Cliquez ici pour afficher VOS bannières sur cette page et ne payez qu'en cas de succès

Nouvelles du fil

Les infections au COVID-19 en Afrique sont en baisse constante

Écrit par éditeur

Les infections ont chuté de plus de 308,000 20,000 cas par semaine au début de l'année à moins de 10 18,000 au cours de la semaine se terminant le 239 avril. Environ 29 37 cas et XNUMX décès ont été enregistrés au cours de la semaine écoulée, ce qui représente des baisses respectives de XNUMX % et XNUMX % par rapport à la semaine précédente.

Baisse record, pas de résurgence

Ce faible niveau d'infection n'a pas été observé depuis avril 2020, a déclaré l'OMS. La précédente baisse la plus longue s'est produite entre le 1er août et le 10 octobre de l'année dernière.

En outre, aucun pays africain n'est actuellement témoin d'une résurgence du COVID-19, c'est-à-dire lorsqu'il y a eu une augmentation de 20 % des cas pendant au moins deux semaines consécutives, et que l'augmentation d'une semaine sur l'autre est de 30 % supérieure à la précédente semaine la plus élevée. pic infectieux.

Gardez le cap

Malgré la baisse des infections, il est crucial que les pays restent vigilants face au COVID-19, a déclaré le directeur régional de l'OMS pour l'Afrique, le Dr Matshidiso Moeti.

Les nations doivent également maintenir des mesures de surveillance, notamment pour détecter rapidement les variantes du virus, améliorer les tests et intensifier la vaccination.

"Avec le virus qui circule toujours, le risque d'émergence de nouvelles variantes potentiellement plus mortelles demeure, et les mesures de contrôle de la pandémie sont essentielles pour une réponse efficace à une flambée des infections", a-t-elle déclaré.

Avertissement de saison froide

L'OMS a également mis en garde contre le risque élevé d'une nouvelle vague d'infections à l'approche de la saison froide dans l'hémisphère sud, de juin à août.

Les précédentes vagues pandémiques en Afrique ont coïncidé avec des températures plus basses, les gens restant pour la plupart à l'intérieur et souvent dans des espaces mal ventilés.

De nouvelles variantes peuvent également avoir un impact sur l'évolution de la pandémie, maintenant dans sa troisième année.

Récemment, de nouvelles sous-lignées du variant Omicron ont été détectées au Botswana et en Afrique du Sud. Les experts de ces pays mènent des recherches supplémentaires pour déterminer s'ils sont plus infectieux ou virulents.

Les variantes, connues sous le nom de BA.4 et BA.5, ont également été confirmées en Belgique, au Danemark, en Allemagne et au Royaume-Uni. L'OMS a déclaré jusqu'à présent qu'il n'y avait "aucune différence épidémiologique significative" entre eux et les autres sous-lignées connues d'Omicron.

Peser les risques

Alors que les infections reculent en Afrique, plusieurs pays ont commencé à assouplir les principales mesures COVID-19, telles que la surveillance et la quarantaine, ainsi que les mesures de santé publique, notamment le port de masques et l'interdiction des rassemblements de masse.

L'OMS exhorte les gouvernements à peser les risques et les avantages d'un assouplissement de ces mesures, en tenant compte de la capacité de leurs systèmes de santé, de l'immunité de la population au COVID-19 et des priorités socio-économiques nationales.

L'agence a en outre indiqué que des systèmes devraient être en place pour rétablir rapidement les mesures si la situation s'aggravait.

Nouvelles connexes

A propos de l'auteur

éditeur

La rédactrice en chef d'eTurboNew est Linda Hohnholz. Elle est basée au siège d'eTN à Honolulu, Hawaï.

Laisser un commentaire

Partager à...