Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Le conseil municipal de Rome va de l'avant avec la taxe d'hébergement

bed_tax
bed_tax
Avatar
Écrit par éditeur

«Pour que la ville de Rome ne taxe pas les Romains, nous avons décidé de taxer les touristes», a déclaré le conseiller Federico Guidi.

«Pour que la ville de Rome ne taxe pas les Romains, nous avons décidé de taxer les touristes», a déclaré le conseiller Federico Guidi.

Le 2 décembre, les autorités romaines ont confirmé que la taxe «Contributo di Soggiorno» serait appliquée le 1er janvier 2011. Elle s'appliquera au tarif de 3 € par nuit pour les hôtels quatre et cinq étoiles et de 2 € par nuit pour un autre logement. Les enfants de moins de 2 ans et les auberges de jeunesse sont les seules exonérations de la taxe.

La taxe sera payée sur place avant le départ par la personne séjournant à l'hôtel. Le nombre maximum de nuits taxables par séjour est de dix.

Les clients seront informés de la taxe à l'arrivée par des avis écrits, dans différentes langues. On ne sait pas combien de langues et lesquelles. On ne sait pas non plus quelle sanction peut être imposée aux clients s'ils choisissent de ne pas payer cette redevance.

À partir du 1er janvier, les hôtels devront percevoir la taxe auprès de leurs clients; mais ils peuvent attendre pour transférer l'argent jusqu'en juillet. Après cela, ils doivent le faire tous les 3 mois. Bien qu'il soit de la responsabilité de l'hôtel d'extraire l'argent des clients, les voyagistes peuvent opter pour un acompte afin de pouvoir payer au nom de leurs clients. ETOA pense que c'est comme être dans un avion et être facturé en supplément pour partir. Comme la commune va extraire de l'argent avec une taxe «instantanée», il ne faut pas s'attendre à ce que les voyagistes fassent ce travail à leur place.

Il n'a pas été précisé si la taxe attire l'IVA (TVA). Alessandro Vannini, président de la Commission du tourisme et de la mode, a admis que les premiers mois pourraient être chaotiques, mais a déclaré que c'est ainsi qu'ils allaient collecter des fonds.

La commune dit vouloir allouer 5% du total des sommes perçues sur les soi-disant 80 millions d'euros à des «services touristiques génériques». Lors de la réunion, ils ont refusé d'expliquer à l'ETOA ce que signifiait cette phrase.

Cette taxe n'est pas finalisée, bien que sa mise en œuvre semble probable. Il est peu probable que la confirmation finale intervienne avant le 20 décembre. Elle peut encore être contestée devant les tribunaux locaux.

En attendant, ETOA produira un avis que les membres partageront avec les clients et les partenaires commerciaux pour expliquer la situation en termes clairs.