Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Les voyagistes européens saluent la nouvelle politique touristique du Royaume-Uni

0a1_11
0a1_11
Avatar
Écrit par éditeur

L'Association européenne des voyagistes (ETOA) accueille dans l'ensemble la nouvelle politique du tourisme, publiée aujourd'hui par le ministre du Tourisme.

L'Association européenne des voyagistes (ETOA) accueille dans l'ensemble la nouvelle politique du tourisme, publiée aujourd'hui par le ministre du Tourisme. Il contient de nouvelles déclarations importantes sur les visas, l'accueil réservé à l'arrivée et l'importance de l'industrie du tourisme en tant que générateur d'emplois «d'exportation». Ils se sont fixé un objectif de 4 millions de visiteurs supplémentaires au cours des quatre prochaines années.

Sur les visas, il identifie qu'il y a un problème. Les propres recherches de l'ETOA indiquent que 20% de tous les clients potentiels abandonnent en raison du processus de visa. La perspective de remplir une demande de visa est décourageante. Une personne souhaitant venir au Royaume-Uni, par exemple, de Chine doit prendre rendez-vous dans un centre de traitement des visas (qui peut être à 500 km), remplir un formulaire en anglais (pas seulement une langue étrangère, mais une écriture étrangère), être photographié et pris des empreintes digitales (un processus associé à la criminalité) puis interviewé; ils sont alors facturés 70 £, sans aucune garantie d'obtenir un visa.

C'est une première impression désastreuse. Il y a une perception d'arrogance. "Qu'y a-t-il à aimer dans le processus de visa britannique?" a écrit un agent au Moyen-Orient: «Longues files d'attente, retards dans la paperasse, heures de travail coûteuses et trop courtes; l'attitude du personnel donne au candidat le sentiment qu'il lui fait une grande faveur en acceptant ou même en considérant sa candidature.

La politique ne traite pas du plus gros problème affectant le tourisme récepteur. Si vous êtes une entreprise basée ici et que vous essayez de vendre le Royaume-Uni à l'étranger, vous souffrez d'un énorme désavantage fiscal concurrentiel.

La plupart des visiteurs venant dans ce pays en provenance de marchés long-courriers (comme l'Amérique du Nord ou l'Asie) achètent leurs vacances par l'intermédiaire de voyagistes. Dans ce pays, ils sont imposés dans le cadre du régime de marge des voyagistes (TOMS). TOMS est appliqué à la marge entre le coût des composants et le prix facturé au consommateur.

Cette marge n'est pas un profit. Il contient tout ce qui n'est pas directement fourni par une autre entreprise. Toutes les fournitures internes et tous les effectifs sont taxés sous TOMS, tout comme les commissions des agents, le marketing et les frais de vente. Ces dépenses sont le processus de création de valeur. TOMS est donc un prélèvement sur l'investissement réalisé pour assembler, vendre et livrer des visiteurs au Royaume-Uni. Pour un opérateur long-courrier, il équivaut à un impôt sur les sociétés de 800%.

Si une entreprise est basée en dehors de l'UE, TOMS n'est pas recouvrable et donc non payée. Ainsi, presque tous les opérateurs entrants qui vendent aux consommateurs sont désormais basés à l'étranger.

À l'inverse, comme cette taxe s'applique aux «services fournis dans l'UE», tous les jours fériés hors UE vendus au Royaume-Uni (par exemple en Turquie ou en Floride) ne sont pas taxés. Ainsi TOMS est une taxe sur les exportations, et accorde le statut d'exonération fiscale à nos importations touristiques.

Pour une entreprise basée au Royaume-Uni, il est extrêmement judicieux d'investir dans la vente de vacances non européennes que d'essayer de vendre des vacances au Royaume-Uni à un visiteur.

Ce n'est pas un problème lié au niveau de la TVA, mais à la manière dont elle est appliquée aux exportations. Nous devons désespérément attirer des visiteurs dans ce pays. Mais ce processus est soumis à un niveau d'imposition punitif.

Tom Jenkins, directeur exécutif de l'ETOA, déclare: «Le Premier ministre a déjà parlé de rendre le Royaume-Uni compétitif sur le plan fiscal. Cette idée doit englober le tourisme. »

«Il ne devrait pas y avoir de TVA sur les exportations utilisées à l'étranger. Le tourisme est une exportation mais la création de vacances dans l'UE pour les visiteurs de l'extérieur de l'UE est soumise à la TVA en vertu de TOMS. C'est différent de tout autre type d'exportation et c'est clairement désavantageux pour notre tourisme récepteur. "

«Si le gouvernement souhaite vraiment encourager davantage de personnes à venir ici, il doit se rendre à Bruxelles et convaincre les autres États membres de réformer le TOMS, car les entreprises basées dans l'UE découragent massivement les vacances dans l'UE.»