Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

L'enquête a révélé que la compagnie aérienne avait utilisé des pilotes non rémunérés

00_24
00_24
Écrit par éditeur

L'exploitant de l'avion impliqué dans un accident qui a tué 15 personnes a laissé des pilotes inexpérimentés voler sur des vols de passagers non rémunérés pour enregistrer le temps de vol, a déclaré une enquête du Sénat.

L'exploitant de l'avion impliqué dans un accident qui a tué 15 personnes a laissé des pilotes inexpérimentés voler sur des vols de passagers non rémunérés pour enregistrer le temps de vol, a déclaré une enquête du Sénat.

Fiona Norris, dont le mari était l'un des 15 tués lorsqu'un Transair Metroliner s'est écrasé près de Lockhart River dans l'extrême nord du Queensland en 2005, a déclaré que les pilotes de Transair achetaient du temps de vol tout en transportant des passagers.

Son mari, Paul Raymond Norris, pilote, était passager.

Mme Norris a déclaré que les pilotes avaient gagné du temps pour augmenter leurs heures d'expérience de vol. "Je connais de nombreux pilotes qui ont gagné du temps avec Transair", a-t-elle déclaré.

"Tout en suivant une formation, mais en achetant du temps dans la mesure où ils ne perçoivent aucun revenu, ils achètent en fait leur temps", a déclaré Mme Norris.

Elle a déclaré que la pratique visait à amener les heures de vol des pilotes à un niveau requis.

"Dans une situation où il n'y a pas vraiment de capacité de contrôle et de formation appropriée, où il n'est pas vraiment dans l'intérêt de la compagnie aérienne de vraiment former ces pilotes, c'est simplement un programme lucratif pour eux", a-t-elle déclaré.

Mme Norris a déclaré que les pilotes avec un faible nombre d'heures de vol devraient être empêchés de voler dans certaines conditions.

Un coroner a découvert que le pilote avait volé trop vite et tenté un atterrissage non autorisé, et les mauvaises pratiques de gestion de la sécurité de la compagnie aérienne ont contribué à l'accident.

«Je viens ici avec la capacité d'un élément très humain quant à la façon dont le système a échoué mon mari et les autres passagers à bord de ce vol ce jour-là», a déclaré Mme Norris.

"Évidemment, je ne peux parler que d'expérience comme de ce vol particulier, c'est que le copilote avait très peu de temps, il avait moins de 500 heures.

« Mon mari, qui était pilote, avait environ 1500 XNUMX heures et il n'était pas en mesure de piloter un métro, un avion de haute performance.

smh.com.au