Office africain du tourisme Dernières nouvelles internationales Briser Nouvelles Voyage Nouvelles du gouvernement Investissements Kenya Dernières nouvelles Actualités People Sécurité Tourisme Mise à jour de la destination de voyage Nouvelles de Travel Wire EN VEDETTE Diverses Nouvelles

Le changement de paradigme du tourisme en Afrique pourrait être pour le mieux

kenya_24
kenya_24

Le secrétaire au tourisme, le L'hon. Najib Balala est considérée par beaucoup comme une figure clé et un chef de file de l'industrie africaine du voyage et du tourisme. Il est également membre de la nouvelle Office africain du tourisme Groupe de travail COVID-19.

Son message en période de grande inquiétude et de crise est que le tourisme au Kenya et en Afrique doit avoir un changement de paradigme non seulement dans les produits, mais aussi dans la mentalité et les marchés.

L'année a commencé sur une note positive pour le tourisme au Kenya, le pays ayant reçu 1,444,670 arrivées entre juillet 2019 et février 2020; contre 1,423,548 XNUMX XNUMX au cours de la même période l'an dernier.

Ce qui a suivi est la plus grande urgence sanitaire de notre temps: la maladie à coronavirus (COVID-19) - une urgence qui a presque immobilisé le monde entier, les secteurs contribuant à la prospérité des économies étant touchés, le tourisme étant l'un des les industries sont durement touchées dans le monde.

Le changement de paradigme du tourisme en Afrique pourrait être pour le mieux

Hon. Najib Balala, secrétaire du tourisme et de la faune au Kenya

La maladie qui a éclaté pour la première fois à Wuhan, en Chine, en novembre 2019, s'est maintenant retrouvée dans le monde entier avec plus de 1.3 million d'infections au dernier décompte. Cela a entraîné un verrouillage total dans certains pays et, avec cela, la fermeture d'entreprises et de voyages.

Les gouvernements du monde entier ont également mis en place des restrictions sociales et de voyage strictes pour freiner la propagation de la maladie. Le Gouvernement kényan a à son tour pris des mesures audacieuses mais nécessaires pour lutter contre ce fléau, notamment l'arrêt des conférences et des événements, ainsi que l'arrêt des vols internationaux à destination du pays, parmi une série de précautions contre la propagation de la maladie.

Par conséquent, l'industrie du tourisme au Kenya prévoit des pertes de plusieurs milliards en raison de la perturbation causée par le COVID-19 dans le monde. À l'heure actuelle, plusieurs hôtels et établissements d'accueil ont temporairement fermé leurs portes, car le trafic humain vers les points de vente a considérablement diminué en raison des déplacements limités et des restrictions imposées pour freiner la propagation de la maladie.

Cela dit, tout n'est pas sombre et catastrophique pour l'industrie du voyage. Nous devons d'abord accepter que le rétablissement de cette pandémie prendra du temps et nous devons être patients pendant que nous nous en remettons.

Deuxièmement, nous avons besoin d'un changement de paradigme sur la mentalité que nous avons si nous voulons une reprise rapide et un meilleur tourisme. Il ne s'agit plus d'attendre l'arrivée des visiteurs internationaux pour que le tourisme prospère. En tant que pays, nous devons commencer à apprécier le marché intérieur et leur proposer des produits qui leur conviennent. Par conséquent, nous n'avons pas besoin de dépendre du tourisme étranger et de commencer à investir massivement sur les marchés nationaux et régionaux. De nombreux marchés internationaux se sont d'abord établis avec leurs propres marchés nationaux et régionaux, avant d'aller plus loin. Par exemple, la plupart des 82 millions de touristes qui affluent en Espagne sont des nationaux ou des pays voisins d'Europe.

Nous devons également commencer à réfléchir à la promotion du tourisme intra-africain. L'Afrique compte environ 1.2 milliard d'habitants, mais ne reçoit que 62 millions de touristes, ce qui est décevant. Comme le dit l'adage africain, «si vous voulez aller vite, allez-y seul; mais si vous voulez aller loin, allez-y ensemble. Le moment est venu pour l'Afrique. Les États africains doivent s'unir et former une fédération pour promouvoir le tourisme sur le continent. Si nous pouvons seulement faire voyager 300 à 400 millions de personnes sur le continent, nous pouvons sûrement stimuler les emplois les uns des autres et générer des revenus sans dépendre des touristes internationaux. En tant que continent, ayons une stratégie sur la connectivité au sein du continent, la politique de ciel ouvert augmentera les voyageurs, le commerce et les investissements, nous devrions également penser au développement des infrastructures en Afrique à partir du réseau routier, maritime et ferroviaire. Une fois que nous l'avons fait, la région va s'ouvrir et les infrastructures améliorées relèveront l'économie.

La libre circulation des personnes est un autre aspect clé sur lequel nous devons nous pencher. Nous devons nous assurer que les gens peuvent voyager d'un pays à un autre sans aucune entrave des visas et de la bureaucratie de voyage. En Europe, la plupart des gens peuvent se déplacer dans environ 27 pays sans visa ni poste frontière. C'est la voie à suivre pour l'Afrique. Cela prendra du temps à mettre en œuvre, mais si nous commençons maintenant, dans 5 ans, nous serons résistants à tous les chocs, même aux avis aux voyageurs imposés par les pays occidentaux.

Le tourisme est l'une des principales sources de devises, contribuant à environ 10% du PIB du Kenya. Mais l'impact du tourisme dépasse 20% car il touche d'autres secteurs, allant de la fabrication à l'agriculture, aux services financiers, à l'éducation et bien d'autres. Plus nous nous concentrons sur la promotion des voyages à l'intérieur du continent, plus nous créerons des emplois et développerons nos économies.

Ainsi, au Kenya, pour les 2 prochaines années, il est impératif pour nous d'examiner les opportunités sur nos marchés nationaux et régionaux. Ceci ne peut être réalisé que lorsque nous repensons notre stratégie marketing, repensons nos produits et rendons les destinations abordables et interactives.

COVID-19, peut être une opportunité d'agir maintenant et de se développer davantage pour créer plus d'emplois et être autonome. Cette fois, nous devons également prendre soin des communautés qui nous entourent et être sensibles à l'environnement.

L'Office africain du tourisme est maintenant en activité

Print Friendly, PDF & Email

A propos de l'auteur

Hon. Najib Balala, secrétaire du cabinet du tourisme et de la faune du Kenya

Le député. Najib Balala est le secrétaire du Cabinet du Kenya pour le tourisme et la faune
Il est né en 1967 et est formé en gestion urbaine internationale à l'Université de Toronto, Canada. Il a suivi le Executive Program for Leaders in Development à la John F. Kennedy School of Government de l'Université Harvard.

CS Balala a été renommé au début de cette année en tant que secrétaire du Cabinet pour le tourisme et la faune par SE Uhuru Muigai Kenyatta, CGH, président de la République du Kenya. Il avait été nommé secrétaire du Cabinet du Tourisme lors du remaniement gouvernemental de 2015. Il a quitté le ministère des Mines, où il a été nommé premier ministre du Kenya en mai 2013 et est à l'origine du projet de loi sur les mines en 2014, le premier examen du cadre politique et institutionnel du secteur minier du Kenya depuis 1940.

Hon. Balala a été simultanément membre du Parlement de la circonscription de Mvita, à Mombasa, et ministre du Tourisme du Kenya d'avril 2008 à mars 2012, où il a présenté le projet de loi sur le tourisme et a donné au secteur un cadre politique et juridique axé sur le maintien de la durabilité. Puis, il a été élu président de l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies en 2011 et a été élu meilleur ministre du tourisme en Afrique en 2009 par Africa Investor (AI).

Il est crédité d'avoir guidé le secteur du tourisme du Kenya vers la reprise après les violences post-électorales de 2008. Il a joué un rôle important dans la stimulation de la croissance et de la stabilité dans le secteur du tourisme kenyan et régional, travaillant en étroite collaboration avec des investisseurs privés et institutionnels, avec la conservation et le développement régional. agences pour s'assurer que le potentiel économique de ce secteur vital était à la fois géré avec prudence et durabilité.