Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

L'Autorité palestinienne condamne les projets de parc touristique de Jérusalem

0a2_102
0a2_102
Avatar
Écrit par éditeur

Un conseil municipal de Jérusalem a approuvé des plans pour installer un parc touristique dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est, qui appelle à la démolition de 22 maisons palestiniennes.

Un conseil municipal de Jérusalem a approuvé des plans pour installer un parc touristique dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est, qui appelle à la démolition de 22 maisons palestiniennes. Les États-Unis ont averti que le plan menaçait les pourparlers de paix israélo-palestiniens.

Des tensions diplomatiques ont éclaté au-dessus de Jérusalem pour la première fois depuis des semaines après l'approbation préliminaire d'un plan controversé pour un parc touristique dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est. Le plan prévoit la démolition de 22 maisons palestiniennes.

La décision prise lundi par un comité de planification municipal de Jérusalem a immédiatement attiré la condamnation de l'Autorité palestinienne et un avertissement des États-Unis.

Trois mois après que l'annonce d'un projet de construction de Jérusalem-Est ait bouleversé la visite du vice-président Joe Biden dans la région, cette décision met en évidence la menace potentielle pour les pourparlers de paix et la stabilité régionale que représente le développement israélien dans les zones contestées de la Ville sainte.

«C'est comme allumer une allumette dans une pièce remplie de gaz», déclare Meir Javedanfar, un analyste du Moyen-Orient basé à Tel Aviv.

Une fois de plus, une agence gouvernementale de niveau inférieur a fait un petit pas vers un projet qui prendra des années à se terminer, laissant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, les États-Unis et les Palestiniens gérer les retombées.

La décision intervient alors qu'Israël tente de calmer le tollé diplomatique causé par l'interception fatale d'une flottille d'aide à destination de Gaza, et deux semaines avant que Netanyahu ne se rende à la Maison Blanche.

'Je ne pense pas que Netanyahu a approuvé cela'

Pour construire un parc et un centre commercial au sud-est de la vieille ville, le maire de Jérusalem, Nir Barkat, veut démolir 22 maisons de Silwan, qui, selon la municipalité, sont construites illégalement, et fournir des logements alternatifs aux Palestiniens. Le bureau du Premier ministre a fait pression pour un compromis avec les résidents touchés, qui s'opposent au plan.

Le négociateur palestinien Saeb Erekat a accusé Israël de ruiner les négociations de paix et a appelé la communauté internationale à arrêter les mesures israéliennes «dangereuses», tandis que le porte-parole du département d'État américain Philip Crowley a mis en garde contre une décision unilatérale qui porterait préjudice aux négociations de paix sur le statut final de Jérusalem. Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak et le Premier ministre Netanyahu ont cherché à se distancier de la décision municipale de Jérusalem.

«Le but n'était pas de planifier, c'était politique», déclare le membre du conseil Pepe Alalo, qui a perdu son titre de maire adjoint pour s'être opposé à la décision. «Je ne pense pas que Netanyahu ait donné cette approbation. [Le maire] Barkat tente de déborder Netanyahu sur la droite. »

Moratoire de facto sur la construction à Jérusalem-Est
En effet, il y a des signes d'un moratoire de facto sur la construction à Jérusalem-Est, une indication d'un accord entre Israël et les États-Unis depuis la visite malheureuse du vice-président Biden, selon Alalo et Javedanfar.

"Il y a un accord non écrit selon lequel certains responsables israéliens frustrés feront des remarques à la bombe, l'Amérique les condamnera, mais en réalité rien ne se passera sur le terrain à Jérusalem-Est et en Cisjordanie", dit Javedanfar.

Un diplomate occidental a déclaré que bien que cette décision ait suscité l'inquiétude parce que Jérusalem est toujours une question sensible, il est reconnu à l'étranger que Netanyahu et Barkat ne sont pas sur la même longueur d'onde sur cette question.

Un porte-parole du maire, Stephan Miller, soutient que le plan «protégera» les résidents de devenir des sans-abri en légalisant 66 des 88 maisons palestiniennes construites illégalement.

Danny Seidman, un militant pour les droits des Palestiniens à Jérusalem-Est, a fait valoir que même si la décision elle-même aura peu d'impact sur le terrain, elle démontre une «négligence bénigne» de la part du gouvernement israélien qui finira par saper les négociations de paix naissantes.