L'UE affirme que ses règles n'obligent pas les compagnies aériennes à effectuer des vols "fantômes"

L'UE affirme que ses règles n'obligent pas les compagnies aériennes à effectuer des vols "fantômes"
L'UE affirme que ses règles n'obligent pas les compagnies aériennes à effectuer des vols "fantômes"

Un porte-parole de la Commission européenne, Stefan De Keersmaecker, a publié une déclaration affirmant que Union européenne (UE) les règles n'obligent pas les compagnies aériennes à voler ou à garder des avions vides dans les airs, et que faire des voyages vides ou presque vides est une décision commerciale individuelle que chaque transporteur doit prendre.

"Décider d'exploiter ou non des liaisons est une décision commerciale de la compagnie aérienne et non le résultat de EU règles », a écrit le responsable sur Twitter.

"En plus des taux d'utilisation des créneaux inférieurs, les entreprises peuvent également demander une" exception de non-utilisation justifiée "- pour ne pas utiliser un créneau - si l'itinéraire ne peut pas être exploité en raison de mesures sanitaires, par exemple lorsque de nouvelles variantes apparaissent pendant la pandémie " Keersmaecker a ajouté.

Le responsable a cité des données et des prévisions d'Eurocontrol, qui ont indiqué que le trafic initial à partir de 2022 était à 77% des taux d'avant la pandémie.

Le Union européenne Les autorités exhortent actuellement les compagnies aériennes à cesser d'opérer des vols à vide car ils sont "économiquement inefficaces et mauvais pour l'environnement".

La semaine dernière, le deuxième transporteur européen Lufthansa a confirmé que 18,000 3,000 vols avaient été effectués à vide en raison d'une pression réglementaire intense et malgré les conséquences économiques et environnementales. Près de XNUMX XNUMX de ces voyages ont été opérés par la filiale du transporteur, Brussels Airlines.

En vertu de la réglementation « use it or lose it », les compagnies aériennes européennes sont normalement obligées d'opérer des vols sur au moins 80 % de leurs créneaux horaires de décollage et d'atterrissage afin de conserver le droit d'utiliser ces créneaux.

La règle a été suspendue par le EU au plus fort de la pandémie de coronavirus mais réintroduit à hauteur de 50% au printemps dernier. Cependant, en décembre, la CE a déclaré que le seuil actuel de 50 % serait porté à 64 % pour la saison de vols d'été d'avril à novembre de cette année.

À l'époque, le gouvernement fédéral belge a renvoyé l'affaire à la CE, l'exhortant à repenser les règles de sécurisation des créneaux horaires.

Print Friendly, PDF & Email

Nouvelles connexes