Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Actualités de la destination: état d'avancement du projet EDEN lancé par la Commission européenne

banner-eden_en
banner-eden_en
Avatar
Écrit par éditeur

ITALIE (eTN) - La Commission européenne a lancé en 2006 le projet pilote

ITALIE (eTN) - La Commission européenne a lancé en 2006 le projet pilote EDEN (Destination Européenne d'ExcelleNce) pour commencer à promouvoir les petites villes, loin du tourisme de masse, où les objectifs de croissance économique sont en harmonie avec la durabilité sociale, ainsi que le tourisme culturel et environnemental. Chaque année, une destination d'un État membre est choisie comme exemple de bonne pratique en faveur du tourisme durable.

Avec cette initiative, la commission entend: accroître la visibilité des destinations touristiques européennes, sensibiliser à la diversité et à la qualité du tourisme européen, promouvoir toutes les régions européennes, faciliter la décongestion des touristes et la désaisonnalisation, créer une plateforme d'échange de bonnes pratiques , promouvoir le réseautage entre les destinations choisies et encourager d'autres destinations à améliorer les modèles de développement durable.

Pour la première édition, le thème «Destinations rurales émergentes» a été choisi, et l'Italie a été sélectionnée pour la municipalité de Specchia (Lecce). La deuxième édition était consacrée au thème «Tourisme et patrimoine immatériel local», et l'Italie a été sélectionnée pour la ville de Corinaldo (Ancône). La troisième édition (2009) était consacrée au thème «Tourisme et aires protégées», pour lequel l'aire marine protégée «Péninsule de Sinis - Isola di Mal di Ventre, (île de mal de ventre) en Sardaigne (Italie) a été sélectionnée. Pour la quatrième édition (2010), le thème «Tourisme Eau» a été choisi.

Le Comité national d'évaluation a sélectionné la ville de Monte Isola, lac d'Iseo, pour cette quatrième édition, qui recevra la reconnaissance officielle de la Commission européenne lors de la Journée européenne du tourisme, qui se tiendra à Bruxelles fin septembre 2010.

La sélection des villes mineures italiennes est effectuée en Italie par un Comité national d'évaluation, présidé par le Département du développement et de la compétitivité de la présidence du Conseil du tourisme et composé des administrations et des organismes concernés.

A l'occasion de la cérémonie de remise des prix du projet EDEN qui s'est tenue à la Villa Madama, Rome, en juillet 2010, le ministre du Tourisme, Hon. Michela Vittoria Brambilla, a déclaré:
«Le dernier trimestre de 2009 a inversé la tendance négative dans le monde qui a caractérisé le développement de l'industrie du tourisme en raison de la crise mondiale. Les quatre premiers mois de 2010 ont confirmé la [tendance] positive (7% en moyenne en plus d'arrivées selon le baromètre de l'OMT), mais avec des taux de croissance différents, les plus élevés au Moyen-Orient, en Asie et dans le Pacifique, [et] plus limités en Europe."

Mme Brambilla a souligné que l'Europe doit rester la «superpuissance du tourisme» qu'elle est, avec 370 millions d'arrivées internationales et une part de marché mondiale d'un peu plus de 40%, qui se positionne comme la première destination au monde. Les prévisions de l'OMT pour 2020 confirment ce leadership et suggèrent même une augmentation de la part de marché à 45%.

«Conformément aux lignes directrices émises lors de la Conférence européenne du tourisme de Madrid, nous saluons les propositions du comité de 21 mesures, regroupées en quatre domaines principaux: compétitivité, développement du tourisme durable, renforcement de l'image de l'Europe en tant que destination de haute qualité, [et] l'inclusion des politiques touristiques dans les instruments financiers de l'Union européenne », a déclaré Mme Brambilla, et a précisé que le gouvernement italien s'est engagé à construire un lien efficace au niveau européen pour promouvoir la compétitivité de ses territoires et maintenir la concurrence croissante à baie.

«Le 'label européen', marque commune proposée par la commission, devrait être une marque de qualité qui distingue les meilleures destinations d'Europe et intègre l'effort promotionnel du 'System Italy', dont nous, Italiens, avons beaucoup à dire». a déclaré Mme Brambilla.

«L'Italie devrait s'engager à promouvoir des synergies efficaces des destinations non seulement sur les principaux marchés tiers, mais aussi sur notre continent. Nous aurions l'opportunité d'étudier et de développer des programmes communautaires pour diverses typologies de tourisme afin de faciliter le séjour des touristes dans l'Union européenne en fonction d'une désaisonnalisation et d'une décongestion du système hôtelier [et] de dynamiser avec la commercialisation de nouveaux produits intereuropéens des routes transnationales », a poursuivi Mme Brambilla.

Une démarche essentielle devrait consister à attirer des touristes des pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) parmi des millions de nouveaux voyageurs de la classe moyenne, qui - compte tenu des distances à parcourir - sont plus enclins à planifier un «voyage en Europe plutôt puis en Italie ou en France ou en Espagne. » Dans cette optique, l'année dernière, la «passion européenne du voyage» a été créée comme projet de promotion conjointe des trois grandes destinations européennes (Italie, France et Espagne), qui représentent à elles seules 170 millions d'arrivées internationales.

«Nous pouvons également élargir le type de tourisme existant, en mettant en évidence la diversité de chaque région et, plus encore, des alternatives aux destinations connues. Le projet pilote EDEN sera d'une aide précieuse », a déclaré Brambilla.

Une autre ligne d'action majeure est dictée par les tendances démographiques observées en Europe et les comportements touristiques qui en découlent. En 2020, 20% de la population européenne aura plus de soixante-cinq ans. Cela représente un potentiel de visiteurs qui ont un fort pouvoir d'achat et un temps de loisirs suffisant - une belle opportunité pour le marché européen, à condition que l'offre puisse s'adapter aux besoins spécifiques de la demande. Des exemples de ces besoins spécifiques comprendraient les exigences dictées par la mobilité réduite et les mécanismes entre États permettant à certains groupes (personnes âgées, ainsi que jeunes) de voyager à des prix raisonnables, notamment en basse saison.

«Tout aussi important, en ce qui concerne le commerce, sera la promotion des contacts entre les opérateurs européens et des expériences d'apprentissage général pour les employés et les employeurs du secteur. Tout cela, bien entendu, requiert non seulement de la bonne volonté, mais aussi un financement adéquat. En plus de garantir l'utilisation des programmes actuels jusqu'en 2013, on espère que l'Union européenne (UE) pourra faire plus dans les années à venir et fournir des outils spécifiques pour soutenir l'industrie du tourisme », a conclu Mme Brambilla.