Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Le fondateur et président de l'IIPT, Louis D'Amore, s'adresse à la conférence ITOA

22_41
22_41
Avatar
Écrit par éditeur

TEHERAN, Iran - Le fondateur et président de l'IIPT, Louis D'Amore, s'est adressé le mois dernier aux délégués de 48 pays lors de la 1ère Conférence internationale des voyagistes à Téhéran.

TEHERAN, Iran - Le fondateur et président de l'IIPT, Louis D'Amore, s'est adressé le mois dernier aux délégués de 48 pays lors de la 1ère Conférence internationale des voyagistes à Téhéran. Le but de la conférence historique était de familiariser les délégués de haut niveau avec les attractions touristiques de l'Iran et d'explorer les possibilités de renforcer les liens grâce au tourisme.

Louis D'Amore faisait partie des 21 leaders eTurboNews amené en Iran pour la conférence. Voici son adresse:

«Membres de l'Association iranienne des voyagistes; l'Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l'artisanat et du tourisme; invités distingués; Dames; et messieurs, c'est en effet un honneur et un plaisir d'être invités à vous parler ici en Iran - qui abrite l'une des plus anciennes civilisations du monde avec des établissements historiques et urbains datant de 4000 avant JC; une terre riche en histoire - riche en science et technologie, en arts, en littérature et en culture; une terre où plus des deux tiers de la population a moins de 25 ans et donc une terre avec un grand avenir.

C’est il y a dix ans, au début d’une nouvelle année chrétienne et du mois islamique du Ramadan, que le Président Khatami a proposé un dialogue des civilisations, qui à son tour a été adopté par les Nations Unies. Il a été proposé à la fin du XXe siècle, dans le but de laisser derrière lui un siècle plein d'inégalités, de violence et de conflits. Il a été proposé avec l'intention de profiter des réalisations et des expériences de toutes les civilisations et avec une prière que nous entamions un nouveau siècle d'humanité, de compréhension et de paix durable afin que toute l'humanité bénéficie des bénédictions de la vie. De toute évidence, la vision du président Khatami ne s'est pas réalisée au cours de ces premières années du 20e siècle, mais nous avons l'occasion avec la première conférence de l'ITOA de recommencer le dialogue avec les voyages et le tourisme jouant un rôle clé dans sa réalisation.

Depuis ses débuts en 1986, l'Année internationale de la paix des Nations Unies (IIPT) promeut un «objectif plus élevé» du tourisme, y compris le rôle clé du tourisme dans:

- promouvoir la compréhension internationale,
- collaboration entre les nations,
- protéger l'environnement et préserver la biodiversité
- valoriser les cultures et valoriser le patrimoine
- le développement durable
- réduction de la pauvreté, et
- la réconciliation et la guérison des blessures du conflit.

Cet «objectif supérieur» du tourisme, avec sa capacité à générer des avantages sociaux, culturels, économiques, environnementaux et politiques, est de plus en plus reconnu et a été accepté au plus haut niveau.

Le vice-président Mashaee, ce matin, a parlé d'un nouveau rôle pour le tourisme - un rôle dans la sécurité mondiale. L'IIPT est né avec la vision de faire du voyage et du tourisme la «première industrie mondiale de la paix» - une industrie qui promeut et soutient la conviction que chaque voyageur est potentiellement un ambassadeur de la paix et de l'amitié. Notre vision de la paix est celle qui embrasse la paix en nous-mêmes, la paix avec les autres - de nos voisins voisins à nos voisins dans le village global - [et] troisièmement, la paix avec la nature.

Dans le système de croyance des autochtones iroquois d'Amérique du Nord, transmis de génération en génération pendant des centaines, voire des milliers d'années, Dieu a créé l'homme pour qu'il s'occupe de tout ce que Dieu a créé. La paix avec les générations passées - honorer l'héritage de nos ancêtres, leurs monuments et traditions - une dimension qui est particulièrement [importante] en Iran avec votre riche histoire et patrimoine culturel. Cinquièmement, la paix avec les générations futures: lorsque vous considérez l'essence fondamentale du concept de développement durable, c'est la paix avec les générations futures. Et enfin, la paix avec notre créateur, qui nous amène à la paix en nous-mêmes.

L'IIPT a été le premier à introduire le concept de tourisme durable. En 1988, lors de notre première conférence mondiale, «Tourisme - Une force vitale pour la paix» à Vancouver en 1988, quatre ans avant le Sommet de Rio sur l'environnement et le développement, nous avons élaboré les premiers codes d'éthique et directives pour le tourisme durable [en] 1993 et mené la première étude internationale sur les «Modèles de bonnes pratiques - Tourisme et environnement» en 1993/94.

Le credo IIPT du voyageur pacifique est de plus en plus diffusé aux voyageurs du monde entier et plus de 1,000 450 études de cas de «success stories» ont été présentées lors de conférences et de sommets de l'IIPT. En conséquence, notre plus récente conférence africaine [en] Ouganda est devenue le premier pays au monde à introduire une législation sur le tourisme à l'appui des objectifs de développement du millénaire des Nations Unies, et plus de XNUMX parcs de la paix IIPT ont été consacrés dans les villes et villages des régions du monde entier. le monde.

Mesdames et Messieurs, l'humanité est actuellement témoin et façonne
changement de paradigme le plus important de l'histoire de l'humanité - un changement de paradigme de dimensions démographiques, économiques, écologiques et géopolitiques majeures. Il a fallu plus de 150,000 1.6 ans à toute l'histoire de l'humanité pour atteindre une population mondiale de 1900 milliard de personnes en 20 - le début du XNUMXe siècle.
Nous ajouterons le même nombre de personnes à notre famille mondiale au cours des 20 premières années du 3e millénaire. Quatre-vingt dix pour cent de cette croissance se produiront dans les pays en développement. Alors que des progrès sont accomplis vers la réduction de la pauvreté dans de nombreuses économies en développement et émergentes, l'Afrique subsaharienne s'enfonce encore plus dans la pauvreté. Une économie mondiale robuste, combinée à une croissance démographique sans précédent, se traduit par une empreinte écologique qui est plus d'un tiers plus grande que ce que la Terre peut régénérer au cours d'une année donnée.

Au 16 septembre de cette année, l'humanité avait déjà consommé la quantité totale de ressources renouvelables que la nature va régénérer pendant toute l'année. C'est ce qu'on appelle le «jour du dépassement mondial», et cette date arrive plus tôt chaque année qui passe. Les conséquences de l'accumulation de notre dette écologique et de la pollution comprennent le changement climatique mondial, l'extinction des espèces, l'insécurité des approvisionnements énergétiques, les pénuries d'eau, les mauvaises récoltes et l'épuisement des pêcheries. Soixante pour cent des écosystèmes [sont] dégradés ou utilisés de manière non durable alors que nous continuons sur cette voie de déclin écologique et d'effondrement possible.

Le budget militaire mondial pour 2008 est de 1.5 billion de dollars EU - plus que le PNB de n'importe quel pays du monde sauf sept. Si mes calculs sont corrects, cela équivaut au revenu total de 40% de la population mondiale qui lutte pour survivre chaque jour au bas de la pyramide économique - près de 250 $ pour chaque homme, femme et enfant dans le monde, quand sur plus de 6 milliards de personnes dans le monde, 1 sur 6 survit avec 1 USD ou moins par jour et 2 autres sur 6 avec 2 USD ou moins par jour. Une personne sur 6 se couche le ventre vide, 1 personne sur 4 sur Terre n'a jamais un verre d'eau propre à boire et 35,000 XNUMX enfants meurent chaque jour de maladies évitables, dont beaucoup sont d'origine hydrique. Moins de la moitié des dépenses militaires actuelles dans le monde suffiraient à mettre fin à toutes les principales causes de la pauvreté dans le monde; moins de la moitié du budget militaire mondial serait suffisant pour résoudre la crise du réchauffement climatique.

Dès 1960, Lester B. Pearson, alors président de l'Assemblée générale des Nations Unies et ancien premier ministre du Canada, a averti qu '«aucune planète ne peut survivre à moitié esclave, à moitié libre; à moitié plongé dans la misère, à moitié tourné vers les joies d'une consommation presque illimitée. Ni l'écologie [n] ni notre morale ne pourraient survivre à de tels contrastes. Pour relever les défis posés par ces problèmes et d’autres problèmes mondiaux, nous devons collaborer d’une manière sans précédent dans l’histoire de l’humanité. De toute évidence, un monde en paix est une condition préalable au type de collaboration requis - une paix fondée sur la force contraignante du respect mutuel et une appréciation de notre interdépendance en tant que famille mondiale.

Ce voyage humain de collaboration ne peut commencer que par la construction de ponts de compréhension entre les civilisations, les cultures et les religions. Les voyages et le tourisme - la plus grande industrie du monde - jouent un rôle clé à cette fin. Mesdames et Messieurs, nous avons l'occasion au cours des 10 prochaines années d'être la principale industrie dans un changement de paradigme majeur - un changement de paradigme qui a du mal à voir le jour; un changement de paradigme vers une éthique environnementale qui rétablit l'équilibre écologique dans notre maison commune, la planète Terre; un changement de paradigme qui met fin à la pauvreté, ainsi qu'une reconnaissance de la dignité humaine de chaque personne; et un changement de paradigme qui voit la fin de la guerre comme un moyen de résoudre les conflits, car ce n'est que par une famille mondiale en paix avec elle-même et un changement de paradigme vers la collaboration à tous les niveaux et par tous les secteurs de la société, que nous pouvons résoudre le problème. problèmes mondiaux sans précédent auxquels est confrontée notre seule maison commune et notre avenir commun en tant que famille mondiale. À cette fin, je voudrais suggérer trois domaines de collaboration.

Plus tôt cette année, l'IIPT a lancé «World Peace Tours», dont le but est d'organiser des visites illustrant le concept et les principes de l'IIPT. M. Donald King, membre du conseil d'administration de l'IIPT, est le fer de lance de cette initiative et nous invitons chacun d'entre vous, voyagistes, à se joindre à nous.

Deuxièmement, au World Travel Market il y a deux semaines, l'IIPT a annoncé son intention de mobiliser le soutien de l'industrie mondiale du voyage et du tourisme pour la trêve olympique dans les mois précédant les Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver, au Canada. Nous invitons chacun de vous à se joindre à nous également dans cette initiative.

Enfin, l'IIPT envisagera sérieusement la possibilité d'organiser une conférence en Iran dans le but de promouvoir un dialogue entre les civilisations à travers le tourisme en soutien à la proposition du président Khatami de 1998.

Merci pour votre aimable attention et que Dieu vous bénisse tous.