Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Un défi de trois jours appelé Paris

Eiffel_1207543250
Eiffel_1207543250
Avatar
Écrit par éditeur

Est-il possible de passer trois jours à Paris et de découvrir son essence? C'est une question avec laquelle j'ai joué et qui est finalement devenue un défi.

Est-il possible de passer trois jours à Paris et de découvrir son essence? C'est une question avec laquelle j'ai joué et qui est finalement devenue un défi. Compte tenu de mon expérience de voyageur intrépide, j'ai décidé de m'élever et de voir par moi-même combien de Paris je peux m'immerger en trois jours.

Premier jour
Nous sommes arrivés à Paris à 1h50 un vendredi et avons pris le train d'environ 45 minutes (via le RER), puis transférés au métro n ° 6 pour nous rendre à l'hôtel Marriott à Rive Gauche. L'hôtel est parfaitement situé pour le voyage de trois jours car il est situé à côté de la ligne de métro n ° 6 et à environ 15 minutes du site touristique numéro un au monde, la Tour Eiffel.

À 3h30, nous étions tous enregistrés, ce qui nous a donné amplement le temps de nous installer dans notre chambre et de déterminer le plan d'action pour le reste de la journée. Je suis déjà allé à Paris mais c'était le premier voyage de mon compagnon de voyage, alors j'ai décidé que la Tour Eiffel devait être le premier arrêt. Nous étions à 4h30 de la porte et nous nous sommes dirigés vers la tour Eiffel. Sur la base des bons conseils du concierge de Marriott, la meilleure station de métro pour une première visite Eiffel est la sortie Trocadéro. Et nous avons toujours été heureux d'avoir suivi ce conseil car ce samedi, le Palais De Chailot était rempli de Parisiens et de touristes profitant de l'après-midi un peu frais. La foule habituelle des artistes de rue et de leurs admirateurs s'est également présentée. Nous n'aurions pas pu rêver d'un meilleur accueil parisien que ça. Nous avons pris le temps de bouder dans la gloire de ce merveilleux accueil, avons pris quelques clichés obligatoires du paysage spectaculaire, puis nous nous sommes dirigés vers quelque chose à manger.

Manger à Paris est, bien sûr, une expérience en soi, et c'est une question de prix, de vue et d'espace autant que de nourriture. Si dîner à Paris est sans aucun doute l'un des meilleurs en termes de qualité de la nourriture, sinon le meilleur, le prix de la nourriture est souvent reflété par l'emplacement du restaurant. On peut s'attendre à débourser quelques euros de plus pour une vue sur la Tour Eiffel. Dans notre cas, nous avons choisi de dîner dans l'un des restaurants environnants, car ils sont tout aussi bons, et avons gardé le «restaurant avec vue sur la Tour Eiffel» pour les apéritifs.

Après avoir dévoré notre repas au «restaurant sans vue sur la Tour Eiffel», nous avons décidé de nous promener et de nous faire une idée de la zone où sont regroupés quelques-uns des principaux centres d'intérêt de Paris à proximité, notamment le musée de l'Homme et le musée. du cinéma. Nous avons pris quelques clichés obligatoires de la région puis avons décidé d'aller prendre un verre après le repas au «restaurant avec vue sur la Tour Eiffel». Ce restaurant s'appelle le Café du Trocadéro. Il est si bien situé qu'il offre aux convives et aux buveurs une vue à 90 degrés sur la Tour Eiffel, qui est exactement l'endroit idéal pour profiter pleinement de ce spectaculaire spectacle de lumière de la Tour Eiffel. Je n'entrerai pas dans les détails sur ce qu'implique le spectacle de lumière, afin de ne pas gâcher l'expérience de ceux qui n'y sont pas allés. Je vais en dire beaucoup, cependant, cela vaut la peine d'attendre.

Après le spectacle de lumière, nous avons décidé de nous mêler un peu plus à la foule rassemblée au Palais du Chaillot. Mais, venant d'Hawaï et ayant été quelque peu mal préparés pour le «froid», nous avons décidé de retourner à l'hôtel. Après tout, il était 10h00 et ce que nous avions prévu pour le lendemain nécessiterait une nuit de repos.

Jour deux
Une journée à Disneyland Paris ne faisait pas partie du plan à l'origine, mais cela a fonctionné d'une manière ou d'une autre, et nous en avons toujours été heureux. Je ne refuse jamais une chance de visiter Disney que ce soit en Californie ou en Floride, car c'est vraiment un endroit où je ne me lasse jamais de revenir encore et encore.

Nous nous sommes réveillés tôt pour prendre une longueur d'avance. Depuis le Marriott Rive Gauche, on nous a dit que le trajet jusqu'à Disneyland était d'environ 45 minutes à une heure en train. D'après ce qu'on nous a dit, nous n'avions vraiment besoin de transférer qu'une seule fois du métro n ° 6 à la ligne A du RER en direction de Marne la Vellee. Assez simple, non? Tort. Quand nous sommes arrivés au point de transfert, les choses se sont un peu compliquées parce que le kiosque de billets ne fonctionnait pas correctement - il n'a pas pris notre argent comptant ni l'option de carte de crédit n'a fonctionné. J'ai dû essayer toutes mes cartes de crédit et suis arrivé à la conclusion que la machine était défectueuse. Aucun des trois guichets n'avait de préposé au travail, ce que j'ai trouvé étrange. Nous avons marché autour de la gare pendant 25 bonnes minutes avant de décider de «tenter le coup». Sans billet de train valide, nous sommes montés sur la ligne A du RER et nous nous sommes dirigés vers Disneyland. Tout au long du trajet, je m'attendais à ce qu'un billetterie se présente et vérifie nos billets, comme cela se pratique dans la plupart des pays civilisés. Aucun billetterie ne s'est jamais montré. Pendant tout ce temps, je me suis dit: «Mais c'est la France, il doit sûrement y avoir un piège quelque part.» Et bien sûr, il y en avait. À la fin du trajet en train vers Marne la Velle, il y avait au moins dix «billetteries» vérifiant les billets. C'est là que la plus grosse arnaque de mes années de voyage s'est produite. Sans billets, nous étions «coincés». Nous ne pouvions pas sortir de la gare et nous ne pouvions évidemment pas revenir en arrière. Donc, innocemment, nous avons approché l'un des «gens du ticket» et avons essayé de nous sortir de notre situation difficile. Une tentative vaine, bien sûr, car nous avons vraiment, faute d'une meilleure explication, pris au dépourvu. Nous avons été obligés de payer 40 euros chacun! C'est 63 $ US par personne! Mon compagnon de voyage m'a confié plus tard à quel point il était étrange que Disneyland soit idéalement situé juste à côté d'une gare. Pour moi, cependant, il était plus suspect que la seule borne de billetterie au point de transfert ne fonctionne pas et que la gare n'ait pas de préposés. Cela ressemblait presque à une tentative délibérée de confondre les voyageurs. Ils pourraient embaucher dix «billetteries» à la fin du voyage, mais ils ne peuvent pas en embaucher un pour cette seule station? Semblait hautement orchestré, car les soi-disant «gens des billets» étaient armés et prêts avec leurs distributeurs de cartes de crédit portables. Tant mieux pour eux, ils ont reçu mes 63 $ US.

Weatherwise, ma journée à Disneyland Paris a été la plus horrible de toutes les journées que j'ai jamais passées dans une propriété Disney. Cela, cependant, n'a rien fait pour étouffer l'esprit de nous passer la journée dans mon parc d'attractions préféré dans le monde. Et à première vue, des milliers d'autres ne craignaient pas non plus la pluie occasionnelle et le froid. Grâce à Disney, nous avons obtenu des billets pour Disneyland et Disney Studios. Nous ne pensions vraiment pas pouvoir visiter les deux parcs étant donné les immenses attractions des deux parcs. Il est recommandé aux touristes de se donner au moins une journée dans chaque parc pour vraiment découvrir l'essence des deux parcs. Sans notre «Fast Pass», nous n'aurions pas pu profiter des deux parcs.

Profiter, bien sûr, est le mot clé. À Disneyland, nous avons pu assister au défilé d'ouverture sur Main Street, monter deux fois sur «Space Mountain: Mission 2», «Big Thunder Mountain», deux fois sur «Indiana Jones et Temple of Peril», puis une fois avec «Pirates of les Caraïbes." Tout cela a pris environ six heures, déjeuner compris. Pas mal, mais nous savions exactement ce que nous voulions faire et quelles attractions faire.

Mes attentes pour notre prochain arrêt, Disney Studios, n'étaient pas particulièrement élevées. Ayant été gâté par notre expérience à Disneyland, le but de la visite était vraiment de monter sur la «Tour de la terreur». Étant fan de la version DisneyWorld, j'ai pensé que ce serait une bonne idée de faire au moins l'expérience de la version Paris. Mais, compte tenu de ce que je savais du trajet, je voulais d'abord explorer d'autres attractions et conserver ce que je pensais être le meilleur trajet pour la fin. Un rapide coup d'œil sur notre carte a montré que «Rock'n'Roller Coaster Starring Aerosmith» et «Moteurs! Action! Spectacular Stunt Show »étaient deux attractions qui, à notre avis, valaient le détour. Et j'ai été agréablement surpris parce que je ne me souviens pas avoir jamais eu plus de plaisir à participer à une course à sensations fortes qu'avec «Rock'n'Roller Coaster Starring Aerosmith». Le trajet de moins d'une minute était en effet plein de rebondissements pour surprendre même un journaliste blasé. Pour couronner le tout, nous avons eu la musique d'Aerosmith qui résonne dans nos oreilles. Cette balade est facilement devenue la balade préférée de la journée. Nous l'avons monté au moins trois fois.

Huit heures dans les deux parcs et nous l'avons appelé un jour. Comme d'habitude, Disneyland n'a pas manqué de livrer. J'aurais cependant voulu que nos photos de balades portent un cachet de Paris. Pour un visiteur fréquent de Disney comme moi, un tampon de Paris sur mes manèges photo distinguerait finalement mon expérience de celle des autres parcs Disney.

Nous sommes retournés à Paris, épuisés comme nous l'étions, mais relativement libres d'histoires d'horreur sur les billets de train. Nous avons eu un peu de temps pour faire quelques achats de souvenirs, alors nous sommes sortis à l'arrêt du musée du Louvre et avons marché dans la rue de Rivoli. Le dîner était un peu difficile car c'était dimanche et la plupart des restaurants n'étaient pas ouverts. Heureusement, un restaurant italien du Marriott Rive Gauche était ouvert.

Jour trois
Pour notre dernier jour, le plan était d'arriver tôt à la Tour Eiffel pour éviter la foule. À 8h30, nous étions à l'Eiffel, mais nous avons découvert que la billetterie n'était pas prévue pour une autre heure. Nous avons alors décidé de nous promener pour voir de plus près le Palais de la Découverte, la Place de la Concorde, le Palais Bourbon, l'Hôtel des Invalides et d'autres attractions environnantes.

Il y avait déjà deux énormes files d'attente au moment où nous sommes revenus à la Tour Eiffel, pour penser que nous n'étions partis que pendant environ une heure. Nous avons rejoint l'une des files d'attente et avons attendu un peu plus notre tour pour acheter nos billets, qui coûtaient 12 euros chacun (19 $ US). En faisant la queue, nous avons eu droit à un spectacle accidentel d'une femme de langue japonaise bruyante qui, selon nous, racontait à sa foule de touristes japonais la visite de la Tour Eiffel. La regarder a certainement fait passer le temps d'attente pour acheter nos billets beaucoup plus rapidement.

Nous avons passé deux bonnes heures à la Tour Eiffel, admirant Paris dans sa splendeur dégagée. Cela m'a fait réaliser que peu importe le nombre de fois que je suis venu visiter, la ville parvient presque toujours à donner l'impression que c'est ma première visite. Il n'y a vraiment aucun autre endroit sur terre que je visite fréquemment qui me donne ce sentiment.

Après la tour Eiffel, nous avons décidé de marcher jusqu'à notre prochain arrêt, l'Arc de Triomphe, que nous avons sprinté car il faisait vraiment froid ce matin-là. La marche d'environ 20 minutes a été plus que mouvementée car il y avait beaucoup de «êtes-vous sûr que nous allons dans la bonne direction?» genre d'interaction en cours. Heureusement, nous avons été et sommes arrivés à l'Arc relativement sans incident. Après avoir pris quelques photos, nous nous sommes dirigés vers l'avenue des Champs et avons traversé quelques boutiques haut de gamme avant de décider de nous diriger vers notre prochaine destination: le musée du Louvre.

Le musée du Louvre est une attraction touristique majeure à Paris en raison d'un morceau de peinture inique que tout le monde veut voir - la Joconde de Léonard de Vinci. Aussi connu sous le nom de La Gioconda, le portrait du XVIe siècle a été peint à l'huile sur un panneau de peuplier pendant la Renaissance italienne et est accroché au premier étage du Louvre. Compte tenu de l'étendue de la collection d'art et de l'encombrement du musée ce jour-là, nous avons tenté de demander à l'un des préposés du Louvre où se trouvait la Joconde, seulement pour être regardés comme si nous puions la puanteur, et c'est compréhensible. Pouvez-vous imaginer travailler au Louvre et se voir poser la même question des centaines, voire des milliers de fois par jour? Pauvre gars, non? La réaction du gardien du Louvre valait à elle seule le prix d'entrée de 16 euros (9 $ US). Comme nous n'avions pas vraiment le luxe de passer du temps à examiner toutes les œuvres d'art, nous nous sommes dirigés directement vers la Joconde puis nous sommes allés déjeuner. Sur le chemin du déjeuner, nous nous sommes arrêtés à la Pyramide et avons pris des photos obligatoires. Nous avions initialement prévu de faire un arrêt à Notre Dame de Paris, mais nous étions trop fatigués et avons choisi de retourner à l'hôtel à la place.

Pour couronner le voyage, nous avons décidé de dîner dans le quartier du Trocadéro, où nous avons d'abord expérimenté le spectacle de la Tour Eiffel. Nous avions choisi le Café du Trocadéro, mais nous avons finalement dû changer car nous avions des problèmes avec les petites tables du restaurant, que nous pensions parfaites pour boire mais vraiment pas adaptées pour un repas complet.

Compte tenu de l'immense richesse de ce que Paris a à offrir en termes d'attractions touristiques, ai-je accompli ce que je m'étais fixé? Ai-je pu retrouver l'essence de Paris en trois jours? Pas même de près, un aperçu est tout ce que j'ai. Et heureusement, parce que Paris est vraiment une destination vers laquelle je veux retourner et ne pas me souvenir de ce que j'ai fait la dernière fois que j'ai visité, pour me faire sentir comme si je n'avais jamais visité auparavant.