Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Les amateurs de tourisme protestent contre le don possible de Murchison Falls pour la construction de barrages par le gouvernement ougandais

murchison_falls._photo_by_jonathan_benaiah.jpeg
murchison_falls._photo_by_jonathan_benaiah.jpeg
Écrit par Jonathan Benaiah

La semaine dernière, vendredi, de nombreux Ougandais, en particulier ceux des cercles du tourisme et de la conservation, ont été choqués lorsqu'une annonce est parue dans le journal national par l'Autorité de régulation de l'électricité (ERA) dans laquelle ils ont annoncé un avis de demande de licence de deux sociétés ayant l'intention de construire un barrage hydroélectrique le long des chutes Murchison, dans lequel nous écrivons pour condamner ce complot maléfique contre le secteur du tourisme.

L'annonce parue dans le journal gouvernemental indiquait en partie: «L'ERA a, en vertu de l'article 29 de la loi de 1999 sur l'électricité, reçu un avis d'application prévue d'une licence de Bonang Power and Energy (Pty) Limited pour la production et la vente d'électricité à partir d'une hydroélectricité l'usine a proposé d'être établie près de Murchison Falls dans les districts de Kiryandongo et Nwoya. »

Cette idée a suscité un débat très animé, y compris la lettre ouverte Facebook ci-dessous écrite par le blogueur de voyage ougandais et photographe nature, Jonathan Benaiah.

Pour beaucoup, je peux ressembler à une «gueule brutale». Je sais que je suis un promoteur fou du tourisme en Ouganda, en partie parce que c'est là que mon pain est beurré, mais réfléchissons bien.

J'adore ce pays, je pense qu'il est beau et j'ai une grande confiance en sa richesse.

L'une de mes plus grandes convictions est que le tourisme est l'une des industries (sinon) les plus durables qui alimentent notre économie, même avec très peu d'efforts, d'intérêts et d'investissements gouvernementaux.

Nous récoltons gros sous forme de recettes publiques grâce aux impôts, aux chiffres du PIB, au change, à la création d'emplois; avec très peu de priorisation. Imaginez si nous le faisions plus délibérément.

Permettez-moi de vous ramener 2 ans en arrière à un atelier consultatif multisectoriel au Brovad Sands Kalangala en 2017 organisé par le ministère du Tourisme, où nous avons eu des membres du ministère des Finances, de l'URA, de l'UNRA, de l'UWA et d'autres agences gouvernementales. Je me souviens que c'était une retraite d'incitation à l'investissement touristique.

J'ai eu la chance d'être le seul représentant du secteur privé dans cette salle; et j'avais l'obligation de parler de la façon dont ces gens abandonnaient le parc national de Murchison Falls (NPF) à la destruction et à ce moment-là, j'ai été qualifié d'alarmiste bruyant par l'un des hauts fonctionnaires de notre ministère de tutelle qui a présidé la réunion. Bien entendu, mon mémoire ne figurerait jamais au procès-verbal de la réunion.

J'ai beaucoup lu sur la «rhétorique rose habituelle des compagnies pétrolières», ce qui est généralement le cas lors de leur phase de consultation; après quoi tourne toujours à la baisse.

Aujourd'hui, je vais ressembler à un prophète de malheur. Pendant la phase d'exploration, il y aura le chaos absolu habituel dans ce qui est actuellement l'un des parcs nationaux les plus populaires et les plus visités du pays.

Eh bien, revenons à la réunion de Kalangala. En tant que personne soucieuse de l'avenir de ce pays, je pensais que j'allais lever le drapeau rouge, mais les gars du gouvernement semblaient indifférents ou je ne communiquais tout simplement pas efficacement.

Lors de cette même réunion, j'ai demandé s'ils connaissaient environ 200 camions de gros tonnage HUMONGOUS qui devraient entrer et sortir du parc chaque jour. Mais les gars du gouvernement pensaient toujours que c'était risible.

Vous ne pouvez pas être un penseur franc, visitez Murchison et, l'esprit sobre, des projets encore clairs d'une telle mesure comme la construction de barrages et l'activité d'exploration pétrolière (à l'ampleur qu'elle sera) dans les chutes de Murchison.

Je m'assois et je me dis: «Attends une minute, ces gars sont absolument fous, non!» Ils doivent être hors de leur esprit sans aucun doute. Aidez-moi à comprendre qu'un équivalent d'une autoroute goudronnée créée dans le parc national avec des activités d'exploration pétrolière en cours, et qu'une entreprise sud-africaine propose de construire un barrage hydroélectrique sur les plus belles chutes du pays, le point le plus fort du plus long fleuve du monde, le Le Nil. Et vous pensez que ces types ne fument pas de stupéfiants?

La construction de pétrole et de barrage n'est jamais jolie où qu'elle se trouve, dans le monde entier. C'est une entreprise moche, et ici, nous regardons les gens offrir l'un des meilleurs parcs du pays. Je pense que c'est très stupide (c'est le moins qu'on puisse dire) pour nos dirigeants de détruire avec dévouement nos ressources naturelles et pour nous de nous asseoir et de regarder religieusement.

A quoi sert toute cette énergie au fait? Avons-nous vraiment besoin de détruire nos parcs pour vendre de l'électricité à nos voisins?

Pourquoi recherchons-nous tant de gains rapides et courts dans le compromis des ressources naturelles que d’autres nations ne peuvent que souhaiter. Des gens fous pour dire le moins.

L'autre jour, nous soulignions la nécessité de conserver les forêts, le cas de la réserve forestière centrale de Bugoma (qui abrite des chimpanzés sauvages et de nombreuses autres espèces sauvages rares) qui avait été accordée à une société sucrière indienne pour créer une plantation de canne à sucre. Ici, nous sommes confrontés à une autre crise cardiaque.

Les priorités superficielles de ce pays; Je ne reçois toujours pas. Peut-être qu'ils devraient aller de l'avant et compenser les investisseurs touristiques plutôt que de chanter des louanges sur le fait que le secteur du tourisme est un chef de file dans les revenus de change, mais seulement se retourner pour mettre la hache au cou par la suite.

Étant donné que nos dirigeants ont maintes fois prouvé qu'ils n'étaient pas à la hauteur de la tâche de protéger notre patrimoine naturel, je dis que pour commencer, nous avons besoin d'une approche à plusieurs volets pour lutter pour ce qui est important pour nous; celui qui exige que tous les Ougandais le sachent, tous les médias ici pour envoyer un message fort.

Nous devons également amener les médias d'où proviennent ces soi-disant sociétés d'investisseurs à raconter notre histoire à leurs gouvernements sur la façon dont des entreprises, comme Bonang Power and Energy (Pty) Limited, viennent ici pour détruire notre patrimoine.

Jonathan Benaiah d'Ouganda Safari News a déclaré: «Chaque Ougandais devrait s'opposer avec véhémence à tout projet énergétique qui tue les chutes de Murchison. Chaque véritable acteur du tourisme et ami de ce pays doit s'opposer au projet dans l'intérêt national pour préserver les bénéfices qui en découlent, y compris les devises et les emplois pour les Ougandais. Nous devons des générations à venir. »

By Jonathan Benaiah, The Uganda Safari News: www.ugandantourist.com