Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

L'UE étend le contrôle sur les biens susceptibles d'être utilisés pour la peine capitale ou la torture

0a8_1402
0a8_1402
Avatar
Écrit par éditeur

WASHINGTON, DC

WASHINGTON, DC - La Commission européenne a décidé aujourd'hui d'étendre la liste des marchandises soumises à des contrôles à l'exportation, afin d'empêcher leur utilisation à des fins de peine capitale, de torture ou d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. À partir d'aujourd'hui, le commerce de certains anesthésiques, tels que le thiopental sodique, qui peut être utilisé dans des injections létales, vers des pays qui n'ont pas encore aboli la peine de mort, sera étroitement contrôlé. En outre, le champ d'application du règlement de l'Union européenne a été élargi pour inclure d'autres produits tels que les matraques à pointes qui n'étaient auparavant pas interdits.

«Je tiens à souligner que l'Union européenne s'oppose à la peine de mort en toutes circonstances», a déclaré Catherine Ashton, haute représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission. «La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne stipule que nul ne peut être condamné à la peine de mort ni exécuté. À cet égard, la décision d'aujourd'hui contribue aux efforts plus larges de l'UE pour abolir la peine de mort dans le monde. Il s'agit d'un premier pas en réponse aux appels des organisations de la société civile et du Parlement européen à renforcer la législation européenne. Il sera suivi d'un examen complet du règlement pertinent l'année prochaine. »

Contexte:

Le règlement (UE) n ° 1236/2005 du Conseil concernant le commerce de certains biens susceptibles d'être utilisés pour la peine capitale, la torture ou d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants a été adopté le 27 juin 2005. Il comprend une interdiction d'importer et d'exporter certains les marchandises énumérées à l'annexe II et un régime de contrôle des exportations pour certaines autres marchandises énumérées à l'annexe III.

En mars 2010, Amnesty International a publié un rapport demandant un certain nombre d'amendements à ce règlement. Le Parlement européen a réitéré ces demandes dans une résolution adoptée le 17 juin 2010. Depuis, la Commission a examiné les moyens d'avancer afin de répondre à ces appels.

Aujourd'hui, la Commission a adopté un règlement modifiant le règlement (CE) n ° 1236/2005 concernant le commerce de certains biens susceptibles d'être utilisés pour la peine capitale, la torture ou d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Par conséquent:

les exportations d'agents anesthésiques barbituriques à action courte et moyenne sont soumises à une autorisation préalable des autorités nationales;

les importations et les exportations de matraques à pointes sont interdites;

les importations et les exportations de manchons et de manchettes de choc électrique sont interdites (les ceintures de choc électrique étaient déjà interdites auparavant).

La Commission procédera à un examen approfondi en 2012, qui pourra déboucher sur une proposition de modification du règlement 1236/2005 qui sera adoptée par le Parlement européen et le Conseil. Les listes de marchandises peuvent être modifiées en parallèle, si d'autres marchandises sont identifiées comme nécessitant une surveillance particulière.