Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

FM estonien: les autorités de Beyrouth tiennent à retrouver des touristes enlevés

0a1_558
0a1_558
Avatar
Écrit par éditeur

Le ministre estonien des Affaires étrangères, Urmas Paet, a déclaré lundi que les responsables libanais l'ont informé que les autorités de Beyrouth faisaient tout leur possible pour trouver sept touristes estoniens enlevés dans la vallée de la Bekaa las

Le ministre estonien des Affaires étrangères, Urmas Paet, a déclaré lundi que les autorités libanaises l'avaient informé que les autorités de Beyrouth faisaient tout leur possible pour retrouver sept touristes estoniens enlevés dans la vallée de la Bekaa la semaine dernière.

Paet a rencontré le président Michel Suleiman, le président Nabih Berri, le premier ministre désigné Najib Miqati et le ministre par intérim de l'Intérieur Ziad Baroud.

Il a appelé à la coopération de l'Union européenne et des pays voisins dans l'enquête. L'Estonie a déjà déclaré qu'elle recevait un soutien logistique de la France et de la Turquie, et que l'Autorité palestinienne avait également offert son aide.

«Nous n'avons aucune information sur l'endroit où ils se trouvent et qui les a enlevés», a déclaré Paet à la télévision publique estonienne avant de se rendre à Beyrouth. «Des fragments d’informations ont été collectés, mais aucune information ne mènerait à un résultat positif.»

Par ailleurs, le quotidien al-Akhbar a déclaré que les autorités libanaises recherchaient une femme estonienne qui a témoigné sur l'enlèvement des sept touristes et qui a ensuite disparu.

Al-Akhbar a déclaré que les services de renseignement ont émis un avis deux jours après l'enlèvement des sept hommes pour rechercher la femme et l'arrêter.

Une source impliquée dans l'enquête a refusé de nommer la femme ou de révéler si elle était toujours au Liban.

La source a déclaré à al-Akhbar que la femme était restée dans la ville montagneuse libanaise de Broummana plutôt que de se rendre en Syrie avec les sept Estoniens.

Les touristes ont été arrachés à leurs vélos près de la ville de Zahlé dans la vallée de la Bekaa mercredi soir, quelques heures après leur entrée au Liban en provenance de Syrie, via le poste frontière de Masnaa.

Suite à leur disparition, les soupçons sont tombés sur le Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-GC), qui a des bases proches de la frontière syrienne. Le groupe a immédiatement nié avoir procédé à l'enlèvement.

Mais maintenant, l'enquête se concentre également sur la possibilité que les hommes aient été emmenés en Syrie immédiatement après leur enlèvement.