Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Boeing 737 MAX 8: Qui met au sol un avion controversé et qui ne l'est pas?

0a1a-126
0a1a-126

La liste des transporteurs qui mettent au sol le Boeing 737 MAX 8 controversé et les pays qui l'interdisent de leur espace aérien s'allonge.

Le Royaume-Uni est devenu le dernier à annoncer l'interdiction des Boeing 737 MAX 8 de l'espace aérien britannique.

Ethiopian Airlines a immobilisé les quatre Boeing 737 MAX restants de sa flotte par «mesure de sécurité supplémentaire». Le transporteur aérien a toujours des commandes pour 25 jets supplémentaires du même modèle passées auprès de Boeing.

L'Administration de l'aviation civile chinoise a ordonné à toutes les compagnies aériennes nationales du pays d'arrêter les vols utilisant l'avion. Le régulateur a cité la «tolérance zéro pour les risques pour la sécurité» comme motif de sa décision. Selon les médias chinois, les compagnies aériennes du pays exploitent actuellement 97 des avions de leur flotte.

L'Indonésie a adhéré à l'interdiction, après avoir suspendu les vols de tous les Boeing 737 MAX 8 exploités par ses compagnies aériennes. Cette mesure «garantira que les aéronefs opérant en Indonésie sont en état de navigabilité», selon un communiqué officiel de la Direction générale des transports aériens du ministère des Transports.

Cayman Airways, qui utilise également le dernier 737, a déclaré qu'elle interdisait temporairement de faire voler les jets à la lumière du dernier accident.

L'Autorité de l'aviation civile de Mongolie a emboîté le pas, ordonnant au transporteur aérien national MIAT de suspendre temporairement ses vols Boeing 737 MAX.

Royal Air Maroc a annoncé la suspension de tous les vols commerciaux effectués par l'avion.

L'Autorité de l'aviation civile de Singapour s'est engagée à cesser temporairement d'utiliser «toutes les variantes de l'avion Boeing 737 MAX à destination et en provenance de Singapour à la lumière de deux accidents mortels impliquant des Boeing 737 MAX en moins de cinq mois». L'interdiction affectera les transporteurs qui desservent le pays, notamment China Southern Airlines, Garuda Indonesia, Shandong Airlines et Thai Lion Air, ainsi que la compagnie aérienne intérieure singapourienne SilkAir, qui avait précédemment rejeté la mesure de mise à la terre.

Mardi, l'Autorité australienne de la sécurité de l'aviation civile (CASA) a temporairement interdit les vols d'entrée et de sortie effectués par tous les Boeing 737 MAX 8.

"Il s'agit d'une suspension temporaire pendant que nous attendons plus d'informations pour examiner les risques de sécurité liés à la poursuite des opérations du Boeing 737 MAX à destination et en provenance de l'Australie", a déclaré le régulateur.

Les transporteurs australiens n'opéreraient pas le 737 MAX, tandis que deux compagnies aériennes étrangères, dont SilkAir de Singapour et Fiji Airways, ont fait voler les jets dans le pays. SilkAir est interdit de piloter un 737 MAX par l'autorité aéronautique de l'État de Singapour. Cependant, Fiji Airways n'envisage pas d'arrêter de piloter les deux 737 MAX 8 de sa flotte.

La compagnie sud-africaine Comair Airways a annoncé son intention de supprimer le 737 MAX 8 de son horaire de vol, bien que le transporteur n'ait reçu aucune exigence officielle ni des autorités réglementaires ni du constructeur.

«Alors que Comair a effectué un travail préparatoire approfondi avant l'introduction du premier 737 MAX 8 dans sa flotte et reste confiant dans la sécurité inhérente de l'avion, il a décidé de ne pas planifier temporairement l'avion pendant qu'il consulte d'autres opérateurs, Boeing et experts techniques », lit-on dans la déclaration de la société.

Le lowcoster Eastar Jet de la Corée du Sud a également mis au sol ses deux 737 MAX 8, commençant à «dissiper l'inquiétude et l'inquiétude de la population». Le transporteur s'est engagé à reprendre les vols lorsqu'il n'y a plus de problèmes de sécurité.

La plus grande compagnie aérienne argentine a interdit temporairement les opérations commerciales des cinq 737 MAX 8 de sa flotte.

Aeromexico, la compagnie aérienne nationale mexicaine, met temporairement au sol ses six avions 737 MAX 8 «jusqu'à ce que des informations plus complètes sur l'enquête sur l'accident du vol ET302 puissent être fournies».

Norwegian Air a suspendu temporairement les vols avec l'avion de Boeing, suite aux recommandations des autorités aéronautiques européennes. Le plus grand transporteur norvégien avait précédemment refusé de cesser d'exploiter ses 18 Boeing 737 MAX 8.

«Nous entretenons un dialogue étroit avec Boeing et suivons leurs instructions et recommandations ainsi que celles des autorités aéronautiques», a déclaré Tomas Hesthammer, directeur des opérations aériennes. «La sécurité de nos passagers est et sera toujours notre priorité absolue.»

Qui pilote encore les avions controversés?

Sans l'interdiction de la FAA, les compagnies aériennes américaines continuent d'exploiter l'avion malgré les deux récents accidents. Les deux principaux transporteurs du pays, American Airlines et Southwest Airlines, ont refusé d'arrêter les opérations de 737 MAX 8. American Airlines, basée au Texas, a exprimé ses condoléances aux familles des victimes de l'accident, s'engageant à suivre davantage l'enquête. Southwest Airlines, qui exploite 34 des appareils de sa flotte, ne prévoit pas de modifier ses politiques ou procédures opérationnelles.

Le transporteur aérien canadien WestJet a décidé de ne pas suspendre l'utilisation des 13 MAX 8 qu'il a dans sa flotte.

«Nous surveillons la situation de près et ne spéculerons pas sur la cause de l'incident», a déclaré WestJet dans un communiqué. «WestJet demeure confiant dans la sécurité de notre flotte de Boeing 737, y compris nos 13 avions MAX-8 lancés pour la première fois en 2017.»

La compagnie aérienne émiratie Flydubai, qui utilise 11 Boeing 737 MAX 8, a déclaré qu'elle «restait confiante dans la navigabilité de notre flotte».

«Nous surveillons la situation et restons en contact avec Boeing… La sécurité de nos passagers et de notre équipage est notre première priorité», indique le communiqué de Flydubai. «Le secteur de l'aviation est hautement réglementé et Flydubai adhère rigoureusement à toutes les réglementations.»

Le groupe allemand TUI Aviation n'a pas non plus l'intention de suspendre les 15 avions qu'il exploite.

"Nous ne commentons aucune spéculation et nous sommes, comme toujours, en contact étroit avec le constructeur", a déclaré la compagnie aérienne dans un communiqué. «Nous n'avons aucune indication que nous ne pouvons pas faire fonctionner notre 737 MAX de manière sûre comme nous le faisons avec tous les autres avions de notre réseau.»

Icelandair, le transporteur national de l'Islande, a déclaré que ses trois Boeing 737 MAX n'avaient jamais été impliqués dans aucun incident. La société s'est engagée à suivre les développements ultérieurs de l'avion.

«À ce stade, Icelandair ne prend aucune mesure à la suite des événements récents, mais nous suivrons cependant de près les développements et continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer la sécurité à bord maintenant comme avant», indique un communiqué.

Le Brésilien GOL Linhas Aereas, qui exploite sept 737 MAX 8 dans sa flotte, a également refusé de mettre au sol les jets.

"GOL continue de suivre les enquêtes et maintient des contacts étroits avec Boeing pour obtenir des éclaircissements", a déclaré la compagnie aérienne dans un communiqué. «L'entreprise réaffirme sa confiance dans la sécurité de sa flotte.»