Briser Nouvelles Voyage Canada Editorial Nouvelles du gouvernement Droits humains Actualités Sri Lanka Nouvelles de Travel Wire Tendance Diverses Nouvelles

Des familles disparaissent au Sri Lanka: le Canada en a assez

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, marc ga
Le ministre des Affaires étrangères du Canada, marc ga

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Marc Garneau

"Nous vous exhortons spécifiquement à cette demande après avoir perdu tout espoir d'obtenir justice pour nos proches disparus, y compris nos bébés et enfants disparus"

Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, a exhorté les États membres du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à prendre des mesures pour renvoyer le Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI). "

Dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères du Canada, Marc Garneau, les familles des disparus l'ont exhorté à renvoyer le Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI).

Le Canada assume un rôle de chef de file au Sri Lanka lors de la prochaine 46e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève en février / mars 2021.

Récemment, Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), dans son rapport daté du 12 janvier 2021, a exhorté les États membres du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à prendre des mesures pour renvoyer la situation au Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI). .

«Puisque vous êtes membre du Groupe central du Sri Lanka au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, nous, les familles des disparus, écrivons avant la 46e session du Conseil, pour vous demander respectueusement de l'inclure dans votre résolution sur le Sri Lanka. , pour renvoyer le Sri Lanka à la Cour pénale internationale (CPI) », indique la lettre.

«Nous vous exhortons spécifiquement à cette demande après avoir perdu tout espoir d'obtenir justice pour nos proches disparus, y compris nos bébés et enfants disparus. Comme vous le savez, le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées a déclaré que le deuxième plus grand nombre de cas de disparition forcée dans le monde vient du Sri Lanka », a poursuivi la lettre.

La lettre décrivait l'histoire des fausses promesses des gouvernements sri-lankais successifs et le contexte des crimes internationaux commis au Sri Lanka.

WTM Londres 2022 aura lieu du 7 au 9 novembre 2022. Inscrivez-vous maintenant!

VOICI QUELQUES POINTS IMPORTANTS:

1) Selon le rapport de mars 2011 du Groupe d'experts du Secrétaire général des Nations Unies sur la responsabilité au Sri Lanka, il y avait des allégations crédibles selon lesquelles des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité ont été commis au cours des dernières étapes du conflit armé entre
le Gouvernement sri-lankais et les Tigres de libération de l’Eelam tamoul, et il aurait pu y avoir jusqu’à 40,000 XNUMX morts parmi les civils tamouls au cours des six derniers mois.

2) Selon le rapport de novembre 2012 du Groupe d'examen interne du Secrétaire général des Nations Unies sur l'action des Nations Unies au Sri Lanka, plus de 70,000 personnes ont été portées disparues pendant la phase finale de la guerre en 2009.

3) Plusieurs ont été tués lorsque les forces sri-lankaises ont bombardé et bombardé à plusieurs reprises une zone désignée par le gouvernement comme des zones sans feu (zones de sécurité). Même les hôpitaux et les centres de distribution de nourriture ont été bombardés. Plusieurs sont également morts de faim et ont saigné à mort faute de soins médicaux.

4) Le projet international vérité et justice (ITJP) en février 2017 a remis à l'ONU les détails des «camps de viol» gérés par l'armée sri-lankaise, où des femmes tamoules sont détenues comme «esclaves sexuelles».

5) Selon le rapport du ministère britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth d'avril 2013, il y a plus de 90,000 XNUMX veuves de guerre tamoules au Sri Lanka.

6) Des milliers de Tamouls ont disparu, y compris des bébés et des enfants. Le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées a déclaré que le deuxième plus grand nombre de cas de disparition forcée dans le monde provient du Sri Lanka.

CI-DESSOUS, VEUILLEZ TROUVER LA LETTRE:

29 janvier 2021

Marc Garneau
ministre des Affaires étrangères
Canada

Cher Honorable Ministre des Affaires Etrangères,

Re: Appel à inclure dans la résolution sur le Sri Lanka le renvoi du Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI).

Puisque vous êtes membre du Groupe central du Sri Lanka au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, nous, les familles des disparus, écrivons avant la 46e session du Conseil, pour vous demander respectueusement d'inclure dans votre résolution sur le Sri Lanka, renvoyer le Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI).

Comme vous le savez, Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), dans son rapport daté du 12 janvier 2021, a exhorté les États membres du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à prendre des mesures pour renvoyer la situation au Sri Lanka devant la Cour pénale internationale. (ICC).

Nous vous exhortons spécifiquement à cette demande après avoir perdu tout espoir d'obtenir justice pour nos proches disparus, y compris nos bébés et enfants disparus. Comme vous le savez, le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées a déclaré que le deuxième plus grand nombre de cas de disparition forcée dans le monde vient du Sri Lanka.

HISTOIRE DES FAUSSES PROMESSES DU GOUVERNEMENT SRI LANKAN:

Nous souhaitons également attirer votre attention sur le fait que les gouvernements sri-lankais successifs n'ont mis en œuvre aucune des résolutions du CDH, y compris celles qu'ils ont coparrainé volontairement.

Le gouvernement précédent a non seulement échoué à prendre des mesures significatives pour mettre en œuvre la résolution qu'il coparrainait, mais au contraire, le président, le Premier ministre et les hauts responsables du gouvernement ont déclaré à plusieurs reprises et catégoriquement qu'ils n'appliqueraient pas la résolution du CDH.

Le nouveau gouvernement actuel est allé plus loin et s'est officiellement retiré du coparrainage des résolutions 30/1, 34/1 et 40/1 et s'est éloigné du processus de responsabilisation du CDH.

En outre, en guise de camouflet pour le CDH, seul un soldat puni et condamné à mort pour avoir tué des civils, y compris des enfants, a été gracié par le président actuel.

En outre, plusieurs hauts responsables militaires qui ont été accusés de manière crédible d'avoir commis des crimes de guerre ont été promus et traités comme des «héros de guerre». Un officier qui a été nommé dans les rapports de l'ONU comme un criminel de guerre présumé a été promu général quatre étoiles.

CONTEXTE DES CRIMES INTERNATIONAUX COMMIS AU SRI LANKA:

Selon le rapport de mars 2011 du Groupe d'experts du Secrétaire général des Nations Unies sur la responsabilité au Sri Lanka, il y avait des allégations crédibles selon lesquelles des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité ont été commis au cours des dernières étapes du conflit armé entre
le Gouvernement sri-lankais et les Tigres de libération de l’Eelam tamoul, et il aurait pu y avoir jusqu’à 40,000 XNUMX morts parmi les civils tamouls au cours des six derniers mois.

Selon le rapport de novembre 2012 du Groupe d'examen interne du Secrétaire général des Nations Unies sur l'action des Nations Unies au Sri Lanka, plus de 70,000 personnes étaient portées disparues pendant la phase finale de la guerre en 2009.

Plusieurs ont été tués lorsque les forces sri-lankaises ont bombardé et bombardé à plusieurs reprises une zone désignée par le gouvernement comme des zones sans feu (zones de sécurité). Même les hôpitaux et les centres de distribution de nourriture ont été bombardés. Plusieurs sont également morts de faim et ont saigné à mort faute de soins médicaux.

Le projet international vérité et justice (ITJP) a remis en février 2017 les détails à l'ONU des «camps de viol» gérés par l'armée sri-lankaise, où des femmes tamoules sont détenues comme «esclaves sexuelles».

Selon le rapport du ministère britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth d'avril 2013, il y a plus de 90,000 XNUMX veuves de guerre tamoules au Sri Lanka.

Des milliers de Tamouls ont disparu, y compris des bébés et des enfants. Le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées a déclaré que le deuxième plus grand nombre de cas de disparition forcée dans le monde provient du Sri Lanka.

DEMANDE:

Nous vous exhortons à nouveau respectueusement à inclure dans la Résolution sur le Sri Lanka le renvoi du Sri Lanka devant la Cour pénale internationale (CPI).
Thank you.

Sincèrement,

Y. Kanagaranjini A. Leeladevi
Président Secrétaire
Association pour les proches des disparitions forcées dans les provinces du nord et de l'est du Sri Lanka.

Cosigné par les chefs de district:
1) T. Selvarani - District d'Ampara.
2) A. Amalanayaki - District de Batticaloa.
3) C. Illoankothai - District de Jaffna.
4) K. Kokulavani - Districr de Kilinochchi.
5) M. Chandra - District de Mannar.
6) M. Easwari - District de Mullaitivu.
7) S. Davi - District de Trincomalee.
8) S. Saroyini - District de Vavunia.

Contact: A. Leeladevi - Secrétaire
Phone: +94-(0) 778-864-360
Mail: [email protected]

A. Leeladevi
Association pour les proches des disparitions forcées dans le
+94 778-864-360
[email protected]

Nouvelles connexes

A propos de l'auteure

Rédacteur en chef eTN

Editeur d'affectation eTN Managing.

Partager à...