficiles à retenir.

Pouvons-nous considérer le Vietnam comme un projet audacieux de « normalisation » des relations avec l'émirat afghan ? Pouvons-nous nous attendre à nouveau à un tourisme de montagne aventureux dans l'Hindu Kush vers les années 2040 - avec des talibans islamistes comme guides touristiques amicaux ?

Assez fou, pourrait-on penser, en hochant la tête – pendant vingt ans après la guerre du Vietnam, Samuel P. Huntington a publié son blockbuster politique « Le choc des civilisations ». La théorie de Huntington selon laquelle les guerres futures ne seraient pas menées entre les pays mais entre les cultures, a conduit à des discussions controversées - et la résurgence du « Dialogue entre les civilisations », une contre-thèse que le philosophe autrichien Hans Köchler a défendue en 1972, dans une lettre adressée à l'UNESCO et laissé dans l'oubli.

La situation actuelle ne justifierait-elle pas l'ingérence engagée de Travel & Tourism, avec ses organisations phares UNWTO et WTTC, pour aider à renouveler le dialogue entre les " civilisations ", via des médias analogiques et numériques, de manière visible et énergique, au nom de l'idée de faire " La paix par le tourisme – mais pas seulement » ?

Le message exige l'inclusion de partenaires partageant les mêmes idées à l'intérieur et à l'extérieur de Travel & Tourism, pour converger vers la pensée et l'action. Il pourrait être inspiré par les idées que Louis D'Amore a promulguées et défendues avec idéalisme et enthousiasme en tant que fondateur et président de longue date de la 'Institut international pour la paix par le tourisme.

Eh bien, que le rêve soit le privilège des optimistes et que l'ironie soit l'arme des impuissants — les puissants auront leurs propres problèmes : alors que l'ours russe s'est remis de sa propre expérience « Afghanistan » et s'est réajusté à nouveau, l'aigle américain et son navire transatlantique les colibris sont toujours occupés à panser leurs blessures de leur mission ratée. Le Dragon chinois ne peut que se laisser aller à un sourire diabolique face à la disgrâce de ses rivaux mondiaux. Il semble que le monde passe immédiatement de la guerre froide à la paix froide. Cela ne signifie guère plus qu'un simple armistice, mais suffisamment pour risquer un changement climatique politique « chaud », peut-être pas le long des « lignes de faille » culturelles de Huntington, mais à peu près le long de l'ancienne division Ouest-Est familière. Il est difficile d'ignorer l'idée que l'aveuglement politique peut déclencher « des schémas, issus du retour des événements – mais seulement pour la plupart », comme le disait le philosophe Leibniz. Quelle faillite de créativité politique depuis la disparition du rideau de fer !

Il y a une autre thèse ironique à ces schémas : « Quand l'homme pénètre dans le monde en tant que bandit, le monde l'obligera à continuer à vivre en tant que bandit. C'est la réponse du monde, pourrait-on dire, sa revanche », dit Ludwig Fusshoeller dans « Die Dämonen kehren wieder » (« Le retour des démons »). Les visiteurs considérés comme des intrus seront traités comme tels, qu'il s'agisse de simples touristes, d'hommes d'affaires de proximité – ou d'armées étrangères ! – Que peut-on dire ? « Au revoir à la culture d'accueil » ne suffira pas.

Dans le drame notoire de Goethe, le véritable objectif de Faust est déterminé par sa victoire personnelle sur la nature. Cependant, tout comme il se sent extrêmement heureux d'avoir accompli son projet égocentrique, il perd son pari avec Méphisto et plaide : « Alors, jusqu'au moment où j'oserais dire : « Reste un moment ! Vous êtes si belle!'"

Si nous regardons notre planète aujourd'hui, nous prenons conscience du retour flagrant du «monde faustien», tandis que la splendeur a de nouveau habillé le mirage glamour d'antan et le désir intemporel des hôtes et des visiteurs, complété par la malédiction obsédante de la pandémie – « rester un moment… »

L'auteur, Max Haberstroh, est membre fondateur de la Réseau mondial du tourisme (WTN).

Print Friendly, PDF & Email

A propos de l'auteur

Max Haberstroh

Laisser un commentaire