Un nombre stable de décès par COVID étant étiquetés comme une bonne chose

Malgré le nombre de cas, les décès hebdomadaires signalés sont "restés stables" depuis octobre de l'année dernière, a ajouté Tedros, à une moyenne de 48,000 XNUMX. Le nombre de patients hospitalisés augmente également dans la plupart des pays, mais il n'atteint pas le niveau observé lors des vagues précédentes.

Il a déclaré aux journalistes que cela était peut-être dû à la gravité réduite d'Omicron et à l'immunité généralisée contre la vaccination ou une infection antérieure.

50,000 XNUMX morts de trop

Pour le chef de l'OMS, si Omicron provoque une maladie moins grave que Delta, il reste un virus dangereux, en particulier pour ceux qui ne sont pas vaccinés.

"Près de 50 50 morts par semaine, c'est XNUMX XNUMX morts de trop", a déclaré Tedros. "Apprendre à vivre avec ce virus ne signifie pas que nous pouvons ou devons accepter ce nombre de décès."

Pour lui, le monde ne peut pas "permettre à ce virus de faire un tour gratuit" alors que tant de personnes dans le monde ne sont pas vaccinées.

En Afrique, par exemple, plus de 85 % des personnes n'ont pas encore reçu une seule dose de vaccin.

"Nous ne pouvons pas mettre fin à la phase aiguë de la pandémie sans combler cet écart", a-t-il déclaré.

Faire des progrès

Tedros a ensuite énuméré certains progrès vers l'atteinte de l'objectif de vacciner 70 % de la population de chaque pays d'ici le milieu de cette année.

En décembre, COVAX a expédié plus du double du nombre de doses distribuées en novembre. Dans les prochains jours, l'initiative devrait expédier sa milliardième dose de vaccin.

Certaines des contraintes d'approvisionnement de l'année dernière commencent également à s'atténuer, a déclaré Tedros, mais il reste encore un long chemin à parcourir.

Jusqu'à présent, 90 pays n'ont toujours pas atteint l'objectif de 40 %, et 36 de ces pays ont vacciné moins de 10 % de leur population.

Nouveaux vaccins

Tedros a également souligné une déclaration provisoire du groupe consultatif technique de l'OMS sur la composition du vaccin COVID-19, publiée mardi, soulignant que d'autres vaccins sont nécessaires pour avoir un plus grand impact sur la prévention de l'infection.

Jusqu'à ce que de tels vaccins soient développés, ont expliqué les experts, la composition des vaccins actuels devra peut-être être mise à jour.

Le groupe a également déclaré qu'une stratégie de vaccination basée sur des doses de rappel répétées est "peu susceptible d'être durable".

Un lourd tribut

Selon Tedros, l'écrasante majorité des personnes admises dans les hôpitaux du monde ne sont pas vaccinées.

Dans le même temps, bien que les vaccinations restent très efficaces pour prévenir les maladies graves et les décès, elles n'empêchent pas complètement la transmission.

"Plus de transmission signifie plus d'hospitalisations, plus de décès, plus de personnes sans travail, y compris des enseignants et des agents de santé, et plus de risque d'émergence d'une autre variante qui est encore plus transmissible et plus mortelle qu'Omicron", a expliqué Tedros.

Le grand nombre de cas signifie également plus de pression sur les agents de santé déjà surchargés et épuisés.

Une étude publiée l'année dernière a montré que plus d'un travailleur de la santé sur quatre a connu des problèmes de santé mentale pendant la pandémie. Les données de plusieurs pays montrent également que beaucoup ont envisagé de quitter ou ont quitté leur emploi.

Les femmes enceintes

Mardi, l'OMS a organisé un webinaire mondial, auquel ont participé des cliniciens du monde entier, sur la gestion clinique du virus pendant la grossesse, l'accouchement et la période postnatale précoce.

Comme indiqué plus tôt dans la pandémie, les femmes enceintes ne courent pas un risque plus élevé de contracter le COVID-19, mais si elles sont infectées, elles courent un risque plus élevé de maladie grave.

"C'est pourquoi il est vital que les femmes enceintes de tous les pays aient accès aux vaccins pour protéger leur propre vie et celle de leurs bébés", a déclaré Tedros.

Le chef de l'agence a également demandé que les femmes enceintes soient incluses dans les essais cliniques de nouveaux traitements et vaccins.

Il a également souligné que, heureusement, la transmission mère-enfant in utero ou lors de l'accouchement est très rare et qu'aucun virus actif n'a été identifié dans le lait maternel.

Print Friendly, PDF & Email

Nouvelles connexes