Le Cambodge entame une nouvelle année engagée vers la neutralité carbone d'ici 2050

Écrit par éditeur

Le Cambodge entame la nouvelle année en tant que premier pays d'Asie du Sud-Est à publier un plan pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. La feuille de route, connue officiellement sous le nom de "Stratégie à long terme pour la neutralité carbone (LTS4CN)", a été soumise à la Convention des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) le 30 décembre 2021.

Print Friendly, PDF & Email

Cela a rempli une promesse du Premier ministre Hun Sen de présenter un tel plan d'ici la fin de 2021 et cela fait suite à l'engagement de son gouvernement, lors de la COP26 de Glasgow en novembre dernier, de réduire les émissions de gaz à effet de serre du Cambodge de plus de 40 % des niveaux médians. d'ici 2030.

« La mise en œuvre de la stratégie de neutralité carbone au Cambodge devrait augmenter le PIB de notre pays de près de 3 % et créer quelque 449,000 2050 emplois d'ici XNUMX », déclare Say Samal, ministre de l'Environnement du Cambodge. "Les réformes du secteur forestier, la décarbonisation des systèmes de transport et la promotion de processus de production agricole et de biens à faible émission de carbone ouvriront la voie à une économie plus verte et à une prospérité plus durable pour tous."

Le ministre Samal salue les efforts de son gouvernement, le ministère de l'Environnement, et ceux du Conseil national du développement durable du Cambodge pour s'être engagés à aller au-delà de la plume. « Dans les bons comme dans les mauvais moments, le Premier ministre Hun Sen a prouvé qu'il était un homme de parole, et je suis fier de suivre son exemple », déclare Say Samal. "Le Cambodge a l'obligation solennelle de faire sa part, de concert avec les pays les plus développés, pour atteindre des émissions nettes de dioxyde de carbone nulles d'ici 2050."

La « Stratégie à long terme pour la neutralité carbone (LTS4CN) » du Cambodge est conçue comme une approche synergique qui cherche à équilibrer la croissance économique et la justice sociale avec la réduction des gaz à effet de serre et la résilience climatique. Le programme Cambodia Climate Change Alliance (financé par l'Union européenne, la Suède et le Programme des Nations Unies pour le développement), le Royaume-Uni, la Banque mondiale, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, le Global Green Growth Institute et l'Agence française de Développement ont apporté leur vaste expertise à l'élaboration de cette stratégie. Nous sommes très reconnaissants de leur contribution et nous nous félicitons de leur aide dans les années à venir.

Le Cambodge a une présence de 400 mégawatts dans le développement de l'énergie solaire. Le pays s'éloigne de la production d'électricité au charbon et le développement de l'hydroélectricité sur le Mékong a été exclu. "Nous assistons à la "REDD" en ce qui concerne nos ressources forestières", déclare Say Samal. "REDD, comme dans "Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts dans les pays en développement" - un programme parrainé par les Nations Unies. Le Cambodge s'est engagé à réduire de moitié la déforestation d'ici 2030 et à atteindre zéro émission dans son secteur forestier d'ici 2040. »

Nous avons vu la communauté mondiale se rassembler pour faire face à une menace biologique que la plupart d'entre nous n'auraient pas pu imaginer il y a à peine deux ans. Pourtant, nous avions été prévenus. Tenons compte des avertissements concernant le réchauffement climatique. Appliquons-nous avec la même détermination, en augmentant le financement international des initiatives d'atténuation du changement climatique. Le Cambodge est prêt.

Print Friendly, PDF & Email

Nouvelles connexes

A propos de l'auteur

éditeur

La rédactrice en chef d'eTurboNew est Linda Hohnholz. Elle est basée au siège d'eTN à Honolulu, Hawaï.

Laisser un commentaire