Cliquez ici pour afficher VOS bannières sur cette page et ne payez qu'en cas de succès

Compagnies Aériennes Aéroport Aviation Briser Nouvelles Voyage Voyage d'affaires Location de voiture Croisières Industrie hôtelière Hôtels & Resorts Nouvelles Personnes Voyage par le rail Reconstitution Complexes touristiques Responsable équipement de sécurité Shopping Tourisme Transport Nouvelles de Travel Wire

71% des Européens voyageront cet été

71% des Européens voyageront cet été
71% des Européens voyageront cet été
Écrit par Harry Johnson

Les conclusions de la 21e édition du Holiday Barometer ont été annoncées aujourd'hui. L'enquête a été menée auprès de 15,000 15 personnes dans 26 pays. Le sondage a été réalisé entre le 16 avril et le 2022 mai XNUMX.

Les intentions de voyage de cette année reflètent un réel engouement pour les voyages, dépassant les niveaux d'avant la pandémie, notamment en Europe.

Par rapport à 2021, les experts ont observé un retour significatif des voyages internationaux et des budgets vacances moyens plus élevés, soutenus par une diminution significative des problèmes liés au COVID-19 qui favorisent les voyages en avion et une demande accrue de séjours à l'hôtel.

L'inflation continue ne s'est pas arrêtée mais a contenu l'enthousiasme pour les voyages après deux ans de restrictions, mais l'inflation est la préoccupation la plus importante pour les voyages cette année.

Principaux points à retenir de l'enquête :

  • 72 % des Européens se sentent « vraiment excités de voyager » ou « heureux de voyager » cette année ; au global, avec 71% des Européens ayant l'intention de voyager durant l'été, ce qui représente une augmentation de +14pts par rapport à 2021.
  • Les vacanciers dépensent plus d'argent cet été : ils déclarent un budget voyage plus élevé cette année qu'en 2021, avec des niveaux moyens en augmentation d'environ +20 pts. Cela reste inférieur aux niveaux d'avant la pandémie.
  • Cela conduit à revenir à un certain nombre d'habitudes de voyage pré-COVID, telles que :  
    • L'attractivité des voyages à l'étranger augmente de manière significative: 48% (+13pts) des Européens, 36% (+11pts) des Américains et 56% (+7pts) des Thaïlandais ont l'intention de voyager à l'étranger cet été. Néanmoins, les voyages intérieurs restent à un niveau supérieur à celui de 2019 dans presque tous les pays.
    • Les aventures urbaines sont à nouveau populaires : ils apparaissent comme le type de destination le plus populaire pour les Nord-Américains.
    • L'hôtel reste le choix privilégié pour se loger (52% des vacanciers aux US, 46% / +9pts en Europe) tandis que la location de vacances reste attractive (30% en Europe, 20% aux USA).
    • Les voyages en avion sont de retour : Les Européens utiliseront moins leur voiture que l'an dernier (55%, -9pts) et privilégieront l'avion (33%, +11pts). Idem pour les Américains, dans des proportions plus équilibrées (48%, -7pts vs 43%, +5pts).
    • Les gens se remettent à planifier leurs vacances à l'avance, plutôt que de les attendre à la dernière minute : seuls 22% des Européens ne sont pas encore décidés (-10pts vs l'année dernière).
  • Le COVID-19 n'est plus la première préoccupation des voyageurs européens et nord-américains, dépassée à la fois par l'inflation et les préoccupations personnelles / familiales.
  • Les inquiétudes concernant l'inflation et la hausse des prix sont très présentes dans les esprits : les considérations financières sont citées comme l'une des principales raisons de ne pas voyager par 41% des Européens qui ne partiront pas en voyage cet été (+14pts vs 2021), 45% d'Américains (+9pts) et 34% de Thaïlandais (+10pts).
  • Avec une prise de conscience croissante des annulations liées aux voyages et des problèmes de santé, le Covid-19 a transformé les achats d'assurance voyage en une tendance durable qui devrait se poursuivre bien au-delà de la période de pandémie. 

Les attentes en matière de voyages augmentent considérablement par rapport à l'année dernière, avec des niveaux souvent plus élevés qu'en 2019

Après deux ans de restrictions, les vacanciers internationaux affichent un fort engouement pour voyager cet été : 72% des Européens se sentent "vraiment excités de voyager" ou "heureux de voyager" cette année. Les Autrichiens, les Suisses et les Espagnols sont ceux qui montrent le plus d'excitation (environ 4 sur 10 qui se disent même très excités).

Globalement, 71% des Européens ont l'intention de voyager durant l'été, ce qui représente une augmentation de 14 points par rapport à 2021. Les changements les plus importants sont observés en Espagne (78%, +20 pts), en Allemagne (61%, +19 pts), Belgique (71%, +18 pts) et au Royaume-Uni (68%, +18 pts).

La proportion de vacanciers en Europe est encore plus élevée qu'avant la pandémie (autour de 63%-64% en 2017, 2018 et 2019, +8/9 pts), sauf pour l'Allemagne. Les évolutions sont particulièrement impressionnantes au Portugal, en Espagne, en Italie, en Pologne et en Suisse.

Plus d'Européens s'attendent à faire des voyages que les Nord-Américains (60% aux États-Unis, +10pts ; 61% au Canada) ou les Thaïlandais (69%, +25pts).

Le budget moyen des vacances d'été devrait être plus élevé qu'en 2021, mais cette hausse est limitée par l'inflation

Les vacanciers auront cette année un budget voyage plus important qu'en 2021 : les Américains comptent dépenser 440 $ supplémentaires, pour un budget total d'environ 2,760 19 $ (+2021% vs 1,800). En Europe, le budget vacances attendu est d'environ 220 14€ (+2021€, +2021% vs 20). L'augmentation du budget par rapport à 15 est particulièrement importante en Espagne (+XNUMX%), en Allemagne, au Portugal et en Belgique (+XNUMX%).

Cependant, le budget vacances moyen reste inférieur dans la plupart des pays à ce qu'il était en 2019 : environ 400 € de moins en France, 300 € en Espagne et 340 € en Allemagne par exemple.

Les inquiétudes concernant l'inflation et la hausse des prix impactent les vacanciers et leur envie de voyager – c'est le cas de 69% des Européens, 62% des Américains, 70% des Canadiens, 63% des Australiens et 77% des Thaïlandais. Par ailleurs, les considérations financières sont citées comme l'une des principales raisons de ne pas voyager par les 41% des Européens qui ne partiront pas en voyage cet été (+14pts vs 2021), 45% des Américains (+9%) et 34 % de Thaïlandais (+10pts).

Alors que COVID-19 est toujours une considération pour les voyageurs, il a reculé en tant que préoccupation

Le niveau mondial de préoccupation concernant tous les sujets liés au COVID-19 a fortement diminué par rapport à l'année dernière, en particulier pour les projets de voyage et de loisirs. Le niveau de prudence diminue significativement lorsqu'il s'agit d'éviter les lieux bondés (-18pts en Europe, -16pts aux USA) ou les aéroports lors d'un voyage.

Cette diminution des préoccupations liées au COVID-19 a donné un coup de pouce aux villes, qui sont désormais le type de destination le plus populaire pour les Nord-Américains (44%, +9pts). En Europe, les villes restent loin derrière le bord de mer (26% vs 60%) mais devancent la campagne et la montagne comme destination de voyage.

Cette baisse dope également la demande hôtelière en Amérique du Nord et en Europe, puisque la part des vacanciers prévoyant majoritairement de séjourner dans ce type d'hébergement progresse de +9pts en Europe (46%) et de +4pts aux USA (52%). L'hôtellerie reste le mode d'hébergement privilégié pour les vacances dans ces deux zones. La part des locations de vacances reste stable.

Cela dit, 53 % des Européens et 46 % des Américains ont déclaré que le COVID-19 avait eu un impact sur leur enthousiasme pour les voyages. Il est particulièrement élevé chez les Canadiens ou les Australiens (60%) et encore plus parmi la population thaïlandaise (81%). Partout dans le monde, les gens partagent qu'ils éviteront probablement de voyager dans certains pays (63% des Européens par exemple), privilégieront des destinations proches (54%) ou qu'ils éviteront de prendre l'avion et de se rendre dans les aéroports (38%).

Dans presque tous les pays observés, le niveau moyen de réservation anticipée a augmenté, avec beaucoup plus de personnes réservant leurs vacances plus tôt que l'année dernière.

Le COVID-19 peut également avoir eu un impact sur les habitudes d'assurance voyage à long terme, car une plus grande protection avec une assurance voyage est l'habitude de voyage qui semble être la plus durable dans presque tous les pays étudiés. Ces niveaux sont particulièrement élevés en Asie-Pacifique (Thaïlande 75%, Australie 54%), au Royaume-Uni (49%) ou en Europe du Sud (Espagne 50%, Italie et Portugal 45%).

Un coup de pouce dans les voyages internationaux

Par rapport à l'année dernière, les vacanciers sont moins indécis quant à leur destination de voyage d'été avec seulement 22% des Européens qui n'ont pas encore décidé (-10pts vs l'année dernière).

Surtout, un retour aux voyages internationaux est observé dans tous les pays : 48% (+13pts) des Européens, 36% (+11pts) des Américains et 56% (+7pts) des Thaïlandais ont l'intention de voyager à l'étranger cet été. C'est particulièrement le cas dans les pays où les vacanciers sont plus habitués à voyager à l'étranger : les Britanniques (+24 pts à l'étranger), les Suisses (+7 pts) et les Belges (+7 pts) partiront à l'étranger.

Dans certains pays, la proportion de vacanciers qui resteront dans leur propre pays reste stable par rapport à l'année dernière : les populations qui restent traditionnellement à l'intérieur de leurs frontières maintiendront cette tendance. Ce sera le cas de 65% des Italiens, 59% des Espagnols, 56% des Français et 54% des Portugais. Alors que les voyages intérieurs au Royaume-Uni (-11 pts), en Suisse (-8 pts) et en Belgique (-5 pts) ont diminué.

À mesure que les voyages internationaux augmentent, les vacanciers ajusteront leur mode de transport. Globalement, les deux moyens de prédilection restent la voiture et l'avion. En revanche, les Européens utiliseront moins leur voiture que l'an dernier (55%, -9pts) et privilégieront l'avion (33%, +11pts). Il en va de même pour les Américains, dans des proportions plus équilibrées (48%, -7pts vs 43%, +5pts). Le train ou le bus sont encore utilisés par une minorité de la population : moins de 15% des Européens et moins de 10% dans les autres continents.

Retour à la normale?

Interrogés sur le retour à des « conditions normales » de déplacement, les perceptions varient considérablement d'un pays à l'autre. Les Thaïlandais, les Australiens et les Autrichiens sont les plus pessimistes, la moitié de la population pensant que la situation ne reviendra à la normale qu'en 2024, certains répondants indiquant que cela pourrait être plus tard, voire jamais. Au contraire, les Polonais, les Tchèques et les Suisses sont les plus optimistes, avec près de 4 sur 10 déclarant qu'un retour à la normale des déplacements est déjà possible.

Mais le COVID-19 a peut-être changé les habitudes de la population active. Environ un quart à un tiers de la population active déclare travailler depuis un lieu de vacances pendant l'été, c'est-à-dire un « workwork ». C'est particulièrement vrai chez les Portugais (39%), les Américains (32%), les Polonais (32%) et les Australiens (31%).

Nouvelles connexes

A propos de l'auteur

Harry Johnson

Harry Johnson a été le rédacteur en chef de eTurboNews depuis plus de 20 ans. Il vit à Honolulu, Hawaï, et est originaire d'Europe. Il aime écrire et couvrir l'actualité.

Laisser un commentaire

Partager à...