Cliquez ici pour afficher VOS bannières sur cette page et ne payez qu'en cas de succès

Briser Nouvelles Voyage Pays | Région Notre culture EU Allemagne Nouvelles du gouvernement Nouvelles Personnes Nouvelles de Travel Wire Tendance

Un conseil présidentiel sans précédent non seulement pour les chrétiens et les allemands

Le président Frank Walter Steinmer et son épouse Elke Büdenbender

L'adresse de Noël d'aujourd'hui
par le président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeier au Schloss Bellevue à Berlin est un message auquel le monde entier devrait prêter attention. Une voie équilibrée, urgente et globale d'un chef d'Etat avec une vision, et le sens des réalités.

Frank-Walter Steinmeier est le douzième président de la République fédérale d'Allemagne:

Mes compatriotes allemands, ma femme Elke Büdenbender et moi-même vous souhaitons à tous nos salutations les plus chaleureuses en ce Noël.

Que vous passiez ces journées seul ou en famille, dans un appartement festif ou en équipe de nuit, dans la chambre d'une maison de retraite, en tant qu'infirmière ou médecin de service, ou de garde à la police ou à la caserne des pompiers – où que vous soyez se trouve : nous vous souhaitons à tous un joyeux et béni Noël !

Quand nous regardons en arrière sur l'année écoulée, nous voyons beaucoup de choses qui nous inquiètent, beaucoup aussi, qui nous ont fait peur. On se souvient des inondations catastrophiques de l'été. Nous nous souvenons de nos soldats qui sont rentrés d'Afghanistan, ainsi que des personnes qui y sont restées dans la souffrance et la famine. Nous sommes préoccupés par les nouvelles que nous entendons de nombreuses régions de notre monde agité, aussi et particulièrement d'Europe de l'Est.

Et pourtant, cette dernière année a aussi vu beaucoup de choses qui nous donnent de l'espoir.

Je pense à l'immense solidarité avec les sinistrés, aux dons et surtout à l'immense aide pratique. Je pense aux nombreux jeunes et moins jeunes qui s'engagent pour la protection de l'environnement et l'atténuation des changements climatiques. Et je pense à vous tous qui avez voté lors d'élections importantes, et à la passation démocratique du pouvoir dans une atmosphère de respect mutuel.

Beaucoup de gens regardent maintenant avec curiosité et avec espoir un nouveau gouvernement fédéral qui s'est fixé des objectifs ambitieux au service de notre pays.

Mais surtout, je pense à l'engagement dont font preuve les bénévoles dans tous les coins de notre société. Tant de choses se font en arrière-plan, jour après jour ; tant de gens retroussent leurs manches et aident naturellement. Au jour le jour, ils tissent tous le réseau qui constitue le tissu positif de notre société et le maintient ensemble.

Oui, et puis il y a COVID-19.

Bientôt, cela fera deux ans que la pandémie a commencé à dominer nos vies – ici et à travers le monde.

Rarement avons-nous ressenti aussi directement la vulnérabilité de notre vie humaine et l'imprévisibilité de l'avenir – le mois suivant, la semaine prochaine, voire même le lendemain. Tout à l'heure, encore une fois, nous sommes confrontés à des restrictions plus importantes afin de nous protéger contre une nouvelle variante du virus.

Pourtant, nous avons également appris que nous ne sommes pas impuissants. Nous pouvons nous protéger et protéger les autres. Je suis heureux que la grande majorité ait reconnu le potentiel de la vaccination. Que de souffrances, que de morts n'a-t-elle pas évitées jusqu'ici !

Rarement notre État a-t-il eu une telle responsabilité de protéger la santé et la vie de son peuple ?

Pour rendre justice à cette responsabilité, elle a besoin de scientifiques, de médecins et d'infirmières experts, d'agents chargés de l'application des lois et d'employés des pouvoirs publics. Ils font tous de leur mieux. Et ils acquièrent tous de nouvelles connaissances, corrigent des hypothèses qui se sont révélées fausses et adaptent les mesures. Les gens peuvent faire
erreurs, mais ils apprennent aussi.

L'État a donc une obligation et doit agir, mais pas seulement l'État.

L'État ne peut pas mettre de masques de protection à notre place, ni obtenir le
vaccination en notre nom.

Non, c'est à chacun d'entre nous de faire sa part !

Je tiens à remercier du fond du cœur la grande majorité, souvent silencieuse, de notre pays qui agit avec prudence et responsabilité depuis des mois maintenant. Parce qu'ils ont compris que plus que jamais, nous dépendons les uns des autres, moi des autres et les autres de moi.

Bien sûr, il y a des différends ici.

Bien sûr, il y a des incertitudes et des peurs, et il est important d'y répondre. Dans notre pays, personne n'est empêché de le faire. L'essentiel est de savoir comment nous parlons de ces problèmes - dans nos familles, avec nos amis, en public. On sent qu'au bout de deux ans la frustration grandit ; l'irritabilité est répandue; nous assistons de plus en plus à l'aliénation et, malheureusement, à l'agression ouverte.

Il est vrai que dans une démocratie, nous n'avons pas à être tous du même avis. Mais je vous invite à vous souvenir de ceci : nous sommes un seul pays.

Lorsque la pandémie sera terminée, nous devons encore pouvoir nous regarder dans les yeux. Et quand la pandémie sera terminée, nous voulons toujours vivre les uns avec les autres.

La pandémie ne s'arrêtera pas d'un coup. Cela nous occupera encore longtemps. Et il nous change déjà, laissant même sa trace dans notre langage quotidien. Non seulement nous avons dû nous familiariser avec de nouveaux termes – comme « incidence » ou « 2G+ ». Non, nos précieux vieux mots, eux aussi, prennent une nouvelle qualité urgente.

Quel est le sens de la confiance, par exemple ? Pas une confiance aveugle, évidemment. Mais pourrait-il s'agir aussi de s'appuyer sur des conseils compétents, même si mes propres doutes ne sont pas entièrement dissipés ?

Quel est le sens de la liberté ?

La liberté est-elle une protestation bruyante contre chaque règlement ? Ou cela ne signifie-t-il pas parfois aussi que je m'impose des restrictions afin de sauvegarder la liberté d'autrui ?

Quel est le sens de la responsabilité ?

Est-ce que nous disons simplement : « C'est quelque chose que les gens doivent décider par eux-mêmes » ?

N'est-il pas vrai de dire que ma décision affecte en fait beaucoup d'autres personnes également ?

Liberté, confiance, responsabilité : ce qu'ils signifient, c'est quelque chose sur lequel nous devrons parvenir à un accord - encore à l'avenir aussi, et aussi sur d'autres questions majeures telles que l'atténuation du changement climatique. Ici aussi, il n'y aura pas une seule bonne réponse qui convainc tout le monde.

Au contraire, nous devrons parvenir à un nouvel accord, encore et encore. Et je suis certain que nous pouvons parvenir à un accord.

Après tout, nous avons déjà prouvé souvent que nous pouvons le faire.

Mes compatriotes allemands, c'est à Noël, il y a plus de 50 ans, que les gens ont fait le tour de la Lune pour la première fois. Les plus âgés d'entre nous se souviendront peut-être des images : là-haut dans l'espace, à ce moment de la plus grande avancée humaine, notre petite Terre vulnérable était visible comme jamais auparavant. C'était là que tous les progrès avaient commencé, et c'est ici que nous vivons tous, avec nos fardeaux et nos espoirs, avec notre peine et avec notre joie.

À cette occasion, les trois astronautes d'Apollo 8 ont lu le début de l'histoire biblique de la création – et ils ont conclu leur message de Noël par les mots « Dieu vous bénisse tous sur la bonne Terre ».

Mes compatriotes allemands, c'est le souhait que ma femme et moi avons pour vous et pour nous : qu'elle continue d'être la bonne Terre pour nous tous, qu'ici soit un bon avenir pour nous tous. Joyeux Noel!

Qui est Frank Walter Steinmeier ?

Frank-Walter Steinmeier est né à Detmold (arrondissement de Lippe) le 5 janvier 1956. Il est marié à Elke Büdenbender depuis 1995. Ils ont une fille.

Après avoir fréquenté le lycée de Blomberg et effectué deux ans de service militaire, Frank-Walter Steinmeier a commencé ses études en droit à l'université Justus Liebig de Giessen en 1976. À partir de 1980, il a également étudié les sciences politiques. Il a réussi le premier examen d'État en droit en 1982, puis a effectué sa formation juridique pratique à Francfort-sur-le-Main et Giessen. Il a complété cette formation lorsqu'il a réussi le deuxième examen d'État en droit en 1986, après quoi il a travaillé comme chercheur à la chaire de droit public et de sciences politiques de l'Université Justus Liebig à Giessen. En 1991, il obtient un doctorat en droit pour sa thèse « Citoyens sans-abri – le devoir de fournir un logement et le droit à un endroit où vivre. Traditions et perspectives d'intervention de l'État pour prévenir et vaincre le sans-abrisme ».

La même année, Frank-Walter Steinmeier a déménagé à la Chancellerie d'État du Land de Basse-Saxe à Hanovre, où il a travaillé comme responsable de bureau pour le droit et la politique des médias. En 1993, il devient chef de cabinet de Gerhard Schröder, ministre-président du Land de Basse-Saxe. L'année suivante, il est nommé chef du Département des orientations politiques et de la coordination et de la planification interministérielle. Deux ans plus tard, il devient secrétaire d'État et chef de la Chancellerie d'État du Land de Basse-Saxe.

En 1998, il est nommé secrétaire d'État à la Chancellerie fédérale et commissaire du gouvernement fédéral aux services fédéraux de renseignement. Il a également été chef de la Chancellerie fédérale à partir de 1999. Frank-Walter Steinmeier a été nommé ministre fédéral des Affaires étrangères en 2005 et a également été vice-chancelier à partir de 2007. En 2009, il a remporté un siège directement élu dans une circonscription du Land de Brandebourg et est devenu un membre du Bundestag allemand. Le groupe parlementaire du Parti social-démocrate d'Allemagne au Bundestag allemand l'a élu président. Quatre ans plus tard, il devient pour la deuxième fois ministre fédéral des Affaires étrangères et occupe ce poste jusqu'en janvier 2017.

Frank-Walter Steinmeier a reçu de nombreux prix et récompenses, dont le prix Ignatz Bubis pour la compréhension, le prix Europe pour la culture politique, le prix Bosphorus pour la compréhension européenne, le prix Willy Brandt, le prix de la tolérance de l'Académie évangélique de Tutzing et l'œcuménique Prix ​​de l'Académie catholique de Bavière. Il a reçu des doctorats honorifiques de l'Université de Paderborn, de l'Université hébraïque de Jérusalem, de l'Université du Pirée et de l'Université fédérale de l'Oural d'Ekaterinbourg. Il est également citoyen d'honneur des villes de Sibiu et de Reims.

Frank-Walter Steinmeier a été élu douzième président de la République fédérale d'Allemagne le 12 février 2017.

Nouvelles connexes

A propos de l'auteur

Jürgen T Steinmetz

Juergen Thomas Steinmetz a travaillé de manière continue dans l'industrie du voyage et du tourisme depuis son adolescence en Allemagne (1977).
Il a fondé eTurboNews en 1999 en tant que premier bulletin d'information en ligne pour l'industrie mondiale du tourisme de voyage.

Laisser un commentaire

Partager à...