Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Le National Press Club annonce les lauréats des Prix de la liberté de la presse pour 2013

0a13_251
0a13_251
Avatar
Écrit par éditeur

WASHINGTON, DC

WASHINGTON, DC - À l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le National Press Club a annoncé les lauréats de ses Prix John Aubuchon de la liberté de la presse 2013: Zeynep Kuray, une journaliste turque, qui emprisonne plus de journalistes que toute autre nation; et, aux États-Unis, «The Whistleblower».

Chaque année, l'APN décerne son prix Aubuchon à des personnes dont le travail et la vie ont fait avancer la cause de la liberté de la presse et de la transparence. Le prix annuel est décerné à un récipiendaire national et à un international.

Cette année, pour la première fois, le Club rend hommage à un groupe de personnes - des lanceurs d'alerte - plutôt qu'à une personne individuelle.

La présidente de l'APN, Angela Greiling Keane, journaliste de Bloomberg News, a déclaré: «En attribuant son prix national à The Whistleblower, le Club n'honore pas seulement ceux qui ont courageusement fait un pas en avant pour devenir des sources de reportages, souvent au risque personnel pour eux-mêmes ou leur carrières. Il s'agit également de reconnaître une personne dont l'identité n'est pas encore connue - qui essaie peut-être de décider de parler à un journaliste d'un acte répréhensible dans une agence gouvernementale ou une société. En honorant The Whistleblower, le Club reconnaît que, sans sources, les journalistes ne peuvent pas faire leur travail et notre démocratie ne peut pas fonctionner correctement.

La décision d'honorer The Whistleblower est également un moyen de souligner à quel point les personnes qui parlent à la presse sont de plus en plus assiégées. Les menaces qui pèsent sur les sources couvrent un spectre. À l'extrémité inférieure, ils incluent une tendance croissante à interdire aux fonctionnaires et aux cadres de parler avec des journalistes sur le disque ou en arrière-plan sans la présence de gestionnaires. À l'extrémité supérieure, ils incluent les tentatives du gouvernement de poursuivre les dénonciateurs en vertu des lois sur l'espionnage et d'essayer d'obliger les journalistes à divulguer des sources confidentielles. Les sources sont de plus en plus menacées en raison de la facilité avec laquelle les communications numériques peuvent être surveillées.

Le Club utilisera le prix en argent qui accompagne le prix national Aubuchon pour créer des programmes visant à éduquer les sources et les journalistes sur la protection des identités dans cet environnement périlleux.

La gagnante étrangère de cette année est Zeynep Kuray, une journaliste qui travaillait pour le quotidien d'Istanbul, Birgun, lorsqu'elle a été arrêtée en décembre 2011. Kuray était l'un des au moins trois douzaines de journalistes emprisonnés en Turquie l'année dernière, dont la plupart y sont restés. . Elle vient d'être libérée fin avril 2013, mais ses charges sont toujours en suspens. Les «preuves» contre elle comprennent ses reportages sur les arrestations de journalistes et d'avocats pro-kurdes.

Selon Reporters sans frontières, la Turquie, l'un des alliés des États-Unis à l'OTAN, détient plus de journalistes en prison que tout autre pays - plus, par exemple, que des délinquants bien connus comme l'Iran et la Chine.

«Aucun journaliste ne devrait être mis en prison pour le prétendu« crime »de faire son travail», a déclaré Greiling Keane. «Cette norme s'applique à tous les pays du monde.»

Les honneurs de la liberté de la presse seront remis lors du dîner de remise des prix annuel du Club le 6 août, au cours duquel une foule de lauréats dans de nombreuses catégories de journalisme seront reconnus.

Le prix porte le nom de John Aubuchon, un ancien président de l'APN qui était un ardent défenseur de la liberté de la presse.

Le National Press Club, fondé en 1908, est la première organisation professionnelle mondiale de journalistes. Situé à Washington, DC, le Club compte parmi ses membres plus de 3,000 XNUMX journalistes et sources d'information.

La Journée mondiale de la liberté de la presse a été créée en 1993 par l'Assemblée générale des Nations Unies. Il est célébré le 3 mai de chaque année et a trois objectifs: évaluer l'état de la liberté de la presse; défendre la presse des attaques contre son indépendance; et d'honorer ceux qui se sont sacrifiés, parfois de leur vie, pour faire connaître la nouvelle au public.