Ambassades européennes : Risque d'éventuels attentats au Kenya
Ambassades européennes : Risque d'éventuels attentats au Kenya

Après que plusieurs pays européens ont mis en garde contre le risque d'éventuelles attaques en Kenya et a exhorté leurs ressortissants à éviter les lieux publics, le service de police national du Kenya a publié une déclaration disant qu'il "assure le public que la sécurité dans le pays a été renforcée grâce à différentes opérations de police".

"Nous exhortons le public à rester vigilant et à signaler toute activité suspecte", indique le communiqué du NPS.

Des agents des forces de l'ordre lourdement armés patrouillaient dans les rues de Nairobi aujourd'hui, alors que la police a renforcé la sécurité à l'extérieur des hôtels cinq étoiles, des restaurants, des centres commerciaux et des bureaux gouvernementaux.

Hier, l'Ambassade de France à Kenya a diffusé un message aux ressortissants français avertissant du danger d'un attentat en Nairobi dans les jours à venir. Il a déclaré sur son site Internet qu'il existait un "risque réel" que des lieux fréquentés par des étrangers, tels que des restaurants, des hôtels et des centres commerciaux, soient ciblés.

"Par conséquent, il est conseillé aux Kényans d'être extrêmement vigilants et d'éviter ces lieux publics dans les prochains jours, y compris ce week-end", a-t-il déclaré.

L'ambassade d'Allemagne à Nairobi a émis un avertissement similaire, tandis que la mission néerlandaise a déclaré avoir été informée par les Français de la menace possible et qu'elle considérait l'information comme "crédible".

Kenya a été frappé par plusieurs attaques menées par le groupe terroriste al-Shabab en représailles pour avoir envoyé des troupes en Somalie en 2011 dans le cadre des forces de l'Union africaine pour repousser les combattants.

En 2019, des militants d'al-Shabab ont tué 21 personnes lors d'une attaque contre le haut de gamme DusitD2 et complexe de bureaux à Nairobi.

En 2015, une attaque contre l'université de Garissa, dans l'est du Kenya, a tué 148 personnes, presque toutes des étudiants. Beaucoup ont été abattus à bout portant après avoir été identifiés comme chrétiens.

Il s'agissait de la deuxième attaque la plus sanglante de l'histoire du Kenya, dépassée seulement par l'attentat à la bombe d'Al-Qaïda contre l'ambassade américaine à Nairobi en 1998 qui a tué 213 personnes.

En 2013, un siège désastreux de quatre jours au centre commercial Westgate de Nairobi a tué 67 personnes.

 

Print Friendly, PDF & Email

Nouvelles connexes