Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Un touriste irlandais se lance dans la criminalité en Australie

0a11_176
0a11_176
Avatar
Écrit par éditeur

Un touriste irlandais a utilisé des numéros de carte de crédit obtenus illégalement pour vivre dans le luxe au cours d'une frénésie criminelle de six semaines en Australie qui a été comparée par son avocat à l'enterrement de vie de garçon dans le comed.

Un touriste irlandais a utilisé des numéros de carte de crédit obtenus illégalement pour vivre dans le luxe au cours d'une série de crimes de six semaines en Australie qui a été comparée par son avocat à l'enterrement de vie de garçon dans le film humoristique The Hangover.

Michael Hegarty, 27 ans, d'un village du comté de Meath, et deux jeunes délinquants se sont fait passer pour les enfants de parents riches lors de leur frénésie de cartes de crédit entre octobre et décembre de l'année dernière.

Les crimes du trio - qui impliquaient des tromperies utilisant des numéros de carte de crédit achetés sur un site Internet pour 9 $ chacun - ont été ciblés lors d'une opération spéciale par l'équipe de fraude et d'extorsion de la police de Victoria.

Melbourne Magistrates Court a entendu cette semaine Hegarty, Laurence Pawlaczyk, 19 ans, et Daniel Pike, 20 ans, vivre somptueusement à Melbourne, y compris à Crown Towers, loué des limousines, pris des vols Qantas et bien mangé.

Le principal gendarme Roy Brandi a déclaré au tribunal que les hommes avaient d'abord testé la viabilité des cartes en faisant des dons à la Croix-Rouge avant de frauder entre 30,000 35,000 $ et XNUMX XNUMX $.

Le gendarme Brandi a déclaré qu'avant leur arrestation à Sydney et leur extradition vers Melbourne en janvier, ils avaient séjourné au Palazzo Versace sur la Gold Coast et plus tard au Hilton Surfers Paradise, où ils avaient couru ivre dans le hall en portant des cagoules.

Ils se sont ensuite rendus à Airlie Beach et Hamilton Island, où ils ont endommagé une voiturette de golf en état d'ébriété et ont été escortés hors du complexe.

Pawlaczyk, Pike et Hegarty, tous sans adresse fixe, ont chacun plaidé coupable lundi à plusieurs accusations de tromperie et ont réapparu hier devant le tribunal.

L'avocat de la défense de Hegarty, Katherine Rolfe, a déclaré au magistrat, Lance Martin, qu'elle ne voulait pas «faire la lumière sur la situation, mais vous connaissez peut-être le film La gueule de bois».

"Eh bien", a déclaré Mme Rolfe, "c'est le cas de la gueule de bois qui a mal tourné, et M. Hegarty en a fait les frais."

Elle a dit que les coaccusés et la police de Hegarty étaient d'accord pour dire qu'il était le «maillon le plus faible», un homme âgé naïf que Pawlaczyk a admis avoir corrompu et «conçu socialement».

Jacqui Hession, pour Pawlaczyk, a déclaré que son client avait des antécédents d'abus de drogue et d'alcool, et de se mélanger avec les mauvais associés, ce qui a conduit à de fréquentes infractions.

L'avocate de Pike, Nadia Morales, a déclaré que son client avait rencontré Pawlaczyk en détention en Tasmanie et avait des problèmes de toxicomanie similaires, y compris une habitude de «glace».

M. Martin a condamné Pawlaczyk à 103 jours de prison - le temps déjà purgé en détention provisoire - et à une ordonnance de correction communautaire de 12 mois comprenant 200 heures de travail non rémunéré.

Pike et Hegarty seront condamnés la semaine prochaine.