Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Les Seychelles éclaboussent les pages de Conde Nast Traveler

condenast_0
condenast_0
Écrit par éditeur

Le numéro de décembre du magazine très respecté et populaire Conde Nast Traveler publié lors du World Travel Market (WTM) Tourism Trade Fair à Londres a fait le tourisme des îles de la Seyche

Le numéro de décembre du magazine très respecté et populaire Conde Nast Traveler publié lors du World Travel Market (WTM) Tourism Trade Fair à Londres a fait la fierté des îles touristiques des Seychelles.

«Océan Indien, récifs coralliens et sable blanc aux Seychelles» est le titre principal de la couverture du magazine qui contient douze pages et demie avec des images spectaculaires des magnifiques îles Seychelles.

Tim Ecott est le journaliste à l'origine de ce reportage sur les Seychelles, et les images utilisées sont de l'ohotographe Christopher Baker. Tim Ecott n'est pas étranger aux Seychelles. Il était un correspondant de la BBC basé dans ces îles du milieu de l'océan avant de retourner en Grande-Bretagne. Tim reste le journaliste expérimenté qui présente les Seychelles du point de vue d'un journaliste étranger, mais aussi celui qui connaît son sujet.

«Lesser spotted Seychelles» est le titre de ce rapport sur les Seychelles dans le respecté Conde Nast Traveler Magazine. «Avec leurs hôtels de luxe et leurs invités royaux, les îles sont connues comme une idylle tropicale pour les riches et célèbres», a écrit Tim Ecott, «cependant, célèbre leur côté plus simple, où la nature est reine.»

Tim Ecott a écrit: «Lorsque j'ai visité l'île de La Digue pour la première fois il y a plus de vingt ans, il n'y avait que deux endroits où séjourner. L'un était un hôtel sous licence composé d'une collection de chalets simples au toit de chaume dans une palmeraie à côté de la plage; l'autre était à l'intérieur des terres, posé sur une élévation au-dessus d'une plantation de vanille. C'était un hôtel `` non officiel '', le Château Saint-Cloud, une vieille maison charmante mais excentrique où Oliver Reed a séjourné pendant le tournage de Castaway au milieu des années 1980. Tout le monde a dîné ensemble à une longue table en bois, et il n'y avait pas de menu: vous avez mangé ce qui sortait de la cuisine, qui était toujours une délicieuse cuisine créole.

Tim Ecott a poursuivi: «Les hélicoptères et les ferries sont peut-être nouveaux, mais les hôtels d'origine sont toujours là: La Digue Island Lodge sur la plage et Chateau St. Cloud (maintenant officiel) à l'intérieur des terres, toujours propriété de la même famille mais considérablement mis à jour. Il y a aussi maintenant beaucoup de petites maisons d'hôtes accueillant des troupeaux de jeunes couples, dont beaucoup sont des jeunes mariés, qui viennent pour les longues plages de sable blanc adossées à des rochers de granit élémentaire, et la paix et la tranquillité (la meilleure façon de se déplacer est toujours à vélo). Les voyageurs français et italiens ont toujours aimé La Digue; pour eux, il semble imprégné d'un attrait presque mythique, et l'un des films érotiques d'Emmanuel a été tourné ici. Parfaitement bronzés et élégamment vêtus, ils sillonnent les pistes sablonneuses de l'île sur des vélos de location et, étant donné que les Seychellois roulent sur la gauche, ils contribuent un degré de danger significatif aux sentiers autrement peu fréquentés. Malgré tous les changements, La Digue est toujours un endroit spécial avec un vrai sens du passé plus ancien et plus simple des Seychelles, et la majeure partie de l'île reste un morceau de roche inaccessible et boisé où les chauves-souris frugivores bavardent dans les manguiers.

«J'étais réservé au Domaine de L'Orangeraie, qui avait récemment été rénové et agrandi pour créer un mini-resort très intelligent. Il est proche du seul village de l'île, La Passe, à quelques minutes à pied de la jetée; mais les clients du Domaine sont pris en charge dans un taxi climatisé à quatre roues motrices et conduits à l'hôtel où un gong en bronze géant annonce leur arrivée. La piscine à débordement et le restaurant s'étendent dans la baie, et l'ensemble est très «Saint-Trop», avec un beau personnel en uniformes en lin blanc.

Tim Ecott a également écrit dans ce long reportage sur les Seychelles à propos de l'île de Fregate avec ses 16 somptueuses villas offrant un niveau d'intimité et de luxe inouï aux Seychelles. «Pierce Brosnan a réservé toute l'île alors qu'il était au sommet de sa renommée à James Bond; Brad Pitt et Emma Thompson y ont passé leurs vacances… », a déclaré Tim Ecott.

Sur l'île principale de Mahé, Tim Ecott a écrit sur le Maia Luxury Resort & Spa, qui, selon lui, est présenté comme un complexe de villas six étoiles et récemment honoré par la princesse Anne lors de son passage en visite officielle. Il décrit également l'hôtel Four Seasons niché dans une enclave boisée au-dessus d'un croissant de sable parfait où il a déclaré: «J'ai récemment repéré Roger Federer en train de prendre une collation au bar de la plage.»

Tim Ecott a également écrit que le prince William avait déclaré en quittant les Seychelles en mai après sa lune de miel, qu'il avait choisi les Seychelles parce qu'elles étaient un endroit où «l'intendance de la nature est prise au sérieux» sur les îles, «et cela pour moi, reste leur véritable attrait », a déclaré Tim Ecott.

Le rapport sur les Seychelles touche également l'île du Nord qui, selon Tim Ecott, est désormais pratiquement imbattable dans le jeu à tomber par terre, et le Raffles Hotel sur l'île de Praslin.